Spread the love


L’été tarde à arriver mais c’est peut-être mieux pour votre santé. Cité par le site internet WBRC. com, le Dr Kyle Wood, urologue, rapporte une augmentation notable des cas de calculs rénaux pendant les mois d’été. « Nous constatons en fait une augmentation des visites aux urgences et des personnes nécessitant des interventions pour des calculs au cours de l’été, mais aussi avant », souligne le Dr Wood.

Il explique que la principale cause des calculs rénaux est un apport hydrique insuffisant. « L’eau est la meilleure solution, mais tout ce qui contient du citrate, donc si vous lisez en ligne, vous verrez beaucoup de choses sur la limonade, le jus de citron. En réalité, c’est parce que cela contient du citrate et que les citrates inhibent les calculs rénaux », explique le Dr Wood qui met en avant l’importance d’une hydratation suffisante. Avant de poursuivre : « Nous pouvons augmenter notre consommation de sel ou de protéines animales pendant les mois d’été, peut-être avec un repas ou un barbecue, et cela peut également augmenter notre risque de calculs ».

Colique néphrétique : une douleur intense

Dans la grande majorité des cas, les calculs sont de nature puis à base d’oxalate de calcium surtout, ou composés d’acide urique (dans seulement 10 % des cas). Plus rarement, des calculs de phosphates ammoniaco-magnésiens sont liés à des ­infections urinaires chroniques. Comme Santé magazine vous l’expliquait dans cet article, l’insuffisance de consommation d’eau est le dénominateur commun des facteurs de risque de formation des calculs urinaires.

La plupart du temps les calculs rénaux sont évacués naturellement dans l’urine mais, quand ils obstruent l’urètre, on parle alors de colique néphrétique. Lors de petits calculs rénaux, les patients peuvent ressentir des envies fréquentes d’uriner, remarquer la présence de sang dans les urines, souffrir de nausées et de brûlures lors de la miction. En cas de colique néphrétique, les patients ressentent une douleur vive dans bas du dos, qui irradie vers le ventre et les organes génitaux. Dans ce cas une consultation médicale s’impose et une hospitalisation peut être nécessaire.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *