Spread the love


C’est un principe de précaution. Mercredi 24 avril 2024, le groupe Nestlé a annoncé avoir détruit une partie de sa production d’eau de la marque Perrier après de fortes pluies survenues dans le Gard. Précisément, la marque a décidé de se débarasser d’une partie des bouteilles Perrier après avoir constaté une dégradation de la qualité de l’eau dans l’un de ses puits du Gard. Le puit en question est situé à Vergèze. Cette installation fait l’objet d’une « surveillance renforcée (…) à la demande des autorités ». Son exploitation « reprendra le moment voulu sous le contrôle des autorités », selon Nestlé.

« Plusieurs lots de bouteilles », soit l’équivalent de « plusieurs centaines de palettes » habituellement livrées en magasin, ont été détruits « par précaution », a indiqué Nestlé Waters auprès de l’Agence France Presse. Il n’a pas été précisé la quantité exacte de bouteilles.

Une mission parlementaire

Le groupe évoque une « déviation microbiologique ponctuelle » mais ne précise pas la nature de la contamination. Toutefois, l’entreprise se montre rassurante et précise que « toutes les bouteilles sur le marché peuvent être consommées en toute sécurité ».

C’est une nouvelle épreuve pour le géant de l’alimentation qui a reconnu en janvier dernier avoir eu recours à des traitements interdits sur certaines de ses eaux afin de maintenir leur qualité. Depuis, les contrôles se sont intensifiés. Le jeudi 11 avril, le Sénat a annoncé le lancement d’une mission parlementaire sur les suspicions de contamination des eaux minérales naturelles du groupe Nestlé, afin de « faire la lumière sur les défaillances de l’Etat » sur les politiques publiques en matière de contrôle et traitement des eaux en bouteille.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *