Spread the love


Les taux de transaminases sont estimés au moyen d’un prélèvement sanguin. Lorsque leurs concentrations sont anormalement élevées, c’est généralement le signe d’une atteinte hépatique. Dans ce cas, il faut consulter rapidement le médecin qui a prescrit le dosage.

Définition : qu’est-ce qu’une transaminase exactement ?

« Les transaminases sont des enzymes qui se situent à l’intérieur des cellules de certains organes », indique le Dr Delphine Jouaud. Elles interviennent dans une multitude de réactions biologiques. « Leur dosage permet de refléter l’activité ou au contraire la destruction des cellules des organes concernés ».

ASAT (TGO ou SGOT) et ALAT (TGP ou SGPT) : quelle différence ?

On distingue deux types de transaminases :

  • Les transaminases ASAT ou TGO (Aspartate-aminotransférase ou SGOT, Sérum GlutamoOxaloacétate Transférase) ;
  • Les transaminases ALAT ou TGP (Alanine-aminotransférase ou SGPT, Sérum GlutamoPyruvate Transférase).

« Ces deux enzymes sont présentes dans le cœur, le foie et les muscles. Toutefois, les transaminases ALAT sont un peu plus spécifiques du foie, mais aussi du cœur et des muscles. Les transaminases ASAT, elles, sont présentes dans d’autres d’organes : on les trouve également dans les reins, dans les cellules sanguines, dans le pancréas… », explique le Dr Jouaud.

Indications : quand faut-il doser les transaminases ?

« Le dosage des transaminases est le plus couramment réalisé face à des symptômes tels que des douleurs abdominales, des vomissements, un ictère (jaunisse)… qui peuvent être révélateurs d’un problème hépatique », rapporte le médecin. Ce dosage est également réalisé lors d’un bilan hépatique, afin de suivre l’évolution des patients dont le foie est malade.

« On dose aussi les transaminases dans d’autres cas : une altération de l’état général, un bilan de fatigue inexpliqué, une perte d’appétit inexpliquée ou un amaigrissement inexpliqué… », ajoute Delphine Jouaud. « Certains médecins peuvent doser les transaminases au cours d’un bilan de routine, même si ce n’est pas une indication préconisée par la Haute Autorité de Santé ».

Enfin, on peut doser les transaminases lors de la surveillance de certains traitements particuliers (médicaments antirétroviraux, certains antifongiques par voie orale…) dans le but de vérifier la tolérance hépatique du médicament.

Qu’est-ce qu’un taux normal de transaminases dans une prise de sang ?

Le taux de transaminases varie en fonction du sexe, de l’âge, de la température du corps et de l’indice de masse corporelle (IMC). Il faut également savoir que lorsqu’on réalise un dosage des transaminases, les taux peuvent varier légèrement d’un laboratoire d’analyses médicales à l’autre.

Voici les valeurs normales de chacune de ces enzymes dans une prise de sang :

  • Pour les ALAT : on considère que le taux est normal s’il se situe entre 8 et 35 ;
  • Pour les ASAT : on considère que le taux est normal s’il se situe entre 8 et 30.

À noter : « il n’existe pas de seuil trop bas de transaminases », précise le Dr Jouaud. « Si le taux est inférieur à 8, il ne faut pas en tenir rigueur ».

Pourquoi les transaminases sont élevées ? Qu’est-ce qui les fait augmenter ?

Il existe de nombreuses possibilités de modifications des taux d’ALAT et d’ASAT. « Beaucoup de maladies ou de médicaments influencent ces taux – en grande majorité les maladies hépatiques. Mais des maladies cardiaques, musculaires, l’obésité… peuvent également entraîner une élévation du taux de transaminases.

Une élévation brutale (aiguë) des ALAT et des ASAT évoque un problème aigu :

  • Une hépatite médicamenteuse (par exemple une intoxication volontaire ou accidentelle d’une dose toxique de paracétamol – la dose toxique chez l’adulte étant de 10 g, moins pour les personnes atteintes d’hépatopathie chronique) ;
  • Une hépatite virale (A, B, C…) ;
  • Un calcul biliaire (présence dans la vésicule biliaire de petits dépôts pierreux composés d’éléments de la bile) ou une inflammation des voies biliaires ;
  • Une insuffisance cardiaque majeure (embolie pulmonaire importante par exemple) ;
  • Une obstruction du flux veineux hépatique (syndrome de Budd-Chiari) ;
  • Des toxiques (ingestion d’ecstasy, du champignon Amanite phalloïde…) ;
  • Plus rarement, la leptospirose (maladie due à des bactéries présentes dans les urines des animaux, essentiellement les rongeurs)…

À noter : il ne faut jamais cacher au médecin la prise de traitements, de toxiques ou même de phytothérapie, car certaines plantes peuvent être mal assimilées par le foie et présenter un risque toxique.

Une élévation chronique des ALAT et des ASAT évoque :

  • Une « maladie du foie gras » ou NASH (stéatose hépatique qui correspond à une accumulation de graisses dans les cellules du foie) ;
  • Une consommation élevée d’alcool (le seuil habituellement reconnu est de 50 g/J.) ;
  • Une hépatite virale B ou C dans sa forme chronique ;
  • Une obésité avec le syndrome métabolique ;
  • Une anorexie mentale ;
  • Une pathologie endocrinienne (hypothyroïdie…) ;
  • Une hémochromatose ;
  • Un diabète ;
  • Une maladie cœliaque ;
  • Des médicaments (vitamine A, statines, fibrates…)…

Il faut savoir que le taux de transaminases d’un adulte est atteint à l’adolescence et ne peut pas être modifié par le cycle menstruel ou la grossesse. En revanche, la contraception et la ménopause semblent augmenter le taux de transaminases d’environ 10 %.

Transaminases élevées : quand s’inquiéter ?

“Une élévation brutale du taux de transaminases doit être un signe à prendre en compte : c’est ce qu’on appelle une situation aiguë. Le diagnostic sera alors différent de celui d’une élévation chronique”, explique le Dr Jouaud. “Lorsque le taux de transaminases est doublé (deux fois la norme) sur au moins un des deux enzymes, il faut généralement s’inquiéter. En revanche, si le taux de transaminases est au-dessus de la moyenne de seulement quelques points (36,37, 38…), même sur les deux enzymes, il ne faut pas en tenir rigueur ou simplement le surveiller”.

Taux élevé de transaminases : que faire ? Peut-on le faire baisser ?

Si votre taux de transaminases est élevé, consultez le médecin prescripteur (qui vous a prescrit le dosage sanguin) : il vous orientera vers l’examen nécessaire (échographie, scanner abdominal…), vers un(e) spécialiste ou vers une simple surveillance si le taux est légèrement élevé. Si le taux est très élevé, il peut vous renvoyer directement vers les urgences s’il le juge nécessaire. 

Il n’existe aucun traitement spécifique pour faire baisser les taux d’ASAT et d’ALAT dans le sang. « Il faut traiter la cause si c’est une maladie, ou bien arrêter la cause de l’intoxication (alcool, médicament…) », déclare le Dr Jouaud. « Ensuite, c’est le corps qui se chargera tout seul de faire baisser le taux de transaminases ».

« Il faut savoir que le foie est un organe qui se dégrade très vite mais qui se régénère également très vite tout seul, ce qui explique que le taux de transaminases peut augmenter mais aussi baisser très rapidement », conclut l’experte.

Leave a Reply

Your email address will not be published.