Spread the love

Le moustique Aedes albopictus est désormais implanté et actif sur 71% du territoire français, selon Vigilance-Moustiques. Où est-il présent ? Comment le reconnaître ? Comment se protéger des piqûres de moustique tigre ? On fait le point.

 SOMMAIRE :

Carte : où se trouve le moustique tigre en France ?

Selon le site Vigilance-Moustiques, 71% du territoire français est concerné par l’activité du moustique tigre. “La progression du moustique tigre cette année a été spectaculaire“, indique le site d’information, avec six nouveaux département colonisés et placés en vigilance rouge en 2023 : la Meurthe-et-Moselle, le Loir, le Cher, le Loiret et le Val d’Oise. Jusque-là épargnés, trois départements bretons passent eux en vigilance orange : l’Ile-et-Vilaine, le Morbihan et le Finistère.

Sur le même sujet

Peau à moustique : idée reçue ou non ?

Au total, 68 départements sur les 96 métropolitains sont en vigilance rouge (c’est-à-dire où le moustique-tigre est implanté et actif: 01- Ain – 02- Aisne- 04- Alpes hautes Provence – 05- Hautes Alpes – 06- Alpes Maritimes – 07- Ardèche – 09- Ariège – 11- Aude – 12- Aveyron – 13- Bouches du Rhône – 15-Cantal – 16-Charente – 17- Charente-Maritime – 18- Cher – 19- Corrèze – 2A- Corse du Sud – 2B- Haute Corse – 21- Côte d’Or – 24- Dordogne – 25- Doubs – 26- Drôme – 30- Gard – 31- Haute Garonne – 32- Gers – 33- Gironde – 34- Hérault – 36- Indre – 37- Indre-et-Loire – 38- Isère – 39- Jura – 40- Landes – 41- Loir et Cher – 42- Loire – 44 – Loire Atlantique – 45-Loiret – 46- Lot – 47- Lot-et-Garonne – 48- Lozère – 49- Maine et Loire – 53- Mayenne – 54- Meurthe et Moselle – 58- Nièvre – 63- Puy de Dôme – 64- Pyrénées Atlantiques – 65- Hautes Pyrénées – 66- Pyrénées Orientales – 67- Bas-Rhin – 68- Haut-Rhin- 69- Rhône – 71- Saône-et-Loire – 73- Savoie – 74- Haute-Savoie – 75- Paris – 77- Seine et marne – 78 – Yvelines – 79- Deux-Sèvres – 81- Tarn – 82- Tarn-et-Garonne – 83- Var – 84- Vaucluse – 85- Vendée- 86 – Vienne – 87- Haute-Vienne – 91- Essonne – 92- Hauts de seine – 93- Seine Saint Denis – 94- Val-de-Marne – 95-Val d’Oise.

7 départements sont en vigilance orange, où le moustique tigre a été intercepté ponctuellement dans les cinq dernières années : 03- Allier – 29-Finistère – 35-Ile et Vilaine – 43- Haute-Loire  – 56-Morbihan – 60- Oise  – 89- Yonne.

Vigilance-moustiques a constaté que dans la très grande majorité des cas, les départements en orange passent en vigilance rouge dans les années qui suivent. Ils nécessitent donc une vigilance citoyenne particulière, d’autant plus qu’ils ne bénéficient pas de l’ensemble du dispositif prévu par le plan anti-dissémination dans les départements placés en vigilance-rouge.

Voici la carte du moustique tigre en France en 2023 :

carte moustique tigre

Pourquoi mener une surveillance ?

  • La propagation du moustique tigre en zone tempérée provoque de nouvelles situations d’alertes sanitaires ; 
  • Le moustique tigre est vecteur potentiel de maladies graves : dengue, chikungunya et dans une moindre mesure le virus Zika ;
  • La colonisation du territoire français est de plus en plus rapide et concerne désormais 75 départements ;
  • Les phénomènes épidémiques sont très rapides pour se propager.

En 2022, la France a connu 9 foyers épidémiques et 65 cas autochtones.

Le moustique tigre est-il présent à Paris ?

À ce jour, le moustique tigre est déclaré officiellement implanté et actif dans une majorité des départements français, dont Paris, la Seine-et-Marne, les Yvelines, l’Essonne, les Hauts-de-Seine, la Seine-Saint-Denis, le Val-d’Oise et le Val-de-Marne.

>> Vous pensez avoir observé un moustique tigre près de chez vous ? Vous pouvez faire un signalement sur cette page de l’Anses : signalement-moustique.anses.fr

A savoir : le site d’information spécialisé Vigilance-moustiques publie chaque année, depuis 2013, sa carte de France du moustique tigre. Régulièrement mise à jour, cette carte recense les départements où les conditions sont favorables à la multiplication des moustiques, ceux où il y a une prolifération  inhabituelle de moustiques et les départements qui sont carrément en alerte.

Comment reconnaître le moustique tigre ?

Tout ce qui vole n’est pas un moustique et tout moustique n’est pas un moustique tigre ! Pour vérifier que vous êtes bien en présence d’un moustique tigre, l’Anses conseille de répondre aux trois questions ci-dessous :

  • Le moustique est-il de petite taille ? Le nom de “moustique tigre” peut en effet facilement induire en erreur. Le moustique tigre est plus petit qu’une pièce de 1 centime d’euro. Il ne fait jamais plus de 3 mm.
  • Quelle est sa couleur ? Là encore, son nom est trompeur puisque le moustique tigre n’est pas jaune et noir mais rayé noir et blanc. Il est également caractérisé par la présence d’une ligne blanche le long de son thorax.
  • Dispose-t-il d’un appareil piqueur ? Pour se nourrir, les moustiques disposent de ce qu’on appelle un “appareil piqueur” : ce long appendice en prolongement de la tête. Si l’insecte qui vous a piqué n’a pas d’appareil piqueur, ce n’est tout simplement pas un moustique.

>> Quelles différences entre le moustique commun et le moustique tigre ? Le moustique tigre a des ailes noires et un corps et des pattes rayés noir et blanc. Le moustique commun a des ailes transparentes et un corps brun avec des rayures dorées. Autre indice : comme il est plus lourd que le moustique commun, le moustique tigre vole assez bas. Les piqûres de moustiques apparaissent donc plutôt autour des chevilles et au bas des jambes.

Le moustique tigre est un insecte diurne, bruyant et rapide

Le moustique tigre est un insecte diurne, bruyant et rapide. Il pique les chevilles et le bas des jambes.

© Shutterstock

Quels sont les symptômes d’une piqûre par un moustique tigre ?

Le moustique femelle pique pour pouvoir pondre ses oeufs : après avoir été fécondée, elle a besoin de sang pour pouvoir pondre. Quand le moustique pique, il enfonce sa trompe et injecte sa salive, avant d’aspirer quelques gouttes de sang. La salive améliore son “repas” en évitant la coagulation du sang et en provoquant une dilatation des vaisseaux pour augmenter l’apport sanguin. Le bouton de moustique et la démangeaison qui apparaissent après une piqûre de moustique tigre est le résultat d’une réaction allergique à cette salive.

Comment soulager les démangeaisons et les gonflements ?

Le simple fait de laver la peau à l’eau et au savon peut déjà apporter un petit soulagement. Le bicarbonate de soude dilué et imbibé sur un coton appliqué sur la zone enflammée offre aussi un peu de répit. Certains recommandent aussi les traditionnels remèdes de grand-mère pour apaiser les piqûres de moustique : feuilles de pissenlit, de menthe, rondelles d’oignon.

“Le traitement le plus efficace reste les crèmes antihistaminiques à appliquer sur la piqûre. Les antihistaminiques agissent en bloquant les effets de l’histamine (libérée lors de la réaction allergique au moustique). Ces crèmes soulagent les démangeaisons de moustique et sont disponibles en pharmacie sans ordonnance. Les crèmes à base de corticoïdes sont très efficaces aussi. Mais une ordonnance est nécessaire pour les obtenir” explique la Dre Martine Perez, médecin-conseil de Top santé.

En vidéo : 4 remèdes naturels contre les piqûres de moustiques

Quand pique le moustique tigre ?

Le moustique tigre est un insecte diurne : il pique la journée en en début de soirée. Comme il est très rapide, il est difficile à attraper. A l’inverse du moustique commun qui vit et pique la nuit et qui est beaucoup plus lent.

Est-ce dangereux de se faire piquer par un moustique tigre ?

Installé en France depuis 2004 le moustique tigre est le vecteur de maladies transmises par des virus comme la dengue, le chikungunya et Zika. Lorsque le moustique tigre pique une personne infectée par l’un de ces virus, il peut ensuite transmettre cette infection à une autre personne non infectée. Il est donc aussi important de bloquer le développement de ce moustique que de s’en protéger lorsqu’on est malade.

>> Non la piqûre du moustique tigre ne transmet pas le covid-19 ! L’Organisation mondiale de la santé (OMS) l’avait déjà dit. L’Institut supérieur de la santé italien l’a confirmé : non, le moustique tigre ne transmet pas le coronavirus. Le moustique commun non plus d’ailleurs. Selon une étude réalisée par des entomologistes et des virologues italiens, en collaboration avec un institut vétérinaire de Venise, Aedes albopictus (le moustique tigre) et Culex pipiens (le moustique commun) sont incapables de transmettre le coronavirus. La directrice de l’Institut vétérinaire, Antonia Ricci, vient l’a annoncé au début de la pandémie lors d’une conférence de presse. Pour le démontrer, les chercheurs ont proposé aux moustiques un “repas” de sang infecté. Mais une fois ingéré, le virus n’a pas été capable de se répliquer et les moustiques n’ont pu le transmettre ensuite par le biais des piqûres.

>> La piqûre du moustique tigre peut provoquer une réaction allergique. On l’a vu le premier symptôme allergique est l’apparition d’un bouton ou d’un gonflement de la peau. Mais parfois les piqûres de moustique tigre peuvent entraîner un urticaire géant qui prend l’aspect d’un eczéma surinfecté. Cela s’accompagne de démangeaisons intenses, parfois de fièvre et de nausées. Dans ce cas, il convient de consulter rapidement. Car le risque majeur est de voir apparaître un gonflement généralisé, qui peut atteindre la gorge et provoquer le décès.

Comment se protéger des piqûres de moustique tigre ?

Les moustiques sont sensibles aux odeurs et sécrétions émises par le corps (dioxyde de carbone issu de la respiration, acide lactique), dont l’activité physique et la transpiration augmentent d’ailleurs l’émission. Pour éviter les piqûres de moustique :

  1. Appliquez des produits répulsifs (antimoustique) sur la peau.
  2. Portez des vêtements amples et couvrants de teinte claire.
  3. Faits dormir les bébés sous une moustiquaire.

>> Ça marche comment, un répulsif ? “Les répulsifs se contentent d’éloigner et de désorienter les moustiques en perturbant leurs récepteurs olfactifs” explique Pierre Chervy, pharmacien-conseil de Top santé. L’odorat, c’est le sens qui permet au moustique de jeter son dévolu sur sa proie (notre peau, en l’occurrence). Pas la peine de les appliquer sous les vêtements, à l’exception des chevilles quand bien même elles seraient recouvertes par des chaussettes. Pas question non plus d’enduire une zone blessée, irritée ou située près des yeux et de la bouche.

>> Comment appliquer le répulsif ? Après la baignade, il n’est pas inutile d’en remettre une couche (dans la limite du nombre maximal d’applications quotidiennes). Et au soleil, c’est d’abord la crème solaire que l’on étale, au moins 20 minutes avant le répulsif.

Pour éloigner les moustiques, il faut également supprimer de votre environnement proche tous les endroits où la femelle moustique pourrait avoir envie de venir pondre ses oeufs.

  1. Éliminez les eaux stagnantes (coupelles de pots de fleurs, gouttières non nettoyées).
  2. Changez l’eau des plantes et des fleurs une fois par semaine.
  3. Couvrez les réservoirs d’eau avec un tissu.
  4. Ramassez les fruits tombés au sol.
  5. Taillez les herbes hautes et les haies, débroussaillez régulièrement.

Prenez les moustiques en photo !

Selon une étude Ifop réalisée pour Vigilance-Moustiques, 43% des Français résidant dans un département en vigilance rouge ne savent pas reconnaître un moustique tigre et seulement 4% connaissent toutes les maladies qu’il peut transmettre. C’est pourquoi Stéphane Robert président de Vigilance-Moustiques, explique : “si vous voyez un moustique tigre, prenez-le en photo avant de l’écraser si possible. C’est très important pour la veille sanitaire de savoir partout où il est présent“. Les photos peuvent ensuite être envoyées au site signalement-moustique.anses.fr, qui actualisera ainsi ses cartes.

A lire aussi :

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *