Sébastien Vahaamahina ne jouera plus au rugby après une nouvelle commotion cérébrale

Spread the love

Sébastien Vahaamahina, ici en décembre 2021, va devoir mettre un terme à sa carrière après une nouvelle commotion.
THIERRY ZOCCOLAN / AFP Sébastien Vahaamahina, ici en décembre 2021, va devoir mettre un terme à sa carrière après une nouvelle commotion.

THIERRY ZOCCOLAN / AFP

Sébastien Vahaamahina, ici en décembre 2021, va devoir mettre un terme à sa carrière après une nouvelle commotion.

RUGBY – « C’est trop ». Le deuxième ligne international de Clermont Sébastien Vahaamahina va devoir mettre un terme à sa carrière après une nouvelle commotion, a-t-il indiqué dans un entretien à L’Équipe, où il reproche au club français de ne pas assumer ses responsabilités.

Vahaamahina (31 ans, 46 sélections) n’a plus joué avec Clermont depuis le 10 décembre et un match face à la franchise sud-africaine des Stormers (24-14), en Champions Cup.

« En six ans, c’est la dixième (commotion) répertoriée. Il y en a eu d’autres, mais elles n’ont apparemment pas été enregistrées dans mon dossier médical. J’ai des symptômes de plus en plus forts après chaque commotion, avec un impact sur ma vie de joueur de rugby professionnel mais aussi sur ma vie privée », a confié Vahaamahina au quotidien sportif L’Équipe, racontant ses « maux de tête », ses « vertiges », sa « fatigue »

« Une semaine après, j’ai voulu venir au stade en conduisant seul. Résultat : je me suis endormi sur le parking en arrivant tellement j’étais épuisé d’avoir conduit même pas quinze minutes. On a dû aussi repousser mon opération du nez car l’anesthésie n’était pas conseillée dans mon état », a-t-il poursuivi.

« J’ai honte pour mon club »

Après deux opérations, l’ancien joueur de Brive et de Perpignan, arrivé à Marcel-Michelin en 2014, a « repris une vie presque normale », mais continue à vivre avec « une épée tranchante au-dessus de la tête ».

« Cinq mois ont passé et ils (les dirigeants de Clermont, ndlr) auraient pu me faire une proposition décente et claire pour terminer correctement mon histoire avec le club. S’ils ne l’ont pas fait, c’est qu’ils ne veulent pas le faire. Le club continue à gagner du temps et espérer que je baisse les bras. Je pensais mériter plus de respect. Je suis déçu et blessé », a encore affirmé le deuxième ligne.

« J’ai compris que l’ASM avait sûrement autre chose à faire que de s’occuper de ses vieux soldats », a-t-il ajouté.

Dans la semaine, club et joueur ont reçu un courrier de la FFR, indiquant le retrait de la licence de Vahaamahina « à la suite d’une lettre du médecin de l’ASM et une recommandation de la commission médicale devant laquelle je n’ai jamais été convoquée », selon le natif de Nouméa qui explique n’avoir reçu aucune information préalable.

« J’ai honte pour mon club alors que mon licenciement pour inaptitude est en cours. J’ai beaucoup de mal à mettre les pieds au stade. J’ai dit aux dirigeants qu’ils avaient tout gâché, comme s’ils avaient tout effacé. J’étais programmé pour jouer, pour tout donner et performer », constate-t-il.

« On est comme des voitures pour eux. Et quand on est foutu, on part à la casse »
Sébastien Vahaamahina

« Eux devaient et doivent nous protéger. Les joueurs ont des devoirs mais aussi des droits. Ils sont pressés d’en finir avec moi. Tout cela est injuste. Ils n’assument pas. On est comme des voitures pour eux. Et quand on est foutu, on part à la casse », raconte encore Vahaamahina, estimant que « à plusieurs reprises, les délais de repos après commotions n’ont pas été respectés ».

Vahaamahina vient ajouter son nom à la liste grandissante de joueurs qui dénoncent les manquements des autorités, tels l’ancien pilier des All Blacks Carl Hayman ou l’ex-talonneur du XV de la Rose Steve Thompson. Il est aussi le troisième joueur de l’ASM à dénoncer l’attitude du club auvergnat, après le deuxième ligne Jamie Cudmore et le troisième ligne Alexandre Lapandry, qui ont déposé plainte contre le club pour « mise en danger de la vie d’autrui ».

À voir également sur Le HuffPost :

Leave a Reply

Your email address will not be published.