Spread the love


Il sera resté positif pour le Sars-Cov-2, virus du Covid-19, pendant plus de deux ans. Le magazine américain Time (Source 1) rapporte le cas exceptionnellement rare d’un homme de 72 ans, décédé récemment, et dont le système immunitaire affaibli n’a jamais réussi à se débarrasser du Covid-19 en 613 jours.

Contaminé par le variant Omicron en février 2022, le patient (dont on ignore encore la nationalité et le lieu d’hospitalisation) a conservé le virus dans son organisme jusqu’à sa mort, en octobre dernier.

Le patient était atteint d’un trouble sanguin, et était immunodéprimé : son système immunitaire, très affaibli, n’a pas réussi à produire suffisamment d’anticorps pour se défaire du coronavirus, et ce malgré plusieurs rappels de vaccination.

Pire encore, l’homme a en quelque sorte été malgré lui une sorte d’espèce-réservoir du Sars-Cov-2, puisque des analyses ont montré que le virus a acquis plus de 50 mutations dans l’organisme de ce patient, dont certaines suggèrent une capacité accrue à échapper aux défenses immunitaires. Une analyse de plusieurs échantillons de nez et de gorge du patient a également mis en évidence une résistance du coronavirus au sotrovimab, un anticorps monoclonal humain utilisé contre le SARS-CoV-2.

Du danger des infections persistantes

« Ce cas souligne le risque d’infections persistantes par le SRAS-CoV-2 chez les personnes immunodéprimées », ont déclaré les auteurs, qui présenteront le cas fin avril à Barcelone (Espagne), lors du congrès annuel de la Société européenne de microbiologie clinique et de maladies infectieuses. « Nous soulignons l’importance de la surveillance génomique continue de l’évolution du SRAS-CoV-2 chez les personnes immunodéprimées présentant des infections persistantes », ont-ils ajouté.

Cette infection de 20 mois est la plus longue répertoriée jusqu’ici. Bien qu’on ignore si le virus mutant hébergé par ce patient a contaminé d’autres personnes, ce cas clinique souligne le risque engendré par les infections prolongées, qui peuvent permettre au virus de muter et donner lieu à des variants plus préoccupants.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *