Paralysie faciale : quand le visage est figé

Spread the love

Impressionnante, la paralysie faciale n’a pourtant pas toujours de cause grave. Une simple réactivation du virus de l’herpès labial peut parfois expliquer cette condition médicale inquiétante. Comme si un bouton de fièvre disgracieux n’était pas déjà un cadeau suffisant de ce satané virus. 

Une moitié du visage est figée, l’œil est ouvert en permanence, la paupière et la commissure des lèvres s’affaissent. C’est sans pouvoir sourciller, que les patients touchés affrontent cette situation. 

L’évolution de la paralysie faciale dépend de sa cause. Lorsqu’elle est idiopathique (sans origine connue) ou liée à un virus de l’herpès, elle disparaît généralement dans les semaines qui suivent le début des symptômes. Les rechutes restent possibles. Les complications et les séquelles sont plus fréquentes lorsque la maladie est la conséquence d’un traumatisme, d’une infection, d’une affection générale ou encore d’une tumeur. 

Le traitement passe par la prise en charge de la cause de la paralysie faciale. Des médicaments peuvent être prescrits. La prévention des complications oculaires (qui sont la conséquence d’un œil ouvert en permanence) doit être de mise. 

Paralysie centrale ou périphérique : quécaso ?

La paralysie faciale est la conséquence d’une atteinte du nerf facial. Ce nerf complexe part du bas et de l’arrière du cerveau, traverse l’os du rocher (situé derrière l’oreille) et se ramifie au niveau du visage. 

Nous parlons de paralysie faciale périphérique lorsque c’est la partie extérieure du nerf facial qui est affectée. Dans ce cas, le haut et le bas du visage sont affectés par la paralysie faciale. À noter, qu’il y a un nerf facial qui commande la partie droite du visage et un autre nerf facial qui commande la partie gauche, c’est pourquoi la paralysie ne touche qu’une moitié du visage en fonction de la localisation de l’atteinte de l’extérieur du nerf. 

D’un autre côté, la paralysie faciale centrale est la conséquence d’une atteinte sur la partie du nerf faciale qui se trouve à l’intérieur du cerveau. Dans ce cas, le haut du visage n’est habituellement pas touchée par la paralysie. En revanche, des troubles neurologiques peuvent apparaître et/ou une partie du corps peut être paralysée.  La paralysie facial centrale apparaît généralement dans un contexte post AVC (accident vasculaire cérébral) ou d’une tumeur au cerveau. 

Quelles sont les causes de la paralysie faciale ?

 Dans la grande majorité des cas, la paralysie faciale est dite idiopathique (sans cause connue). Parfois, elle est la conséquence d’un traumatisme ou d’une autre maladie. 

Idiopathique dans 72% des cas (paralysie de Bell)

Dans près de 72% des cas, la paralysie faciale n’aurait pas de cause connue, on l’appelle paralysie faciale idiopathique ou paralysie a frigore ou encore paralysie de Bell

Cette forme de paralysie s’installe brutalement et spontanément. Néanmoins, il semblerait qu’elle soit souvent liée à une réactivation d’un virus de l’herpès affectant le visage (herpès labial (HSV1) ou herpès zosterlorsqu’il cause un zona). Le mécanisme de la paralysie facial a frigore  serait alors  probablement un œdème du nerf facial secondaire à un l’infection virale de l’herpès. 

Qu’est-ce qui peut provoquer une paralysie faciale ?

Néanmoins dans moins de 30% des cas, la paralysie faciale s’explique par un événement comme : 

  • Un traumatisme (fracture du rocher, plaie au niveau des parotides, séquelles d’une chirurgie de la face, complications d’un accouchement difficile chez le nourrisson). Dans ce cas, le nerf facial connaitrait des lésions. 
  • Une infection au niveau de la face ou du cou (otite, mastoïdite…), méningite, VIH, maladie de Lyme…). l’atteinte du nerf facial s’expliquerait par son gonflement secondaire à l’infection. 
  • Une tumeur bénigne ou maligne au niveau de la face ou du cou (méningiome, cholestéatome, neurinome de l’acoustique, tumeur de la parotide…). Le nerf facial serait alors compressé. 
  • D’autres maladies générales chroniques qui peuvent donner lieu à des dysfonctionnement du système nerveux périphériques (neuropathies) comme un diabète, la sclérose en plaques, lasarcoïdose ou la polyradiculonécrite

Quelques chiffres de la paralysie faciale 

  • Chaque année, environ 20 800 personnes sont diagnostiqués avec une paralysie faciale. 
  • Dans 72% des cas, la paralysie faciale est idiopathique (soit environ 15 000 cas spontanés par an). 
  • Autant de femmes que d’hommes sont touchés.  
  • Le pic moyen d’apparition se situe vers 40 ans. 

Quels sont les symptômes de la paralysie faciale ?

Les symptômes de la paralysie faciale s’installent le plus souvent brutalement et rapidement sauf dans le cas où elle est la conséquence d’une affection générale chronique comme un diabète. Dans ce cas de figure, quelques signes avant-coureurs sont présents comme un engourdissement de certaines parties du visage. 

Une moitié du visage est figée et la personne apparaît inexpressive : 

  • Le front est lisse et le patient ne peut pas froncer ou lever le  sourcil ; 
  • L’œil est tout le temps ouvert ou entrouvert. Le patient ne peut ni fermer ni cligner l’œil ;
  • Lapaupière s’affaisse tombe voire est retournée (ptossis) ; 
  • L’œil peut être sec ou au contraire larmoyant ; 
  • La bouche et la commissure des lèvres pendent et le patient ne peut ni ouvrir ni bouger une moitié de la bouche et de la lèvre. La patient peut éprouver des difficultés pour manger, boire et parler. La bouche peut être séche et le gout alteré
  • Le sillon nasogénien n’est plus marqué ; 
  • Le patient ne sent plus son oreille lorsqu’il la touche et les sons peuvent être augmentés

Combien de temps dure une paralysie faciale ?

La durée de la paralysie faciale dépend de sa cause. Lorsqu’elle est idiopathique, la guérison survient progressivement en 1 à 2 mois. En revanche, en cas de cause connue comme un traumatisme ou une maladie, la paralysie peut durer plusieurs mois.

Est-ce grave une paralysie faciale ?

La sévérité de la maladie dépend de la nature, de la localisation et de la gravité de l’atteinte du nerf facial. Si celui-ci n’est pas lésé (en cas de paralysie idiopathique ou d’origine infectieuse), la maladie est bénigne et les chances de guérison complètes sont optimales. 

Si le nerf est compressé (comme en cas de tumeur), le pronostic est favorable si la la cause est traitée (par exemple en retirant la tumeur). 

En cas de traumatisme, la récupération peut être totale ou partielle avec des séquelles parfois définitive (défaut de mobilité, hémispasmes faciaux, mouvements syncinétiques, syndrome des larmes de crocodiles…). 

Si la paralysie faciale est la conséquence d’une maladie chronique comme le diabète ou la sclérose en plaques, le pronostic est incertain. Sans prise en charge de l’affection causale, la paralysie peut se chroniciser ou s’aggraver. 

Les récidives de paralysie faciale sont toujours possibles. 

Comment est établi le diagnostic de paralysie faciale ?

Le diagnostic de la paralysie faciale passe par un simple examen clinique par le médecin traitant. D’autres spécialistes interviennent par la suite dans la précision du diagnostic et la prise en charge : ophtalmologue, neurologue, ORL… 

Des examens complémentaires peuvent être prescrits : 

  • bilan sanguin ; 
  • bilan ORL (test d’audition, tympanométrie, étude des réflexes stapédiens…); 
  • bilan ophtalmologique (examen de la cornée) ; 
  • bilan neurologique : électroneurographie, électronographie ; 
  • imageries (scanner, irm…). 

Comment soigner la paralysie faciale ?

La paralysie faciale a figori impose la prise de certains médicaments. Le traitements des autres types de paralysies passe par la prise en charge de leur cause. 

Les médicaments de la paralysie faciale a frigore

En cas de paralysie faciale idiopathique (paralysie de Bell) le traitement passe par la prise de certains médicaments tels que : 

  • Des corticoïdes à fortes doses dès les premiers symptômes ; 
  • Le port d’un pansement occlusif ainsi que l’application d’un collyre et d’une pommade antiseptique sur l’œil.  ces traitements permettent d’éviter les complications oculaires comme la kératite (liée à la sécheresse oculaire elle-même expliquée par le fait que l’œil soit toujours ouvert).  Parfois une intervention chirurgicale est possible pour protéger la cornée. 
  • Un traitement antiviral par valaciclovir peut être prescrit si le virus de l’herpès est en cause. 

Guérir d’une autre forme de paralysie faciale

Le traitement de la paralysie faciale dépend de sa cause. 

  • Traiter une infection par des antiviraux, des antibiotiques… 
  • Soigner une tumeur qui compresse le nerf facial en la retirant par voie chirurgicale ou par chimiothérapie … 
  • Prendre en charge une maladie générale comme le diabète ou la sclérose en plaques… 

Leave a Reply

Your email address will not be published.