Spread the love


En tant que mannequin trans sur OnlyFans et Playboy, elle était convaincue qu’une combinaison dechirurgie esthétique, d’abdominoplastie et de liposuccion de la mâchoire lui donnerait le corps qu’elle désirait tant. Cependant, elle a révélé qu’elle n’avait aucune idée des horreurs qui l’attendaient. Dani a admis avoir “joué sa vie” en ne payant que 5 000 livres sterling en espèces pour ce trio d’opérations à Istanbul. Dani a dû tenu un sac de drainage rempli de sang attaché à son nouveau postérieur, après avoir été laissée seule dans sa chambre d’hôtel cinq étoiles suite à l’opération. La star de contenus pour adultes se souvient qu’à son retour au Royaume-Uni, certains de ses points de suture ont cédé. Elle craignait même que son nombril ne tombe à cause de l’infection qui s’en est suivie. Dani a toujours voulu avoir recours à la chirurgie esthétique, mais après avoir été insultée à cause de son apparence lors d’une apparition à la télévision sur MTV, son désir s’est transformé en besoin urgent.

“Je savais déjà qu’il y avait des choses que je voulais corriger dans mon corps”, dit-elle. “Cependant, avec les milliers de personnes qui m’ont proféré des insultes, je me suis sentie pressée de passer à l’acte. Je me suis dit qu’il fallait que je trouve rapidement un endroit et que je le réserve au plus vite.”

À l’époque, les traitements de Brazilian Butt Lift (BBL) n’étaient pas couramment disponibles au Royaume-Uni, donc sa seule option était de se rendre à l’étranger.

Le tourisme esthétique : un fléau risqué

Dani a découvert une clinique en Turquie qui proposait les trois procédures dans un package avantageux comprenant l’hébergement à l’hôtel, les repas et le transport VIP. Un simple message sur Instagram lui a permis d’entrer en contact avec une clinique à Istanbul, qui lui a demandé d’envoyer des photos de son corps ainsi que des informations telles que son poids et sa consommation de tabac. Dani a été acceptée pour la chirurgie presque immédiatement et a été programmée pour l’opération lourde seulement cinq jours après avoir contacté la clinique. Le jour de l’intervention, Dani a été confrontée à une autre réalité : elle s’est retrouvée avec un “livre” de formulaires à signer (source 1). Chaque page énumérait les effets secondaires et les complications potentielles dont elle devait légalement accepter les risques, et une phrase clé apparaissait dans la plupart d’entre elles. Chaque complication mentionnait “risque de décès”. Sa convalescence et le suivi post opératoire ont été plus que baclés et Dani a été livrée à elle-même et les complications liées à ses opérations. 

“Je n’étais pas prête à rentrer chez moi”, dit-elle. Elle a décrit son expérience comme un “tourbillon”, sa récupération étant dictée par le calendrier de la clinique et non le sien. “C’est incroyablement rapide”, dit-elle. “On n’a pas une minute pour souffler, tout va si vite.”

Ces opérations, à bas coût, en express et à l’étranger pupullent et font beaucoup de victimes qui succombent à la rapidité et à un budget plus qu’accessible. 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *