Spread the love


Cela ne vous aura pas échappé, tous les régimes ne visent pas à favoriser la perte de poids. C’est notamment le cas du régime Seignalet, aussi connu sous le nom de régime hypotoxique et mis au point en 1985 par le docteur Jean Seignalet (1936-2003), médecin biologiste et spécialiste de l’immunité. Son objectif principal ? Réduire l’inflammation dans le corps en évitant les aliments qui pourraient être mal tolérés ou qui pourraient causer une réaction immunitaire. En effet, le régime Seignalet est basé sur l’hypothèse que de nombreuses maladies sont causées par une hyperperméabilité intestinale qui permet à certaines substances contenues dans les aliments de pénétrer dans la circulation sanguine et de déclencher une réponse inflammatoire. Est-il vraiment efficace ? Et comment le mettre en pratique au quotidien ?

Quel est le principe du régime du docteur Seignalet ?

Comme indiqué ci-dessus, le régime Seignalet n’est pas un régime minceur, mais un régime santé. Sa finalité n’est pas de perdre du poids, mais bien de soulager les symptômes de maladies chroniques incurables. Le Dr Jean Seignalet estime en effet que la plupart des maladies modernes sont liées à notre alimentation et peuvent être prévenues grâce au retour à une alimentation dite « originelle » ou « ancestrale ».

Selon l’association Jean Seignalet : « Les aliments que nous consommons ont subi de nombreuses transformations moléculaires. Et certains de ces aliments, classiquement considérés comme sains sont devenus totalement indigestes pour certain(e)s d’entre nous » (source 1). Le régime Seignalet est donc un régime sans gluten et sans caséine (protéines extraites du lait), qui préconise du frais, du cru, et des cuissons douces. On parle de régime « hypotoxique » car il exclut certains aliments « toxiques » pour certaines personnes.

Ce régime prône une alimentation diversifiée et la plus proche possible de celle de nos ancêtres cueilleurs-chasseurs. Il tient aussi compte de la forme moléculaire des aliments, de leur qualité, et pas seulement de leur quantité comme dans la diététique classique, résume l’association Jean Seignalet.

Les grandes lignes du régime Seignalet :

  • Exclure les laits d’origine animale (lait de vache, de chèvre, de brebis, etc.) et leurs dérivés (beurre, fromage, crème, yaourt, crème glacée, etc.).
  • Exclure les céréales mutées (obtenues par sélection, transplantation, hybridation ou modification génétique) et / ou indigestes : le blé, le maïs, le seigle, l’orge, l’avoine, le kamut, l’épeautre, etc.
  • Exclure les produits cuits à une température supérieure à 110 °C et la cuisson au micro-ondes.
  • Exclure les huiles extraites à chaud ou cuites et préférer les huiles vierges crues, extraites à froid.
  • Consommer des aliments issus de l’agriculture biologique, qui contiennent moins de produits toxiques comme les pesticides.
  • Consommer de préférence du sel et des sucres complets, « même si la consommation de sucre raffiné n’est pas un obstacle à l’efficacité du régime ».
  • Miser sur une supplémentation en vitamines, en minéraux et en oligo-éléments, « car les modes de production actuels fournissent souvent des aliments poussés trop vite, moins riches en nutri-aliments ». Sans compter que les personnes malades ont souvent besoin de nutriments essentiels en quantités plus importantes.

Bienfaits : pourquoi adopter le régime Seignalet ?

Selon le Dr Seignalet, les résultats de la méthode se font sentir sur les petits maux, mais aussi sur de nombreuses maladies chroniques. Au cours de ses travaux, le médecin a observé des résultats positifs pour 91 pathologies sur les 115 étudiées. Il a classé ces maladies en trois catégories en fonction de leur mécanisme d’apparition :

  • les maladies auto-immunes(polyarthrite rhumatoïde, sclérose en plaques, spondylarthrite ankylosante, lupus, maladie cœliaque, etc.) ;
  • les maladies d’élimination (maladie de Crohn, urticaire, psoriasis, acné, asthme, bronchite chronique, colite, etc.)
  • et les maladies d’encrassage cellulaire (cancer, diabète de type 2, fibromyalgie, arthrose, tendinites, etc.).
     

Les bienfaits présumés du régime Seignalet sont les suivants :

  • en évitant les aliments potentiellement inflammatoires (le gluten, les produits laitiers et les aliments transformés), le régime Seignalet peut aider à réduire l’inflammation dans le corps. À noter : ce régime n’a pas vocation à guérir une maladie inflammatoire, mais à favoriser la disparition des symptômes et à ralentir la progression de la maladie.
  • en éliminant le gluten et le lactose, le régime Seignalet peut potentiellement améliorer la santé digestive (réduction des ballonnements, des douleurs abdominales et des troubles intestinaux).
  • en encourageant la consommation d’aliments frais, non transformés et biologiques, l’alimentation hypotoxique favorise la santé globale et limite notamment le risque de maladies cardiovasculaires. Sans compter qu’une alimentation saine et équilibrée améliore la qualité de vie en général : l’humeur, le sommeil, etc.
  • enfin, le régime Seignalet peut aider à identifier les intolérances alimentaires individuelles : en éliminant certains groupes d’aliments potentiellement problématiques, puis en les réintroduisant progressivement, on peut plus facilement savoir si certaines substances alimentaires spécifiques sont mal tolérées par notre organisme.

Toutefois, il est important de rappeler que les preuves scientifiques soutenant ces bienfaits sont limitées : aucune étude indépendante n’a encore permis de prouver méthodologiquement l’efficacité du régime Seignalet sur les pathologies en question. Des recherches supplémentaires sont donc nécessaires pour confirmer ses vertus et ses impacts sur la santé à long terme. Par conséquent, si vous envisagez d’adopter ce régime, consultez un(e) professionnel(le) de santé ou un(e) nutritionnistepour un suivi régulier et des conseils personnalisés.

Combien de temps peut-on suivre ce régime ?

Le régime Seignalet n’est pas un régime à durée déterminée. Il peut être suivi pendant quelques semaines, voire quelques mois, mais n’est efficace que s’il est scrupuleusement suivi au quotidien. Autrement dit, l’arrêt du régime entraîne la réapparition des symptômes. C’est pourquoi certaines personnes choisissent de l’intégrer à leur mode de vie pour une durée indéterminée.

Bon à savoir : selon l’association Jean Seignalet, les effets favorables se font sentir dès les trois premiers mois chez 90 % des personnes.

Le régime Seignalet favorise-t-il la perte de poids ?

Le régime Seignalet n’a pas pour objectif de favoriser la perte de poids. Il s’agit toutefois d’un régime qui encourage la consommation d’aliments non transformés et élimine les aliments transformés et riches en calories vides. En se concentrant sur des aliments sains et nutritifs, il peut aider à réduire la consommation excessive de calories et favoriser le déficit calorique. Les premiers mois du régime peuvent donc induire une perte de poids plus ou moins importante. Avec le temps, il est indispensable de trouver un équilibre pour graviter autour d’un poids de forme idéal sur la durée.

Quels sont les aliments hypotoxiques à privilégier ?

Les aliments considérés comme hypotoxiques, c’est-à-dire ayant moins de potentiel toxique ou inflammatoire pour l’organisme, sont les suivants :

  • certaines céréales (le riz, le sarrasin et le sésame) ;
  • tous les fruits et légumes frais (privilégiez tout de même les variétés colorées et alternez-les pour bénéficier au mieux de leurs nutriments) ;
  • les viandes maigres, comme le poulet, la dinde, le lapin et le veau (privilégiez la viande crue ou cuite à feu doux) ;
  • les poissons gras riches en acides gras oméga-3 (saumon, maquereau, thon et sardines) et les fruits de mer (crevettes et moules) ;
  • les œufs, à condition de ne pas y être intolérant(e) ;
  • les oléagineux et les graines (noix, amandes, noisettes, graines de lin, graines de chia, graines de tournesol et graines de sésame) ;
  • enfin, les huiles non raffinées, comme l’huile d’olive extra-vierge, l’huile de coco et l’huile de lin, peuvent être utilisées avec modération pour la cuisson et l’assaisonnement.

Idéalement, tous ces produits doivent être bios. Et côté boissons, tablez sur l’eau du robinet et les eaux minérales, la chicorée, les infusions, le café et le thé (modérément).

Et au risque de nous répéter, il est toujours conseillé de surveiller attentivement les réactions de son corps et de consulter un(e) professionnel(le) avant d’entamer un régime restrictif quelconque. 

Quels sont les aliments à éviter à tout prix ?

Selon le Dr Seignalet, les aliments à éviter sont les suivants :

  • les céréales contenant du gluten (blé, seigle, orge, avoine – à moins qu’elle ne soit certifiée sans gluten -, épeautre et kamut) ;
  • les produits laitiers (lait de vache, fromage, yaourt, crème glacée et autres produits laitiers dérivés) et les produits contenant de la poudre de lait ;
  • les légumineuses (haricots rouges, pois chiches, lentilles, soja et tous leurs dérivés comme le tofu, le tempeh, le lait de soja, etc.) ;
  • les viandes transformées (charcuterie, saucisses, bacon, jambon, etc.) ;
  • les viandes rouges (bœuf, porc, agneau, etc.) ;
  • les sucres raffinés (sucre blanc, sirop de maïs à haute teneur en fructose, sucre de canne raffiné, etc.) ;
  • les huiles raffinées et les graisses hydrogénées (huile de tournesol, huile de maïs, margarine, etc.) ;
  • les additifs alimentaires (colorants artificiels, édulcorants artificiels, exhausteurs de goût, conservateurs, etc.) ;
  • les aliments transformés (produits alimentaires pré-emballés, fast-foods, plats préparés, snacks, etc.) ;
  • et les boissons alcoolisées (bière, vin, spiritueux, etc.).

Par ailleurs, les cuissons supérieures à 110 °C (fritures, grillades…) et celle au micro-ondes sont interdites : privilégiez les cuissons douces (vapeur, à l’étouffée, au bain-marie…). Et pour combler d’éventuelles carences, n’oubliez pas de miser sur des compléments alimentaires adaptés.

Quels sont les dangers et les inconvénients de ce régime ?

Le régime Seignalet apporte des bénéfices pour de nombreuses personnes, mais il fait tout de même l’objet de nombreuses critiques. Pour cause… Il présente quelques inconvénients et des risques notables !

Tout d’abord, le régime Seignalet implique la suppression drastique de nombreux groupes d’aliments, y compris les céréales contenant du gluten, les produits laitiers, les légumineuses, les viandes rouges, etc. Cela peut rendre le régime difficile à suivre sur le long terme(besoin quasi-systématique de cuisiner, frustrations alimentaires, etc.) et peut entraîner des carences nutritionnelles (en calcium, en fibres, en vitamines B, etc.) si l’équilibre alimentaire n’est pas bien planifié. Sur le plan social et relationnel il peut aussi être difficile à vivre : les restrictions impactent potentiellement la logistique lors des sorties au restaurant, des repas entre ami(e)s, etc.

Rappelons-le, le régime Seignalet ne convient pas à tout le monde : certaines personnes peuvent bien tolérer les aliments exclus par ce régime, tandis que d’autres peuvent ressentir de lourds effets négatifs. Au début du régime, elles peuvent être en proie à des maux de tête, à une fatigue importante, à une douleur musculaire intermittente, voire à des épisodes de diarrhée, le temps que leur corps élimine les toxines et s’adapte à sa nouvelle alimentation. La consommation de viande crue et de poissons crus augmente aussi le risque de contamination bactérienne (listeria, toxoplasmose, E.coli, salmonelles, etc.). Sans oublier qu’aucune étude ne met encore en avant les bienfaits thérapeutiques relevés par le Dr Seignalet.

Leave a Reply

Your email address will not be published.