Spread the love


Pourquoi prend-on du poids après 40 ans ?

Pourquoi les femmes sont-elles plus concernées que les hommes par les problèmes de poids ?

Hommes et femmes peuvent prendre du poids à 40 ans. Toutefois « les femmes sont particulièrement concernées, car souvent elles doivent gérer le travail, la maison, et les enfants. Cela impacte les trois piliers de la santé : le sommeil, l’alimentation et l’activité physique », souligne Laurence Plumey, médecin nutritionniste.

« Pour les hommes, le gain de poids est plus progressif. La vie d’une femme est rythmée par des étapes hormonales : les grossesses, la ménopause, qui entraînent plusieurs prises de poids. L’homme n’est pas confronté à cela », explique Véronique Liesse, diététicienne.

Un ralentissement du métabolisme

« Nous ne sommes pas condamnés à prendre du poids avec l’âge mais à partir d’un moment les enzymes responsables du renouvellement des mitochondries diminuent. Cela ralentit le métabolisme. Les écarts pardonnent moins. En effet les mitochondries présentes dans nos cellules sont responsables des calories que nous brûlons. Plus nous avançons en âge, moins elles sont efficaces. De plus, avec le temps nous avons une perte de sensibilité à l’insuline qui diminue aussi le nombre de calories brûlées. Cette dernière est une hormone qui permet de maintenir un niveau de sucre suffisamment bas.

Ennemi numéro 1 : le stress

Dans une période de stress le cerveau sécrète du cortisol. Ce dernier est augmenté par le manque de sommeil. Il y a une augmentation de la lipogenèse, c’est-à-dire de la synthèse de la graisse abdominale profonde. Le tissu adipeux présent dans la graisse abdominale profonde est particulièrement sensible au cortisol. Résultat : une prise de poids, et plus particulièrement du ventre.

Ennemi numéro 2 : le manque de sommeil

En moyenne, le réveil est à 7 heures du matin. Avec les devoirs du soir, une mère de famille se couche souvent vers minuit. Comme l’explique la médecin nutritionniste, cela fait « 6 heures de sommeil alors qu’il en faut 8. Chaque jour, il y a un déficit. Un déficit quotidien d’un cycle entier d’ 1 heure 30. Sur une semaine, on perd l’équivalent d’une nuit entière, une nuit blanche par semaine. Le cerveau est en manque de sommeil. Cela entraîne une fatigue qui se manifeste dès le matin et s’accentue tout au long de la journée. »

La fatigue favorise un déséquilibre nutritionnel

La fatigue augmente le grignotage, notamment les compulsions aux produits sucrés. Nous avons envie de manger des féculents, du sucre, des produits sucrés, des biscuits, des gâteaux, du chocolat. Après une nuit courte, inconsciemment, le corps assimile la fatigue à une hypoglycémie. C’est de là que vient l’envie de manger sucré pour essayer de retrouver de l’énergie. « Ce qui est illusoire puisque la fatigue vient du cerveau », souligne Laurence Plumey.

Le manque d’activité physique aussi en cause

Le nombre important de choses à faire dans une journée impacte l’activité physique. Quand on est fatigué, on marche moins vite, on prend plutôt les ascenseurs que les escaliers, et l’envie d’aller faire du sport se fait plus rare.

Bouger pour remédier à cette prise de poids de la quarantaine

La prise de poids n’est pas une fatalité, et des solutions existent pour perdre du poids et retrouver une vie équilibrée.

Ce sont exactement les mêmes recettes que pour les autres tranches d’âge : c’est vraiment de l’équilibrage alimentaire. Il faut bouger, gérer son stress, et dormir. Le sport est primordial. Et surtout faire attention à la qualité de l’alimentation.
Véronique Liesse, diététicienne

Du sport dès que possible

Si vous êtes du matin, que vous avez la chance de commencer votre travail vers 10 heures, vous pouvez faire votre sport le matin à la maison « par exemple du vélo d’appartement ou de l’elliptique, ou bien des haltères. »

« Pour celles qui travaillent dans une entreprise où il y a une salle de sport, le déjeuner est un moment idéal pour aller faire une demi-heure de sport en salle avant d’aller déjeuner », conseille Laurence Plumey ou en profiter pour aller à la piscine.

Si on termine tôt le travail, et que l’on aime le sport, ne pas hésiter à aller à la salle ou bien « ressortir pour aller faire 1 heure de marche tonique, ou du vélo. Bref, bouger car pour perdre du poids ou contrôler son poids, il faut au moins 1 heure d’activité physique relativement intense dans la journée », insiste Laurence Plumey.

Ces moments vous permettront de décompresser, de mieux contrôler votre poids, et augmenteront la qualité de votre sommeil.

Ne pas rester dans son fauteuil

Il faut saisir toutes les occasions pour bouger au bureau : monter les escaliers plutôt que de prendre l’ascenseur, aller aux toilettes qui sont trois étages au-dessus, et pas au même étage, aller voir les collègues loin, plutôt que d’envoyer un mail quand on le peut…

« Toutes les occasions de se dépenser sont bonnes parce qu’il faut absolument éviter de rester accroché à son fauteuil », souligne la médecin.

Manger sain pour limiter le gain de poids

Manger de manière adaptée à chaque repas est primordial.

Le petit déjeuner

On a tendance à sauter le petit déjeuner, faute de temps, ou à cause d’un réveil au dernier moment, ou tout simplement pour s’occuper des enfants. On avale un café, deux biscuits, et on part en courant.

Conséquence : en matinée, on commence à avoir très faim à 11 heures, « avec un risque de grignotage de biscuits ou de chocolat au distributeur. De ce fait, on a moins faim au déjeuner, et très souvent le déjeuner qui, pourtant, est le repas le plus important de la journée se trouve réduit à soit un sandwich et une viennoiserie, soit un plat rapide à la cantine de l’entreprise ou à un plat au restaurant, pas toujours équilibré », constate Laurence Plumey

« Il vaut mieux prendre au petit déjeuner un pain tradition légèrement beurré, un tout petit peu de confiture, un yaourt nature ou du fromage blanc, un fruit et un café non sucré », conseille-t-elle.

À midi

Au déjeuner il faut manger correctement, pas de repas sur le pouce.

L’apéritif du début de soirée à bannir en semaine

En fin de journée, on a envie de décompresser. Donc très souvent, il y a l’apéro, avec le petit bout de pain et de fromage…

Le dîner

Quand on a des enfants, des adolescents, très souvent, le dîner est composé de viande (steak haché, poule…), de pâtes, de fromage, puis d’un dessert sucré, accompagné de pain, avec parfois un petit peu d’alcool pour les adultes. L’estomac qui s’est rempli à 20 heures est vide à minuit. Nous ressentons donc la faim, alors qu’en temps normal nous devrions dormir et ne pas ressentir cette faim.

De plus le métabolisme est ralenti, et le stockage prédomine sur les dépenses caloriques.

« Il faut manger léger le soir. De la viande maigre, du poisson, des œufs, des fruits de mer, des crevettes avec des légumes crus ou cuits. Ajoutez un petit peu de féculents, si vous le souhaitez, pas plus de 3 à 4 cuillerées à soupe. On évite le fromage ; on le réserve plutôt au déjeuner. On lui préfère un yaourt ou du fromage blanc et l’on termine par un fruit plutôt qu’un dessert sucré », renchérit Laurence Plumey.

Leave a Reply

Your email address will not be published.