Spread the love


Si une prise de poids excessive pendant la grossesse peut engendrer des complications médicales, en perdre n’est pas non plus sans incidences sur la santé de la femme et de son futur bébé. De quels risques parle-t-on ? Quelles sont les causes d’un amaigrissement soudain ou continu ? Réponses avec la Dre Corinne Chicheportiche-Ayache, médecin nutritionniste spécialiste de l’accompagnement de la grossesse.

Poids chez une femme enceinte : les repères à connaître

Pourquoi la prise de poids est nécessaire pendant la grossesse ?

  • Offrir une bonne croissance au bébé
  • Réduire les risques de complications pendant la grossesse et lors de l’accouchement
  • Préserver et améliorer la santé de la femme enceinte

Combien de kilos pendant la grossesse ? Comment calculer sa prise de poids ?

Le gain de poids recommandé chez une femme enceinte s’appuie sur l’Indice de masse corporelle (IMC) qui était le sien avant la grossesse. Pour le bon développement du fœtus et la santé de la future maman, il est important que cette prise de poids soit modérée et suffisante durant les mois de grossesse.

L’indice de masse corporelle (IMC) est l’indicateur qui permet de savoir si notre poids est adapté proportionnellement à notre taille, ou s’il présente un danger potentiel pour notre santé en cas de maigreur par exemple. Pour le calculer, il faut diviser le poids (exprimé en kilos) par la taille au carré (exprimée en mètres) (source 1).

Voici les repères à connaître pour détecter un poids inférieur à la normale :

  • Si l’IMC d’avant grossesse est inférieur ou égal à 19,8 kg/m², vous devrez prendre entre 12,5 et 18 kilos. Vous êtes en effet de nature mince et vous allez devoir bien vous nourrir pour le bon développement de votre bébé. Ce n’est en tout cas pas le moment de débuter un régime.
  • Si l’IMC d’avant grossesse est compris entre 19,8 et 26 kg/m², votre poids avant la grossesse est moyen, donc vous vous situerez dans la moyenne : entre 11,5 et 16 kilos supplémentaires. Poursuivez une alimentation équilibrée et modérée.
  • Si votre IMC d’avant grossesse est supérieur à 26 kg/m², vous êtes déjà en surpoids, donc il va falloir être très vigilante pendant la grossesse. Vous devez prendre entre 6 et 11,5 kilos seulement. Un professionnel vous aidera à adapter votre régime alimentaire pour ne pas dépasser le poids conseillé

Quel suivi du poids pendant la grossesse ?

Selon les recommandations de l’Institute of Medecine (IOM), la prise de poids durant la grossesse dépend de l’IMC. Pour une femme à l’IMC inférieur à 18,5, il sera recommandé de prendre 500 g par semaine au 2e et 3e trimestres, soit entre 12,5 et 18 kilos pour les neuf mois de grossesse (source 2).

Est-il grave de perdre du poids pendant la grossesse ?

Un poids insuffisant enceinte peut compromettre la bonne santé de la future maman et la croissance « normale » du fœtus. En effet, les femmes qui ne prennent pas assez de poids, par manque d’apports en énergies et en éléments nutritifs, risquent davantage d’accoucher d’un bébé de petit poids. Or, les nouveau-nés de faible poids ont plus de risques d’être atteints d’anomalies physiques ou mentales, ou d’être malades.

Comment expliquer la perte de kilos en étant enceinte ?

Plusieurs facteurs peuvent expliquer la perte de poids chez la femme. Il y a par exemple l’hyperémotivité liée au changement de mode de vie. « Les émotions jouant un rôle sur la gestion de l’appétit. Une femme angoissée sera peut-être tentée de manger moins, tandis qu’un profil hyperactif dépensera plus de calories sans couvrir en suffisance ses apports nutritionnels », détaille la médecin nutritionniste. « Sans oublier les mamans pouvant être dans l’hypercontrôle alimentaire et qui veulent tellement faire bien qu’elles limitent en excès leur alimentation. »

Mummyrexie : vouloir ne pas grossir enceinte

« Mummyrexie (contraction de mummy et d’anorexie) est un phénomène lancé il y a quelques années par certains people et qui consiste à garder quoiqu’il en coûte la ligne, de façon que la grossesse ne se voit pas », explique la médecin nutritionniste. Cela se traduit par une privation alimentaire volontaire associée à une hyperactivité physique, symptômes que l’on retrouve dans l’anorexie mentale.

Les dangers de suivre un régime pendant la grossesse

« Les dangers sont importants tant pour la future mère que pour son bébé, allant de carences multiples ide nutriments indispensables à l’organisme, risque de fausse couche à l’accouchement prématuré. » Ce trouble alimentaire, alimenté par des idéaux de minceur, toucherait les femmes plutôt fragiles et pas toujours à l’aise avec l’image que leur renvoient quelques kilos de trop d’une grossesse, et qui viennent altérer leur estime de soi. Un suivi avec un professionnel de santé est donc indispensable pour rééquilibrer les apports caloriques (environ 2 500 kcal/jour au troisième trimestre notamment, car c’est lors de ces derniers mois que le bébé se développe au maximum) et mener au besoin, un suivi psychologique adapté. Cette fourchette large variera en fonction de différents facteurs : IMC de la future maman avant grossesse, taille ou encore activités physiques pratiquées au quotidien.

Des nausées et vomissements répétitifs

« La perte de poids peut aussi être due à des nausées et vomissements répétitifs souvent concentrés sur le premier trimestre de la grossesse. Dans une mesure plus grave, on parlera d’hyperémèse gravidique (HG) aussi appelés vomissements incoercibles. Selon les chiffres du CHU Sainte-Justine, cette complication affecterait environ une grossesse sur 100 (source 3). Il sera nécessaire de consulter un professionnel de santé afin de limiter au maximum le risque de déshydratation et de dénutrition si ceux-ci deviennent plus intenses : plusieurs vomissements dans la même journée, signes de déshydratation (bouche sèche, urine foncée), vomissements accompagnés de fièvre ou de douleurs abdominales ou encore si ces mêmes vomissements contiennent du sang », illustre la Dr Corinne Chicheportiche-Ayache, spécialiste de l’accompagnement de la grossesse.

Une hospitalisation d’une durée de 2 à 3 jours pourra être nécessaire afin de bien réhydrater la patiente, de contrôler ses nausées et vomissements et de réintroduire graduellement la médication par voir orale et l’alimentation. Même s’il n’y aurait pas de conséquences sur le bon déroulement de la grossesse : « pas d’augmentation du risque de malformations congénitales », l’hyperémèse gravidique peut toutefois être une source de détresse psychologique non-négligeable pour la future maman. Son sommeil peut en être affecté et causer une grande fatigue, de l’irritabilité voire des symptômes d’anxiété et de dépression au quotidien, au travail comme à la maison.

Pour rappel : l’hydratation suffisante est indispensable au bon fonctionnement des organes, du transport correct des nutriments dans le sang et de l’élimination des déchets et régule la température corporelle. Il est d’ailleurs conseillé de boire entre 1,5 litre et 2 litres d’eau/jour selon les températures et consommer des fruits et légumes (riches en eau) tout au long de la journée.

Combien de kilos perd-on quand on accouche ? 

En moyenne, le jour de l’accouchement, la jeune maman va perdre entre 5 et 8 kilos, kilos qui comprennent : le poids du bébé, le poids du placenta, le poids du liquide amniotique et de l’eau.

Perte de kilos (involontaire) durant une grossesse, que faire ?

En cas de perte de poids pendant la grossesse et sans raison apparente, il sera donc vivement conseillé de consulter son médecin obstétricien. Il vous aidera à écarter toute possibilité de pathologie sous-jacente pouvant compromettre le bon développement du fœtus avec un contrôle échographique régulier à l’appui. En attendant, pas d’inquiétude hâtive, dans certains cas, un simple rééquilibrage alimentaire accompagné d’un suivi psychologique peut suffire à réajuster sa courbe de poids enceinte.

Leave a Reply

Your email address will not be published.