Spread the love


Selon une carte mise à jour le vendredi 31 mai par le Réseau national de surveillance aérobiologique (RNSA), la quasi-totalité des départements français a été placée en alerte rouge face au risque d’allergie aux pollens. Près de 25 % de la population française souffre d´allergie respiratoire pour eux, cette période est particulièrement difficile à vivre.

Des médicaments en vente libre mais non remboursés

Alors, pour soulager les symptômes de la rhinite allergique (des éternuements, un écoulement nasal, une obstruction nasale, les yeux gonflés, etc.) nombreux sont les allergiques qui se ruent vers la pharmacie. Mais, avec quels résultats ? « Pour les personnes qui souffrent de symptômes légers, les médicaments sans ordonnance sont une bonne solution. Il existe maintenant des médicaments en vente libre qui ne sont pas remboursés. Le prix est donc fixé librement par le pharmacien mais peut varier considérablement d’une officine à l’autre », prévient Dr Le Guillou, pneumologue, allergologue et Président de l’Association Santé Respiratoire France.

Les médicaments sans ordonnance, généralement des antihistaminiques, fonctionnent plutôt bien pour apaiser les symptômes de l’allergie au pollen. Encore faut-il trouver celui qui vous correspond le mieux. « Les antihistaminiques agissent sur des récepteurs différents, il n’y a donc pas de médicament universel qui fonctionne. Il faut faire des tests afin d’identifier celui qui a la meilleure efficacité sur vos symptômes. Généralement, les symptômes sont soulagés dans les deux heures », assure le Dr Le Guillou.

Des mesures préventives

Si ces médicaments sont bien tolérés, ils peuvent tous provoquer une somnolence et sont donc à prendre avec précaution. « Il n’y a pas de risque à en prendre sur de longues périodes, s’ils diminuent les désagréments liés à l’allergie vous pouvez continuer à les prendre », assure le pneumologue. Si l’allergie impacte vos yeux, vous pouvez également appliquer un collyre disponible sans ordonnance en pharmacie.

Si les symptômes sont très intenses, un bilan avec un allergologue s’impose pour identifier l’allergène. Dans certains cas, une désensibilisation peut être mise en place pour soulager le quotidien. En plus des médicaments, des mesures sont à mettre en place au quotidien pour limiter au maximum les désagréments comme garder les fenêtres fermées pendant la journée, porter un masque de protection à l’extérieur et des lunettes, se laver le visage, les mains et les cheveux à son retour de promenade, etc.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *