Spread the love


La Covid-19 semble un lointain souvenir et pourtant… L’infectiologue au service des maladies infectieuses et tropicales de l’AP-HP, Éric Caumes, interrogé par le média 20 minutes, alerte sur de nouveaux dangers viraux.

Un contexte propice à de nouveaux dangers sanitaires 

Entre les virus transmis par les moustiques, les tiques ou encore les infections sexuellement transmissibles, des épidémies “nous guettent” prévient le professeur Éric Caumes. Bien qu’il soit impossible de prévoir l’arrivée de ces nombreux virus, l’infectiologue a la certitude que des maladies virales, telles que la dengue et le chikungunya, vont se développer. Avec un climat propice au moustique tigre, c’est bien sûr le sud de la France qui est le plus vulnérable, mais l’infectiologue rappelle qu’ “ il y a déjà eu des cas autochtones de dengue l’année dernière en région parisienne, à Limeil-Brévannes”. 

De plus, les données de Santé Publique France d’avril 2024 identifient neuf foyers de transmission pour un total de 45 cas de dengue infectés en France. Selon Eric Caumes, “dès que les chaleurs vont arriver, le risque épidémique va démarrer”. On pourrait supposer que cela advienne en plein mois d’août, alors que 15 millions de visiteurs sont attendus pour les JO.

Les virus à surveiller 

Les virus qui inquiètent l’infectiologue et qui sont susceptibles de se développer sont : 

. La dengue ;

. Le chikungunya ;

. Le virus du Nil occidental : quelques cas ont été observés dans la région bordelaise l’année dernière. “C’était très inhabituel”, rapporte Éric Caumes à 20 minutes ;

. La variole du singe : bien que la France ait réussi à endiguer l’épidémie grâce à une campagne de vaccination, le risque d’un rebond épidémique n’est pas exclu ; 

. La fièvre hémorragique de Crimée-Congo. Des cas sont détectés chaque année en Espagne.

Source : 20 minutes

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *