Spread the love


On les a longtemps diabolisés, pourtant ils ne seraient finalement pas si mauvais. Une nouvelle étude scientifique révèle que les produits laitiers entiers peuvent tout à fait s’intégrer à un régime alimentaire sain. Associés à des menus riches en fruits et légumes, fruits à coque, légumineuses et poissons, les produits laitiers entiers contribueraient à une diminution du risque cardiovasculaire et de décès prématurés.

Les aliments faibles en gras ont occupé le devant de la scène auprès du public, de l’industrie alimentaire et des décideurs, avec des étiquettes nutritionnelles axées sur la réduction des graisses et des graisses saturées”, a commenté le premier auteur de l’étude, le Dr Andrew Mente du Population Health Research Institute (McMaster University, Hamilton, Canada), dans un communiqué (Source 1). “Nos résultats suggèrent que la priorité devrait être d’augmenter les aliments protecteurs tels que les noix (souvent évitées car trop énergétiques), le poisson et les produits laitiers, plutôt que de limiter [ces derniers] (en particulier les matières grasses entières) à de très faibles quantités”, a-t-il ajouté. Le chercheur et son équipe assurent ainsi que jusqu’à deux portions par jour de produits laitiers, même entiers, peuvent être inclus dans une alimentation saine.

Des aliments à intégrer à un menu diversifié

Parue dans l’European Heart Journal (Source 2), l’étude a été menée dans 80 pays répartis sur tous les continents habités. Elle a consisté en l’analyse des relations entre un nouveau score de régime alimentaire, le régime PURE, et les résultats sur la santé. Le régime PURE comprenait 2 à 3 portions de fruits par jour, 2 à 3 portions de légumes, 3 à 4 portions de légumineuses par semaine, 7 portions de fruits à coque (noix, noisettes, amandes, noix de cajou…) par semaine, 2 à 3 portions de poisson par semaine, et 14 portions de produits laitiers (principalement entiers, mais sans beurre ni crème) par semaine. Chaque participant s’est vu attribuer un score allant de 0à 6 indiquant à quel point son régime alimentaire se rapprochait de ce régime PURE. Par la suite, les associations du score avec la mortalité et diverses maladies cardiovasculaires (infarctus, AVC, insuffisance cardiaque…) ont été testées dans l’étude PURE qui comprenait 147 642 personnes de la population générale dans 21 pays. Nombre de facteurs de biais (âge, sexe, tabagisme, activité physique, diabète, revenu etc.) ont été pris en compte.

Par rapport au régime alimentaire le moins sain (score de 1 ou moins), le régime le plus sain (score de 5 ou plus) était associé à un risque de décès inférieur de 30 %, à une probabilité inférieure de 18 % de maladie cardiovasculaire, à un risque inférieur de 14 % d’infarctus du myocarde et un risque inférieur de 19 % d’accident vasculaire cérébral. Ces associations ont été confirmées dans cinq études indépendantes portant sur un total de 96 955 patients atteints de maladies cardiovasculaires dans 70 pays.

Assurant qu’il s’agit “de loin de l’étude la plus diversifiée sur les résultats en matière de nutrition et de santé au monde”, le Dr Mente précise qu’un tel lien a été trouvé tant chez des personnes en bonne santé que des personnes atteintes de maladies cardiovasculaires ou de diabète.

Dans un article éditorial accompagnant cette étude, le Dr Dariush Mozaffarian, de la Friedman School of Nutrition Science and Policy (Tufts University, Boston, États-Unis), estime que ces résultats appellent à une réévaluation des directives concernant les produits laitiers entiers.

Leave a Reply

Your email address will not be published.