Spread the love


C’est une question qui taraude de nombreux coureurs… Faut-il vraiment se faire violence pour aller courir au petit matin ? Nos performances sont-elles altérées si l’on court plutôt en fin de journée ? En bref : y a-t-il un moment idéal pour aller courir ? On fait le point avec le Dr Antoine Bruneau, médecin du sport au CHU d’Angers et médecin des équipes de France d’athlétisme. 

Quels sont les avantages de la course matinale ?

Courir le matin présente plusieurs avantages qui peuvent bénéficier à notre santé physique, mais aussi mentale

  • Intégrer la course dans votre routine matinale vous assure de pratiquer une activité physique quotidienne avant que les obligations de votre journée ne prennent le dessus. 
  • Cela stimule la production d’adrénaline, de cortisol et d’endorphines de bonne heure, ce qui peut aider à bien vous réveiller, améliorer votre humeur et augmenter votre niveau d’énergie pour le reste de la journée et déjà favoriser votre sommeil du soir.
  • Sans oublier que terminer une course dès le début de la journée peut apporter un sentiment de satisfaction personnelle et renforcer notre motivation avant d’aller travailler. 
  • L’exercice matinal permet aussi de booster votre métabolisme et de tonifier vos muscles, ce qui peut vous aider à brûler davantage de calories provenant des graisses.
  • Selon l’endroit où vous habitez, il se peut que le matin soit le moment le plus calme et paisible pour aller courir. Votre course peut être plus agréable et les distractions sont moins nombreuses, ce qui vous permet de vous concentrer davantage sur l’effort. 
  • En été, courir le matin peut être une bonne alternative pour éviter les températures trop élevées de l’après-midi et surtout pour limiter l’exposition aux allergènes, notamment aux pollens ! 

Surmonter la fatigue et prendre le temps…

Aller courir de bon matin n’en reste pas moins un défi. Le réveil peut être difficile pour certaines personnes : il faut non seulement trouver la motivation de se mettre en mouvement, mais aussi de braver des éléments comme la pluie et / ou le froid de bonne heure… 

Notre corps peut aussi mettre un certain temps à se réveiller : les muscles et les articulations peuvent être plus raides le matin, ce qui augmente le risque de blessures si vous ne vous échauffez pas correctement. Sans compter que nos réserves de glycogène peuvent être basses (même après un petit-déjeuner équilibré), et notre métabolisme énergétique encore un peu endormi, ce qui peut impacter les performances de certains coureurs.  

Autre inconvénient : courir le matin demande une bonne organisation… Il faut s’assurer d’avoir suffisamment de temps pour petit-déjeuner, se préparer, s’échauffer suffisamment longtemps, courir et se changer – voire se doucher avant de commencer la journée ! 

Est-ce bien prudent d’aller courir à jeun le matin ?

Comme nous l’explique le Dr Bruneau, courir à jeun permet de booster son métabolisme et de favoriser la perte de poids à long terme, moyennant une adaptation diététique. Mais cela ne doit pas être fait n’importe comment : “La course matinale à jeun est réservée aux coureurs expérimentés. Les premières sorties en endurance fondamentale seront limitées à trente minutes“, prévient le médecin du sport. Griller les étapes vous mènera tout droit à l’hypoglycémie

La course du midi, idéale pour se rebooster !

Vous avez un emploi du temps chargé ? Ou vous préférez simplement profiter de votre lit le matin ? Courir avant votre pause déjeuner – ou en début d’après-midi peut être une bonne alternative. Cela permet de faire une pause, de se vider la tête et de briser la monotonie du travail

Comme indiqué ci-dessus, l’exercice physique est un excellent allié pour votre dynamisme et votre concentration. Même un court footing peut vous aider à rester alerte et à gagner en productivité dans l’après-midi ! Il se peut également que les installations sportives ou les espaces dans lesquels vous avez l’habitude de courir soient moins fréquentés sur la pause déjeuner, ce qui vous offre davantage d’espace pour vous entraîner. 

Surmonter les contraintes organisationnelles

En dépit de ses avantages, la course du midi peut présenter certaines contraintes. Le temps limité de la pause déjeuner peut notamment raccourcir l’entraînement et la chaleur du milieu de journée peut rendre la course inconfortable, voire dangereuse, en été. Par ailleurs, hors de question de privilégier la course à votre déjeuner… Idéalement, allez courir avant de manger, autrement il vous faudra attendre quelques  heures de digestion avant de chausser vos baskets. En résumé, si votre emploi du temps ne vous permet pas d’être flexible et que le fait d’aller courir à midi devient une source de stress, privilégiez le matin ou la fin de votre journée de travail ! 

Sommeil : aller courir le soir risque de retarder votre endormissement…

La fin de journée est le moment de prédilection de nombreux coureurs… C’est en effet l’occasion de se détendre et de se libérer du stress accumulé tout au long de la journée avant de rentrer se reposer. “Comme toute activité physique, la course à pied favorise le sommeil. Mais courir en début ou en fin de soirée peut néanmoins retarder notre endormissement (sans pour autant altérer la qualité de notre sommeil)”, prévient le Dr Bruneau.

L’exercice physique augmente notre température corporelle, stimule notre système nerveux et libère des hormones éveillantes telles que l’adrénaline et la noradrénaline, qui peuvent rendre l’endormissement plus difficile. Dr Antoine Bruneau. 

En effet, notre température corporelle augmente progressivement au cours de la journée et atteint un pic en fin d’après-midi. Le soir, elle commence normalement à diminuer, ce qui signale au corps qu’il est temps de se préparer à dormir. En faisant grimper notre température corporelle l’activité physique vient perturber ce processus naturel et dérégler notre horloge biologique interne, ce qui peut avoir un impact sur notre sommeil, précise l’expert.

D’autres inconvénients doivent aussi être soulignés : après une journée bien remplie, il peut être difficile de trouver la motivation nécessaire pour sortir et courir. Par ailleurs, de nombreuses distractions peuvent entraver la régularité des séances, notamment des obligations familiales ou sociales.  Enfin, le fait de courir trop tard et / ou dans la nuit peut augmenter le risque de chutes ou d’accident en raison d’une perte de vigilance ou d’un manque de visibilité.  

“Cela dit, si vous n’avez pas d’autre possibilité, prenez vos dispositions et courez en soirée ! Cela sera toujours plus bénéfique que de ne pas faire de sport“, souligne le Dr Bruneau. 

Footing : quelle est donc la meilleure heure pour aller courir ?

Vous l’aurez compris, il n’y a pas forcément de bon ou de mauvais horaire pour aller courir. Chaque période présente ses propres avantages et ses inconvénients. “On court quand on veut – et surtout quand on peut, en fonction de son mode de vie, de ses impératifs personnels et professionnels, de ses préférences et de ses objectifs”, conseille le médecin du sport. Autrement dit, à chacun son rythme, l’important est de trouver un créneau qui vous convient pour rester en mouvement !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *