Spread the love


Réunis à Genève, les délégués de l’Assemblée mondiale de la santé (AMS) se sont accordés un délai supplémentaire d’un an pour finaliser un accord de prévention des pandémies, en discussion depuis plus de deux ans.

Réforme du Règlement sanitaire international (RSI)

L’AMS a également adopté des amendements au Règlement sanitaire international (RSI), introduisant le concept d'”urgence pandémique” et renforçant les principes de solidarité et d’équité. Selon Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’OMS, ces décisions démontrent la volonté des États de protéger la population mondiale des futures urgences sanitaires.

Pressions politiques et défis

Les pays africains ont exprimé le souhait de conclure les négociations d’ici la fin de l’année, craignant une réélection de Donald Trump en novembre, qui pourrait compliquer les relations avec l’OMS. Malgré ces défis, Tedros reste optimiste quant à une issue favorable des négociations.

Leçons de la crise sanitaire

L’initiative de ces négociations remonte à décembre 2021, en pleine crise sanitaire mondiale due au Covid-19. Les pays de l’OMS avaient alors décidé de lancer des discussions sur un accord contraignant pour la prévention et la réponse aux pandémies. Cependant, des divergences persistent, notamment sur le partage des savoir-faire et l’accès aux technologies et financements nécessaires pour combattre les futures crises sanitaires.

Réactions et controverses

La mise à jour du RSI inclut désormais la déclaration d'”urgence pandémique” pour alerter les États et les opinions publiques avant qu’une crise sanitaire ne devienne incontrôlable. Malgré l’enthousiasme des délégués, des manifestations ont eu lieu devant le siège de l’ONU à Genève, critiquant l’OMS et les vaccins. Mike Ryan, numéro deux de l’OMS, a souligné l’importance d’un débat basé sur les faits, tout en affirmant que toutes les voix doivent être entendues.

L’OMS continue de travailler pour un accord final qui, une fois adopté, pourrait empêcher la répétition des ravages causés par des pandémies comme le Covid-19.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *