Spread the love


Cause peu fréquente de consultation, les éructations excessives – c’est-à-dire le fait de roter beaucoup – ont un retentissement non négligeable sur la qualité de vie des patients du fait de la gêne sociale occasionnée. Si elles sont fréquemment associées à un contexte de dyspepsie ou de reflux gastro-œsophagien, il suffit souvent de quelques mesures hygiéno-diététiques pour que tout rentre dans l’ordre !

Éructations excessives : de quoi parle-t-on ?

Les éructations excessives correspondent à l’expulsion de gaz en provenance de l’estomac ou de l’œsophage par la bouche. « C’est physiologique, on rote tous, plus ou moins sans s’en rendre compte, confie le Dr Julien Scanzi. Ces éructations sont secondaires à des déglutitions d’air ou à des aspirations d’air en excès lors d’inspirations profondes. Elles ne sont pas le signe d’une pathologie sous-jacente, mais plutôt de troubles fonctionnels. »

Est-ce normal de roter tout le temps après le repas ? Quelle maladie peut provoquer des rots fréquents ?

S’il est normal de roter après le repas, des éructations excessives peuvent vite avoir un impact non négligeable sur la qualité de vie.

Aucune maladie grave n’entraîne des rots de manière excessive. Dr Julien Scanzi, gastro-entérologue.

  • soit primaires, c’est-à-dire correspondant à un trouble du comportement (tic),
  • soit secondaires à des stimuli digestifs désagréables : par exemple une dyspepsie, c’est-à-dire des troubles digestifs, ou un reflux gastro-œsophagien.

Lourdeur d’estomac, stress, reflux gastrique : quelles sont les causes d’éructations excessives ?

Plusieurs causes peuvent expliquer les rots excessifs :

  • le fait d’avaler trop d’air quand on mange ;
  • la consommation de boissons gazeuses ;
  • mâcher des chewing-gums, surtout la bouche ouverte ;
  • un trouble du comportement (tic) ;
  • le stress, une anxiété chronique ;
  • manger trop vite et ne pas bien mâcher les aliments. « Cela peut entraîner une pesanteur gastrique et le besoin pour l’estomac d’expulser un excès d’air », indique le gastro-entérologue.

Éructations excessives : quand consulter ?

Lorsque les éructations sont excessives et qu’elles deviennent invalidantes au quotidien, il est conseillé de voir dans un premier temps son médecin généraliste qui jugera de l’intérêt d’une consultation spécialisée ou d’examens complémentaires. « En première intention, il faut déjà essayer de diminuer les comportements qui peuvent être à l’origine des éructations : prendre son temps pour manger, diminuer son stress, éviter de consommer des boissons gazeuses ou de mâcher du chewing-gum, conseille le Dr Julien Scanzi. Ensuite, si les symptômes persistent malgré la mise en place de ces mesures, il ne faut pas hésiter à demander un avis médical. »

Bilan diagnostique : quels examens réaliser ?

En cas de troubles persistants, le médecin peut proposer des examens complémentaires. « Il est possible de réaliser une gastroscopie, c’est-à-dire une endoscopie digestive haute afin de visualiser l’œsophage, l’estomac et le duodénum et de rassurer le patient sur le fait qu’il n’a rien de grave, confirme le gastro-entérologue. Une manométrie de l’œsophage peut également être prescrite. »

La manométrie œsophagienne permet d’évaluer les variations de pressions le long de l’œsophage lors de la déglutition. Réalisé en ambulatoire, l’examen consiste à introduire par une narine une sonde souple dotée de capteurs de pression et de la pousser jusqu’à l’estomac. Si le geste peut se révéler un peu désagréable, notamment au moment du passage par la gorge, il n’est pas douloureux. Le patient doit ensuite avaler une dizaine de gorgées d’eau à intervalles réguliers, avant qu’on lui retire la sonde.

Enfin, si nécessaire une pH-impédancemétrie œsophagienne des 24 heures, sera effectuée afin de distinguer les remontées gazeuses d’origine gastrique ou supragastrique.

Comment soulager les rots à répétition après manger ? Quel est le traitement ?

Le traitement des éructations excessives dépendra de leur cause. « En général, les traitements usuels du reflux gastro-œsophagien (IPP, prokinétiques) sont inefficaces », précise l’Association française de formation médicale continue en hépato-gastro-entérologie.

Et d’ajouter : « Les thérapies comportementales constituent la principale piste thérapeutique : la respiration diaphragmatique ou abdominale profonde est simple à enseigner et peut faciliter le contrôle des épisodes de rumination ou d’éructations excessives. Enfin, toutes les techniques favorisant la relaxation et la gestion du stress doivent être conseillées : méditation, hypnose… » Ces techniques peuvent également se compléter par des mesures hygiéno-diététiques : manger la bouche fermée, bien mâcher, éviter de boire des boissons gazeuses…

Air dans l’estomac : l’aérophagie c’est quoi ? quels sont les symptômes et comment la soigner ?

L’aérophagie désigne le fait d’avaler de l’air. « Si avaler deux à quatre litres d’air par jour est tout à fait normal, un trop gros volume provoque une dilatation de l’estomac qui, lorsqu’elle est importante, se traduit par des tiraillements dans le ventre, indique le Vidal. Une partie de l’air est émise par la bouche (Ndlr : éructations), tandis qu’une autre partie suit le même parcours que les aliments et va augmenter le volume des flatulences. » Ce trouble fonctionnel digestif bénin va généralement se manifester par des ballonnements, des éructations et/ou des flatulences en quantité importante voire un inconfort abdominal.

L’aérophagie est le plus souvent liée :

  • à l’alimentation : ingestion trop rapide des aliments, consommation de boissons gazeuses, tendance au grignotage entre les repas ;
  • à la mastication excessive de chewing-gums ;
  • au stress : plusieurs études tendent à prouver le lien entre nervosité ou stress et apparition de l’aérophagie.

Afin de soulager les symptômes de l’aérophagie, il est conseillé :

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *