Spread the love


Dans les colonnes du Daily Express (Source 1), le journaliste britannique Robert Fisk a livré un témoignage bouleversant, dans le but que d’autres aient plus de chance que lui. Le journaliste, atteint d’un cancer de l’intestin désormais incurable, a en effet identifié plusieurs symptômes qui lui avaient échappé, car il les croyait liés à d’autres choses. Souhaitant que d’autres ne fassent pas les mêmes erreurs que lui, il a détaillé ces quelques signes auxquels il aurait dû prêter davantage attention.

Si j’avais prêté plus d’attention aux symptômes possibles de la maladie, ma famille et mes amis n’auraient pas à se préparer au fait que seulement 11 % des personnes dans ma situation survivent plus de cinq ans. Ils ne sont peut-être pas le signe d’un cancer, mais quel que soit le problème, plus tôt vous dites quelque chose, plus tôt vous pourrez être traité”, estime le journaliste.

Quels sont les symptômes dont il a souffert ?

Mais si le journaliste est passé à côté de ces symptômes, c’est en partie parce qu’ils ont été assez discrets, ou qu’il les a attribués, à tort, à la méningite dont il a souffert peu de temps avant son diagnostic de cancer. En effet, l’homme rapporte avoir souffert :

  • de fatigue extrême : “j’étais convaincu que j’étais fatigué parce que mon alimentation ne contenait pas suffisamment de vitamines. La plupart du temps, j’étais épuisé et je n’arrivais pas à comprendre pourquoi”, raconte-t-il ;
  • de maux de dos : “Je n’ai pas été alarmé lorsque j’ai ressenti une légère douleur dans le bas du dos après m’être assis à l’arrière d’une voiture ou après être resté assis à mon bureau à la maison. Cette douleur a disparu après ma première séance de chimiothérapie, me faisant penser qu’elle était sans doute causée par la tumeur” ;
  • du sang dans les selles : “Un simple test à domicile a révélé qu’il y avait du sang dans mes selles et mon « voyage » contre le cancer de l’intestin a commencé”, raconte le journaliste, précisant qu’une teinte rougeâtre sur le papier toilette doit suffire à amener à consulter ;
  • des douleurs en allant à la selle : “Si elles s’étaient produites à chaque fois que j’allais aux toilettes, j’aurais parlé à mon médecin généraliste des douleurs lancinantes que j’ai ressenties. Mais elles sont parties aussi vite qu’elles sont venues, donc je n’ai pas pris de rendez-vous pour les signaler comme un problème”, déplore le journaliste ;
  • une extrême perte de poids, un symptôme que le journaliste a rapidement attribué à sa méningite, puisqu’il avait souffert d’importantes diarrhées et vomissements, mais que son médecin a relevé comme anormal.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *