Spread the love


Entre douleurs et rééducation difficile, les suites opératoires d’une pose de prothèse de genou peuvent être particulièrement éprouvantes. Aussi, pour aider les patients dans cette épreuve, des chercheurs ont entrepris de comparer le soulagement de la douleur et la récupération fonctionnelle de l’articulation parmi trois groupes de patients recevant différents protocoles.

Dans une étude publiée le 23 mai 2023 dans le Journal of Bone & Joint Surgery (Souce 1), des scientifiques de l’Université de Hong Kong rapportent avoir recruté 178 patients ayant subi une arthroplastie du genou, autrement dit chez qui une prothèse totale de genou a été posée. Le groupe a été divisé au hasard et à l’aveugle (c’est-à-dire sans que patients et chercheurs ne sachent qui est dans quel protocole) en quatre catégories :

  • les patients recevant un placebo (médicament sans principe actif) ;
  • les patients recevant des corticostéroïdes intraveineux,
  • celles et ceux recevant des corticostéroïdes périarticulaires ;
  • et enfin les patients recevant une combinaison de corticostéroïdes intraveineux et périarticulaires.

Verdict : si la dernière combinaison n’a pas permis de soulager la douleur post-opératoire des patients, elle a conduit à une amélioration des indicateurs clés de récupération fonctionnelle – autrement dit l’amplitude de flexion du genou et la puissance du quadriceps du genou – dans les jours suivant la chirurgie, par rapport aux patients du groupe placebo. Les patients ayant reçu des injections de corticoïdes en intraveineux et en périarticulaire ont également marché sur une plus longue distance que les participants des autres groupes, durant les trois premiers jours suivant l’opération.

Une procédure qui permettrait de diminuer la durée d’hospitalisation

Les chercheurs rapportent également avoir observé des différences entre les groupes concernant le retour à domicile. Ainsi, les patients qui ont reçu la combinaison de corticostéroïdes étaient plus susceptibles d’être renvoyés directement de l’hôpital à leur domicile plutôt que de passer par un établissement de réadaptation (67 % contre 38 % dans le groupe placebo). Les taux de retour à domicile étaient de 55 % avec les corticostéroïdes par voie intraveineuse seuls et de 59 % avec les corticostéroïdes périarticulaires seuls.

Cette étude fournit de nouvelles informations sur la gestion de la douleur dans [la pose de prothèse totale de genou], lesquelles peuvent permettre une meilleure récupération fonctionnelle et une meilleure réadaptation après [cette chirurgie], et ainsi faire progresser la capacité d’effectuer une arthroplastie en tant que procédure ambulatoire”, ont écrit les auteurs en conclusion.

Ils admettent toutefois certaines limites à leur étude, notamment la petite taille de l’échantillon, qui n’a pas permis d’évaluer les risques liés à ces injections (infections), bien qu’aucun cas d’infection n’ait été constaté lors de cette expérimentation.

Leave a Reply

Your email address will not be published.