Spread the love


Elle a mis fin à son combat. Une Canadienne âgée de 30 ans est décédée vendredi 17 mai après de nombreuses années à se battre contre la maladie de Lyme. À bout de forces, la jeune femme a décidé d’avoir recours à l’aide médicale à mourir. « Après huit ans de bataille, d’avoir été forte avec des gens fantastiques autour de moi, je suis en paix avec le fait de baisser les armes », a expliqué la jeune femme dans un message enregistré pour sa famille au mois d’avril.

Elle raconte également qu’elle ne s’alimentait plus qu’avec des bananes car c’était le seul aliment toléré par son système digestif : « On m’a dit que je n’ai pas un diagnostic qui entre dans la catégorie qui permet d’entrer dans le programme ministériel d’alimentation intraveineux à domicile. Est-ce que c’est éthique de laisser quelqu’un décéder parce qu’il ne rentre pas dans une des fameuses cases qu’on a identifiées ? ».

« Je vous dis bon courage »

Au printemps 2023, grâce à un élan de générosité, elle s’était rendue au Mexique pour y recevoir un traitement mais ce voyage de la dernière chance n’avait pas eu les résultats attendus. Alors, c’est également à la population de son village que la jeune femme a adressé ses remerciements : « Je remercie infiniment chacun des Québécois qui a cru en moi, qui m’a soutenu et qui m’a permis de rêver et d’avoir espoir plus longtemps, d’avoir continué mes batailles et d’avoir réellement le sentiment d’avoir tout tenté. ».

Si elle a choisi de déposer les armes, elle livre un message d’espoir aux autres patients : « À tous ceux qui se battent, que ce soit pour la maladie de Lyme ou pour une autre maladie qui est peu ou pas reconnue, je vous dis bonne chance, bon courage, ne lâchez pas et continuez de croire en vous et de vous soutenir entre vous, c’est tellement important ».

Dans les médias, sa famille a expliqué la démarche de la trentenaire pour obtenir l’aide médicale à mourir : « Elle continuait d’avoir espoir jusqu’à il y a deux semaines. Mais elle a finalement décidé de jouer sa carte de l’aide médicale à mourir », a confié son père.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *