Spread the love


Certaines maladies seraient associées à un plus grand risque de souffrir de la maladie d’Alzheimer, tandis que d’autres seraient protectrices face à cette maladie neurodégénérative. C’est ce que révèle une nouvelle étude, publiée dans la revue Alzheimer’s & Dementia : Diagnosis, Assessment & Disease Monitoring (source 1) ce 20 mai 2024.

Depuis des années, de nombreux scientifiques s’attellent à découvrir les liens, aujourd’hui encore flous, entre certains problèmes de santé et la maladie d’Alzheimer. Cette nouvelle étude, pour laquelle les données de santé de 2 443 Australiens ont été analysées, vient ainsi apporter de nouveaux éclairages. Selon le Dr Yijun Pan, auteur de l’étude, « il s’agit de la première étude à évaluer 20 associations de comorbidité avec la déficience cognitive en utilisant un seul ensemble de données australiennes, ce qui nous a permis d’examiner pleinement comment ces conditions affectent la probabilité de développer la maladie d’Alzheimer » (source 2).

Des maladies qui augmenteraient le risque

Selon les conclusions de l’étude, certaines maladies étaient associées à un risque significativement plus élevé de développer la maladie d’Alzheimer. Il s’agit de l’anxiété « et d’autres troubles neurologiques ». « Ces résultats sont cohérents avec des études antérieures », d’après les auteurs de l’étude. « Nous avons constaté que l’anxiété et d’autres troubles neurologiques sont associés à une probabilité accrue de maladie d’Alzheimer. Les personnes souffrant d’anxiété et de troubles neurologiques sont 1,5 et 2,5 fois plus susceptibles d’être atteintes de la maladie d’Alzheimer. Chez les personnes souffrant d’anxiété, les hommes ont plus de chances que les femmes de développer la maladie d’Alzheimer », a précisé le Dr Pan.

Face à ces résultats, les auteurs de l’étude estiment qu’il « peut être bénéfique pour les personnes vivant avec ces conditions médicales de se soumettre à une surveillance de l’apparition de la maladie d’Alzheimer ».

La dépression et les accidents vasculaires cérébraux (AVC) n’ont par contre pas été associés à la maladie d’Alzheimer. Pourtant, selon la Fondation Recherche Alzheimer (source 3), la dépression est liée à la maladie d’Alzheimer.

Des maladies associées à un risque réduit de maladie d’Alzheimer

Au contraire, certaines maladies ont été « associées à un risque plus faible de maladie d’Alzheimer ». Il s’agit :

  • de l’arthrite ;
  • du cancer ;
  • de l’hypercholestérolémie ;
  • des maladies rénales et hépatiques ;
  • des troubles gastriques ;
  • du remplacement d’articulations ;
  • des défauts visuels. « Des défauts visuels plus importants étaient associés à des probabilités réduites de 50 à 60 % » de maladie d’Alzheimer, ont même remarqué les chercheurs.

« Parmi ces comorbidités, les résultats concernant l’arthrite, le cancer et le remplacement des articulations dans la présente étude sont cohérents avec les études antérieures ; tandis que les associations entre la déficience visuelle, les maladies rénales ou hépatiques et la maladie d’Alzheimer ont donné des résultats contradictoires par rapport aux études antérieures », ont précisé les auteurs de l’étude.

Des « recherches supplémentaires » sont évidemment nécessaires « pour comprendre si ces maladies interfèrent avec l’évolution de la maladie d’Alzheimer ou s’il peut y avoir d’autres raisons », rappelle le Dr Pan. « Les médicaments ou les traitements utilisés pour ces maladies peuvent éventuellement contribuer à cette observation », suppose-t-il.

Selon la Fondation Recherche Alzheimer et la Fondation Vaincre Alzheimer (source 4), plusieurs facteurs de risques de la maladie d’Alzheimer sont aujourd’hui établis. Parmi eux, l’hypertension artérielle, le diabète ou encore l’obésité.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *