Spread the love


Ces dernières années, les risques potentiels pour la santé associés aux aliments dits « ultra-transformés » ont été étudiés et largement médiatisés. Mais tous ces aliments ne sont pas à jeter à la poubelle, d’après une nouvelle étude.

De quel type d’aliment parle-t-on exactement ? Les aliments ultra-transformés sont fabriqués industriellement à l’aide de diverses techniques de transformation. Ils contiennent des ingrédients introuvables dans une cuisine familiale, tels que des conservateurs, des émulsifiants, des édulcorants et des colorants artificiels. Exemple : les chips, les yaourts aromatisés, les sodas, et le pain de mie complet.

Les aliments ultra-transformés sont généralement riches en énergie, en sucres ajoutés, en sel et en graisses saturées. Ces derniers sont depuis longtemps reconnus comme des facteurs de risque pour toute une série de maladies. Une forte consommation d’aliments ultra-transformés a été associée à un risque plus élevé de diabète de type 2 et de décès par maladie cardiaque, ou encore, par accident vasculaire cérébral.

Il faut prendre en compte la qualité globale de l’alimentation

Ces nouveaux travaux s’appuient sur 30 ans de données provenant de deux grandes études de cohortes américaines pour évaluer la relation entre la consommation d’aliments ultra-transformés et la santé à long terme. L’étude a tenté de dissocier les effets du processus de fabrication du profil nutritionnel des aliments.

En effet, une légère augmentation du risque de décès prématuré en cas de consommation accrue d’aliments ultra-transformés a bien été observée.

Mais les auteurs ont également examiné la qualité globale de l’alimentation des participants. Ils ont constaté que chez les personnes ayant une alimentation de qualité, il n’y avait pas de lien évident entre la quantité d’aliments ultra-transformés consommés et le risque de décès prématuré.

Les pains complets et céréales du supermarché seraient sans risque

Lorsque les chercheurs ont analysé les aliments ultra-transformés par sous-catégorie, les produits à base de céréales complètes, tels que les pains complets de supermarché et les céréales complètes pour le petit-déjeuner, n’ont pas été associés à un risque pour la santé.

Les auteurs concluent que si la limitation de la consommation de certains types d’aliments ultra-transformés est justifiée pour la santé à long terme, tous les produits alimentaires ultra-transformés ne devraient pas faire l’objet d’une restriction universelle.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *