Spread the love


Le syndrome du côlon irritable est un trouble courant. Il se manifeste par des douleurs abdominales, des gaz et des ballonnements abdominaux, de la diarrhée et de la constipation. Ces symptômes peuvent se combiner de différentes façons, à des degrés de gravité variables.

Le traitement habituel repose sur des changements d’habitudes, tel le fractionnement des repas, et le fait de limiter le café, l’alcool et les boissons gazeuses. Dans certains cas, les professionnels de santé peuvent conseiller des médicaments pour améliorer des symptômes spécifiques, comme la diarrhée. Mais d’après une étude parue dans The Lancet Gastroenterology & Hepatology, le traitement diététique serait plus efficace que les médicaments.

Certaines aliments -même sains- peuvent provoquer des douleurs en cas de syndrome de l’intestin irritable

Les chercheurs ont comparé trois traitements : deux diététiques et un médicamenteux. Les participants étaient des adultes présentant des symptômes sévères ou modérés du syndrome de l’intestin irritable, à l’hôpital universitaire Sahlgrenska de Göteborg, en Suède.

Le premier groupe a reçu des conseils traditionnels en matière de nutrition, axés sur un comportement alimentaire associé à une faible consommation de glucides fermentescibles, connus sous le nom de FODMAPs. Il s’agit notamment des produits contenant du lactose, des légumineuses, des oignons et des céréales, qui fermentent dans le côlon et peuvent provoquer des douleurs dans le cadre du syndrome de l’intestin irritable.

Le deuxième groupe a reçu un traitement diététique pauvre en glucides et proportionnellement riche en protéines et en graisses. Dans le troisième groupe, le meilleur médicament possible a été administré en fonction des symptômes les plus gênants de la maladie.

« Le régime alimentaire joue un rôle central »

Chaque groupe comprenait une centaine de participants sur une période de traitement de quatre semaines. Les chercheurs ont examiné la réaction des participants aux traitements, à l’aide d’une échelle d’évaluation. L’ensemble des participants a déclaré avoir gagné en qualité de vie, grâce à une diminution des symptômes physiques et une réduction des symptômes d’anxiété et de dépression.

Parmi les participants ayant reçu des conseils traditionnels, 76 % ont vu leurs symptômes diminuer de manière significative. Dans le deuxième groupe, le pourcentage était de 71 %, et dans le groupe ayant reçu des médicaments, de 58 %. Les bénéfices ont perduré même au bout de six mois, alors que certains participants avaient repris leurs habitudes antérieures.

« Cette étude montre que le régime alimentaire joue un rôle central dans le traitement du syndrome de l’intestin irritable, mais qu’il existe plusieurs traitements alternatifs efficaces », déclare Sanna Nybacka, auteure de l’étude, citée par Eurekalert. « Nous avons besoin de plus de connaissances sur la meilleure façon de personnaliser le traitement, et nous allons continuer à étudier si certains facteurs peuvent prédire la façon dont les individus répondent aux différentes options« , conclut-elle.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *