Spread the love


La viande maigre est plébiscitée pour son faible taux de lipides associé à une grande richesse en protéines et en fer. Consommée dans le cadre d’une alimentation équilibrée et cuisinée sans excès de matière grasse, elle est idéale pour favoriser la perte de poids.

Viande maigre : de quoi s’agit-il exactement ?

Comme indiqué ci-dessus, la viande maigre est un type de viande qui contient moins de 10 % de matières grasses (lipides). La viande « très maigre », elle, contient moins de 5 % de matières grasses. De fait, leur consommation limite la survenue de maladies cardiovasculaires, tout en fournissant une bonne quantité de protéines (qui soutiennent notamment la croissance musculaire).

Cela va peut-être vous étonner, mais si les viandes blanches sont bien connues pour être des viandes maigres, certains morceaux de viande rouge peuvent aussi être pauvres en matières grasses. Autrement dit, toutes les espèces animales présentent des morceaux maigres et des morceaux plus gras. C’est pourquoi certaines coupes de viandes dites maigres peuvent aussi contenir une petite quantité de graisses.

Quels sont les avantages de la viande maigre ?

La viande maigre présente plusieurs avantages pour la santé :

  • Elle contient moins de calories et moins de graisses saturées, lesquelles sont associées à un risque accru de maladies cardiovasculaires, d’hypertension et d’obésité. Leur faible teneur en graisses les rend également plus digestes et plus intéressantes dans le cadre d’un régime amaigrissant.
  • C’est aussi une excellente source de protéines, indispensables à la croissance, à la réparation et au maintien de nos muscles, de nos os et de notre peau. Par ailleurs, elles induisent une sensation de satiété plus durable, ce qui permet de contrôler plus facilement son appétit et de maintenir un poids de forme.
  • Il ne faut pas oublier qu’elle est aussi reconnue comme une source naturelle de nombreux nutriments essentiels, notamment le fer, le zinc, le sélénium et les vitamines du groupe B. Le fer est important pour la formation des globules rouges et le transport de l’oxygène dans tout le corps. Le zinc et le sélénium permettent le bon fonctionnement du système immunitaire, tandis que les vitamines B sont essentielles à la production d’énergie et au métabolisme.

D’un point de vue culinaire, elle peut être utilisée dans une multitude de plats et cuisinée ou assaisonnée de très nombreuses façons : grillée, rôtie, cuite au four, sautée ou encore incorporée dans des soupes, des ragoûts ou des salades. De quoi varier les textures et les saveurs !

Quels peuvent être ses inconvénients ?

  • Comme toutes les viandes, la viande maigre peut être contaminée par des bactéries pathogènes telles que la salmonelle et l’E coli. Il est donc important de suivre les mesures de sécurité alimentaire appropriées en ce qui concerne le stockage, la manipulation et la cuisson.
  • Malheureusement pour les amateurs et amatrices de viandes juteuses… Ce n’est pas la viande grasse qui fera leur bonheur. En effet, elle a tendance à être moins juteuse et moins tendre en raison de sa faible teneur en matières grasses.
  • Pour certaines personnes, elle peut aussi paraître plus difficile à cuisiner correctement pour éviter de se retrouver avec un morceau de viande trop cuit, sec et caoutchouteux.
  • Enfin, le coût de la viande maigre et son impact environnemental et éthique restent des points négatifs aux yeux de nombreux(ses) consommateurs et consommatrices.

Poulet, agneau, lapin, bœuf, porc… Quelles sont les viandes blanches et rouges les plus maigres (liste) ?

Les principales viandes qui contiennent moins de 10 % ou de 5 % de matière grasse sont :

  • le poulet, la dinde et la pintade sans peau (essentiellement le blanc et les cuisses) ;
  • le bœuf bourguignon, le rosbeef et le steak haché à 5 % de MG ;
  • le filet mignon et le jambon cuit, découenné, dégraissé ;
  • le veau (noix, épaule, jarret ou côtes sans gras) ;
  • l’agneau (côtes et selle sans gras) ;
  • le lapin (les cuisses notamment) ;
  • le cheval (entrecôte, tende de tranche) ;
  • et globalement toutes les tripes (le foie de veau ou d’agneau, le cœur et les rognons de bœuf, etc.)

Quelle quantité de viande manger par semaine ?

Comme l’indiquait le Dr Cohen-Koubi, médecin nutritionniste dans un article précédent, les recommandations officielles du Programme National Nutrition Santé (PNNS) incitent à limiter sa consommation de viande rouge à 500 g par semaine. En complément, le PNNS encourage la consommation d’autres sources de protéines au travers de volailles, de poissons, de fruits de mer, d’œufs, de légumineuses et d’autres sources de protéines végétales.

Pour rappel, ces recommandations sont générales et peuvent varier selon les profils. Certaines personnes, comme les femmes enceintes, les enfants, les personnes âgées ou les athlètes, peuvent avoir des besoins nutritionnels spécifiques et doivent consulter un(e) professionnel(le) de santé ou un(e) nutritionniste pour bénéficier de conseils adaptés.

Comment cuisiner ces viandes pour limiter la prise de poids ?

Vous l’aurez compris, pour booster votre perte de poids, mieux vaut choisir les morceaux de viande qui présentent le moins de marbrures de graisse et retirer les parties plus grasses comme la peau du poulet ou les coupes de viande contenant des bandes bien visibles de gras.

Au-delà du morceau de viande en lui-même, la cuisson et l’assaisonnement peuvent également influencer la teneur en matières grasses de nos plats. Ces autres conseils devraient vous aider :

  • Privilégiez des méthodes de cuisson qui nécessitent moins de matières grasses, comme la cuisson au gril, la cuisson au four, la cuisson à la vapeur ou la cuisson en papillote.
  • Misez sur des assaisonnements légers à base de jus de citron, de vinaigre, d’herbes, d’épices ou de yaourt faible en matières grasses pour ajouter de la saveur à vos viandes sans pour autant faire grimper la facture calorique.
  • Évitez les sauces à base de crème, de beurre ou de fromage et optez plutôt pour des sauces légères à base de tomates, de bouillon, d’herbes, d’épices, etc.
  • Et veillez à respecter les portions recommandées pour contrôler votre apport calorique total.

« Pour ce qui est du timing, préférez toujours manger de la viande le midi, ou au moins trois heures avant de vous coucher, pour avoir le temps de digérer et éviter de vous sentir ballonné(e) toute la nuit », précise le Dr Cohen-Koubi. Et de rappeler : « La perte de poids ne dépend pas uniquement de la manière dont vous cuisinez votre viande, mais aussi de votre alimentation globale, de votre niveau d’activité physique, de vos habitudes de vie, de votre métabolisme et de votre génétique, de votre état psycho-émotionnel, etc. C’est un processus qui demande de la constance et de la patience. N’hésitez pas à vous faire aider ! ».

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *