Spread the love


Des chercheurs chinois mènent des études approfondies sur la fonte des glaciers causée par le réchauffement climatique dans les montagnes de l’Himalaya. Les glaciers, qui agissent comme d’immenses congélateurs, ont conservé pendant des milliers d’années une grande quantité de microbes, de bactéries et d’autres virus. Cet écosystème a été préservé depuis l’ère glaciaire, mais le réchauffement climatique remet en question cette méthode de conservation. La fonte des glaciers entraîne la libération d’une grande quantité de microbes et de bactéries dans l’atmosphère, en particulier au Tibet et dans les contreforts de l’Himalaya. Des chercheurs chinois spécialisés dans les sciences de la cryosphère mènent donc des recherches à plus de 6 500 mètres d’altitude (source 1). 

Une urgence et un enjeu sanitaire mondial

Ces micro-organismes représentent une ressource scientifique précieuse qui est en train de disparaître en raison de la fonte des glaciers. Les chercheurs de l’institut chinois des ressources écologiques et environnementales sont conscients de l’urgence d’agir rapidement. Ils effectuent donc des prélèvements dans la glace pour récupérer ces microbes et bactéries afin de les préserver de la disparition définitive. Les scientifiques sont également préoccupés par l’émergence de nouvelles pandémies.Certains virus et bactéries qui étaient restés inactifs en raison du froid pourraient se réveiller et constituer une menace pour la faune et l’homme. Un chercheur chinois a isolé un virus actif à partir d’une carcasse d’animal dans un glacier. Il souligne également qu’un virus inconnu très pathogène, qui serait libéré lors de la fonte des glaces, pourrait infecter les humains. D’autres scientifiques estiment que la prochaine pandémie pourrait provenir de la fonte des glaciers. C’est donc l’un des objectifs de ces recherches au Tibet : identifier tous ces virus dans le but de prévenir de telles situations.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *