Spread the love


Le Dr Martine Cotinat, gastro-entérologue, est adepte du régime méditerranéen depuis de nombreuses années. Pour Top Santé, elle partage les bienfaits de ce régime alimentaire et explique comment il veut vous aider à préserver votre santé. « Bien avant de connaître son existence, je recommandais ce type d’alimentation à mes patients. Désormais, il a un nom précis, mais à mes débuts, j’énumérais les règles à suivre, qui correspondent totalement à ce mode d’alimentation », déclare la gastro-entérologue nouvellement auteure de Je soigne presque tout avec le régime méditerranéen (Thierry Souccar ed.), à paraître le 17 mai prochain.

Qu’est-ce que le régime méditerranéen ?

Le régime méditerranéen favorise l’équilibre alimentaire. Il est incontestablement l’un des modes d’alimentation les plus sains et une véritable aubaine pour la santé. De nombreuses études l’ont déjà prouvé. Pour la septième année consécutive, le régime méditerranéen a été élu meilleur régime pour la santé en 2024 par le magazine américain US News and World Report. Ce qui n’est pas étonnant puisqu’il réunit des aliments riches en antioxydants, en fibres et en bonnes graisses !

Ce « régime » implique de consommer de manière significative les fruits et légumes de saison. De plus, les féculents complets, les huiles végétales et les poissons gras sont recommandés. A contrario, il implique de réduire sa consommation de viande, de produits gras, sucrés et salés. Si possible, il est recommandé de prioriser au maximum les recettes faites maison et les produits locaux.

Pas d’interdits, mais des recommandations

Le Dr Cotinat précise : « Il n’y pas d’interdits dans le régime méditerranéen. Il y a des recommandations sur la consommation de certains aliments à respecter. Par exemple, il ne faudrait pas dépasser plus de 100 g de viande rouge par semaine (environ 1 repas). Il faut éviter les aliments ultra-transformés, qui contiennent des additifs et des conservateurs, dégradant la qualité d’un aliment. La consommation de fromage doit également rester occasionnelle. »

Par ailleurs, la gastro-entérologue recommande de prioriser les fruits et légumes de saison, et de la région dans laquelle vous vivez. Il n’existe pas un, mais DES régimes méditerranéens, en fonction de votre lieu de vie.

De plus, limiter la consommation de viande, et favoriser un commerce local sont des habitudes bénéfiques pour l’environnement. C’est pour cela que le régime est désormais qualifié de « régime durable« .

Protège le cœur, le cerveau et le microbiote intestinal

Les bienfaits de ce mode alimentaire sont nombreux. Les aliments sont riches en fibres, en antioxydants ou encore en bonnes graisses. Le régime méditerranéen est de plus en plus associé à la longévité et cela s’explique par les avantages qu’il offre pour la santé.

Réduction du risque de mortalité cardiovasculaire de 54 %

D’après une étude réalisée par le PREMIDED, les participants consommant le plus de fibres, fortement présentes dans le régime méditerranéen, présentaient un risque de mortalité cardiovasculaire réduit de 54 %, par rapport à ceux en mangeant le moins. Le Dr Cotinat recommande la consommation de certains fruits et légumes, particulièrement bons pour le cœur : pommes, poires, agrumes, légumes à feuilles vertes, carottes ou encore crucifère.

Il préserve votre santé mentale

L’alimentation joue un rôle indéniable sur la santé mentale. Certaines études ont déjà prouvé que la consommation de fibres, d’oméga3 ou encore de graisses saines agissaient bonnement sur l’anxiété et le stress. De plus, le sentiment de manger sainement permet d’alimenter l’estime de soi et la confiance.

Il nourrit les microbes protecteurs

Les effets positifs du régime méditerranéen sur le microbiote intestinale s’expliquent par le fait qu’il contient des polyphénols, des fibres et des oméga-3, qui nourrissent les microbes protecteurs du système digestif.

A lire pour aller plus loinJe soigne presque tout avec le régime méditerranéen, édition Thierry Souccar, de Martine Cotinat

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *