Spread the love


Il ne pensait pas pouvoir reparler un jour. Depuis qu’il avait subi un accident vasculaire cérébral (AVC) à seulement 20 ans, l’homme surnommé « Pancho » avait perdu la parole. Mais grâce aux avancées de la médecine, il peut aujourd’hui parler. Non pas dans une langue, mais deux : en anglais, et en espagnol. Cette prouesse médicale a été rendue possible grâce à une équipe de neurochirurgiens et de spécialistes de l’intelligence artificielle de l’Université de Californie (États-Unis). Ils ont publié les résultats de leur étude dans la revue Nature Biomedical Engineering le 20 mai 2024 (source 1).

Un implant cérébral

Mais comment y sont-ils parvenus ? Grâce à « un implant cérébral associé à une application d’intelligence artificielle », d’après un communiqué (source 2). Plus précisément, l’équipe a implanté une interface cerveau-ordinateur (en clair, des électrodes) au niveau de la partie du cerveau responsable du traitement du langage de l’homme. Les données recueillies dans le cerveau par l’interface ont ensuite été transformées en paroles, avec l’aide de l’intelligence artificielle. Avant d’y arriver, Pancho a « suivi une formation » pendant trois ans après l’implantation de l’interface. Il devait répéter, dans sa tête, des mots que les chercheurs lui montraient, afin que le dispositif apprenne à décoder ses ondes cérébrales.

Le dispositif est très efficace : « Le système a fait preuve d’une précision de 88 % pour déterminer quand Pancho parlait en espagnol ou en anglais, et de 75 % pour le décodage des mots en général », d’après le communiqué. Des résultats suffisants pour tenir une conversation.

Une méthode en plein développement

Des études précédentes avaient déjà « montré qu’il était possible d’implanter une sonde à la surface du cerveau pour lire les ondes cérébrales, puis d’appliquer des techniques d’apprentissage aux données qu’elle fournit afin de convertir certaines ondes cérébrales en mots », d’après le communiqué. Jusqu’ici, « les progrès dans le décodage de la parole à partir de l’activité cérébrale se sont concentrés sur le décodage d’une seule langue », rappellent les auteurs de l’étude (source 2). Mais ici, les chercheurs sont allés plus loin en permettant à l’homme de parler une seconde langue.

De grandes avancées dans ce domaine ont été réalisées ces dernières années. En 2023, des chercheurs de l’Université de Californie se félicitaient d’avoir rendu la parole à une femme qui était paralysée depuis qu’elle avait subi un AVC. « C’est la première fois que la parole ou les expressions faciales sont synthétisées à partir de signaux cérébraux », se réjouissaient alors les chercheurs (source 2). Depuis, plusieurs patients ont retrouvé la parole, et même la mobilité, grâce à des implants cérébraux.

En vidéo, le témoignage de Pierre et Véronique : « J’ai perdu les mots après mon AVC »

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *