Spread the love


Imaginez-vous en train de vous blottir confortablement dans votre lit, prêt(e) à vous endormir après une longue journée… Quand juste au moment de lâcher prise et de sombrer dans le sommeil : votre corps se met soudainement à sursauter. Ces secousses désagréables, connues sous le nom de spasmes hypniques, de myoclonies d’endormissement ou de myoclonies hypnagogiques, ont une fâcheuse tendance à nous réveiller, mais ne présentent aucun danger, comme nous l’explique la Dre Sandrine Launois-Rollinat, pneumologue spécialiste du sommeil et présidente du Réseau Morphée.

Spasmes ou secousses hypniques : de quoi s’agit-il ?

Les secousses ou spasmes hypniques se produisent généralement lorsque nous nous trouvons dans la phase de transition entre l’éveil et le sommeil, connue sous le nom de phase hypnagogique. « Cette période est caractérisée par une relaxation progressive des muscles et une diminution de l’activité cérébrale. Malheureusement, la transition ne se déroule pas toujours aussi harmonieusement que prévu : lorsque nos muscles se relâchent, notre cerveau interprète cette sensation comme une chute et nos muscles se contractent », explique la Dre Launois-Rollinat.

Concrètement, il s’agit de contractions musculaires brusques et indépendantes de notre volonté qui se produisent juste avant l’endormissement. Elles peuvent être légères et isolées ou plus prononcées et répétées : « de temps en temps, elles s’accompagnent même d’une sensation de chute libre et d’une perte d’équilibre (hallucinations hypnagogiques) », précise la médecin du sommeil. Dans ce cas, les personnes concernées ont la sensation de tomber de leur lit, de sauter d’une falaise ou de chuter d’un vélo, voire d’un cheval… En réalité, elles n’ont rien à craindre – et ne se réveillent pas systématiquement !

À noter : ces myoclonies hypnagogiques ne doivent pas être confondues avec un syndrome des jambes sans repos ou des crises d’épilepsie nocturnes !

Myoclonies : pourquoi mon corps sursaute ou tremble quand je m’endors ?

Comme indiqué ci-dessus, les secousses hypniques sont courantes dans la phase de demi-sommeil, même chez les personnes en bonne santé. Plusieurs facteurs peuvent y contribuer, notamment le stress, la fatigue, la consommation de stimulants et l’hygiène de sommeil :

  • Un niveau élevé de stress et d’anxiété peut perturber le processus naturel d’endormissement et entraîner une hypervigilance qui maintient cerveau actif et favorise les spasmes musculaires.
  • L’épuisement physique et mental peut aussi rendre le corps plus susceptible de réagir de manière excessive pendant la transition du sommeil.
  • Les substances stimulantes telles que la caféine ou encore des boissons énergisantes peuvent interférer avec le processus d’endormissement et augmenter le risque de spasmes hypniques.
  • Enfin, l’hygiène et les habitudes de sommeil (alimentation ou sport avant de dormir, horaires de coucher, etc.) peuvent troubler ou retarder l’endormissement et accentuer les troubles du sommeil.

Quelles maladies provoquent ces spasmes nocturnes ?

Les spasmes hypniques ne sont généralement pas liés à une maladie. En revanche, plusieurs conditions peuvent être à l’origine de mouvements inconscients pendant la nuit : le syndrome des jambes sans repos (SJSR), l’apnée du sommeil, l’épilepsie ou tout autre trouble du système nerveux central. Et certains médicaments peuvent aussi entraîner des spasmes musculaires ou des mouvements involontaires pendant le sommeil. « Si vous souffrez de spasmes nocturnes fréquents ou persistants, prenez d’abord rendez-vous avec votre médecin traitant ou un médecin généraliste, qui vous redirigera si besoin vers un médecin spécialiste », conseille l’experte.

Les hommes ont-ils plus de spasmes quand ils dorment ?

Non, les hommes ne sont pas plus susceptibles de se réveiller en sursaut dans les premières minutes de sommeil !

Ces spasmes musculaires et nerveux sont-ils dangereux ?

Au risque de nous répéter, les spasmes hypniques ne sont pas considérés comme dangereux et ne nécessitent pas de traitement médical spécifique. « Ils sont le résultat d’un processus physiologique naturel du corps pendant le sommeil et sont inoffensifs dans la grande majorité des cas », insiste la Dre Launois-Rollinat. Toutefois, s’ils deviennent fréquents et perturbent considérablement la qualité de votre sommeil, mieux vaut consulter un(e) expert(e) pour écarter toute condition médicale sous-jacente.

Endormissement : peut-on éviter les spasmes la nuit ?

Bien qu’il soit difficile d’anticiper la survenue de spasmes hypniques en début de nuit, certaines stratégies permettent de les prévenir…

Comment éviter les sursauts pendant le sommeil ?

  • Établissez un couvre-feu numérique avant d’aller au lit et essayez de vous coucher et de vous réveiller à la même heure chaque jour pour mieux réguler votre cycle de sommeil.
  • Créez un environnement propice au sommeil : assurez-vous que votre chambre est sombre, fraîche et calme pour limiter les réveils nocturnes.
  • Limitez la consommation de caféine et autres stimulants comme l’alcool ou le tabac dans l’après-midi et plusieurs heures avant le coucher pour ne pas perturber votre rythme chronobiologique.
  • Apprenez à gérer votre stress en pratiquant des techniques de relaxation telles que la méditation, le yoga ou des exercices de respiration profonde pour vous endormir plus paisiblement.

Et la médecin du sommeil de conclure : « il n’existe pas de solution miracle, mais en adoptant des habitudes de vie saines et en apprenant à gérer votre stress, vous parviendrez sans doute à réduire leur fréquence pour profiter d’un sommeil plus paisible ».

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *