Spread the love


Le mouvement de grève aura lieu les lundi 3 et mardi 4 juillet et pourra impacter la prise en charge des soins. Les syndicats de médecins demandent notamment la concrétisation des négociations annoncées par Emmanuel Macron en début d’année, qui promettait “d’ouvrir le chantier de la rémunération du travail de nuit” et de la “permanence” des soins, c’est-à-dire des gardes et astreintes (source 1). Pourtant, les négociations sont au point mort depuis mi-mai, alors que l’hôpital public connaît une situation plus que critique depuis la pandémie, et même avant. Cet appel émane de 2 syndicats, Actions praticiens hospitaliers et Alliance Hôpital et de l’Intersyndicat des praticiens hospitaliers, dont le premier avait pour président, l’actuel ministre de la santé, François Braun. La situation décrite par les syndicats est critique : 

Le cabinet du ministre François Braun affirme qu’un plan global est en préparation pour rendre la carrière hospitalière plus attractive, mais il est en attente de décisions “interministérielles” avec Bercy et Matignon. Les syndicats de médecins hospitaliers seront reçus mardi au ministère, selon l’annonce préalable du cabinet de François Braun.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *