Spread the love


Le jeûne intermittent est de plus en plus prôné par les médecins et par les études scientifiques. Ce mode d’alimentation consiste simplement à ne rien manger sur une plage horaire définie et n’implique pas de compter les calories, pas plus que de supprimer des aliments (à condition d’avoir une alimentation équilibrée, riches en fruits et légumes et pauvres en aliments transformés).

Les bienfaits sont nombreux : perte de poids, amélioration du sommeil, de la digestion, de l’humeur, de la santé cardiaque, régulation de la glycémie… Octroyer une pause sans nourriture à l’organisme s’avèrerait la clé pour prévenir les maladies liées à l’âge.

Pour y parvenir, vous pouvez choisir de renoncer au petit-déjeuner, au déjeuner ou au dîner. Vous pouvez aussi garder les trois encas, si vous dînez tôt. C’est ce qu’a testé une auteure américaine, journaliste pour Womens’Health. Elle décrit les bienfaits qu’elle a ressenti au bout d’une semaine.

“Il faut s’intéresser davantage au moment où nous mangeons”

Oubliez les patchs qui surveille votre glycémie et le Pilates reformer ! La plus grande tendance en matière de santé est beaucoup moins tape-à-l’œil et beaucoup plus facile à mettre en œuvre. Il s’agit du jeûne intermittent, estime l’auteure Alice Porter. Nous savons tous que ce que nous mangeons est important pour la santé. Mais aujourd’hui, il faut s’intéresser davantage au moment où nous mangeons. Plus précisément au meilleur moment pour dîner”.

L’auteur explique que les réservations pour dîner à 17h se font de plus en plus tendance aux Etats-Unis.

Diverses études ont démontré que dîner plus tôt pourrait être meilleur pour la santé. Un essai clinique portant sur 485 adultes, publié en 2022, a révélé que les personnes qui consommaient la plupart de leurs calories plus tôt dans la journée perdaient plus de poids que les autres. Les personnes qui ont mangé plus tôt ont également constaté davantage d’améliorations de leur glycémie, de leur taux de cholestérol et de leur sensibilité à l’insuline.

Au contraire, dîner trop près du coucher ralentit la digestion et peut favoriser les troubles du sommeil.

“J’ai donc décidé d’essayer de dîner à 18 heures pendant une semaine”

J’avais tendance à dîner entre 19h et 20h30 – et cela peut être plus tard si j’ai passé la soirée avec des amis ou si je me retrouve à travailler tard. En me couchant vers 22 heures, j’ai réalisé que je mangeais probablement un peu trop tard”, se souvient Alice Porter.

J’ai donc décidé d’essayer de dîner à 18 heures pendant une semaine, pour voir si cela avait un impact sur mon appétit, mon niveau d’énergie, ainsi que mon niveau de stress. Je travaille à domicile, donc 18 heures est généralement faisable pour moi, à condition que je commence à cuisiner dès que j’éteins mon ordinateur portable”.

Terminer le dîner vers 18h30 signifiait a permis à la journaliste de se coucher plus tôt. “Dîner plus tôt pendant une semaine m’a aidé à gagner en sommeil : je dormais plus presque chaque nuit et je me sentais plus reposé au réveil”.

Alors que le mauvais sommeil est associé à la prise de poids, l’amélioration de la qualité de vos nuits est donc un avantage indéniable.

La recherche montre que lorsque les gens manquent de sommeil, ils consomment entre 400 et 500 calories de plus par jour. Donc, si manger plus tôt vous aide à mieux dormir, cela peut également aider à réguler votre poids”, souligne Alice Porter.

En pratique Alice Porter termine son dîner avec une collation : “généralement un yaourt grec avec des fruits”. Le but ? Éviter d’avoir faim pendant la nuit.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *