Spread the love


« Nous ne pouvons pas, et ne fermerons pas les yeux sur les preuves scientifiques de la façon dont notre consommation impacte notre planète », a assuré Karen Ellemann, Secrétaire générale du Conseil nordique des ministres. Dans leurs Nordic Nutrition Recommendations (NNR) de 2023, les scientifiques des pays du Nord publient des recommandations alimentaires. « Cette nouvelle édition, la NNR 2023, est notre étape la plus courageuse à ce jour. Il présentera les meilleures données disponibles sur la façon de manger pour la santé de notre corps et pour notre planète. La décision de laisser cette édition intégrer les aspects environnementaux est bien alignée sur nos engagements mondiaux et sur la vision nordique d’être la région la plus durable et la plus intégrée d’ici 2 030 », complète Karen Elleman.

Que recommandent les experts nordiques ? Ce rapport préconise une alimentation principalement végétale riche en légumes, fruits, baies, légumineuses, pommes de terre et grains entiers, de grandes quantités de poisson et de noix, une consommation modérée de produits laitiers faibles en gras, une consommation limitée de viande rouge, de viande blanche, de produits transformés viande, alcool et aliments transformés contenant de grandes quantités de graisses ajoutées, de sel et de sucre.

Bon point pour le poisson

Dans le détail, les scientifiques résument ensuite les bons points et les avertissements concernant les principaux aliments. Par exemple, le poisson et les crustacés ont des effets positifs sur la santé cardiovasculaire et la protection contre le déclin cognitif chez les adultes. « Les poissons provenant de zones polluées ou riches en contaminants environnementaux peuvent avoir une influence négative sur les femmes enceintes », mettent en garde les experts.

Concernant la viande rouge, le rapport souligne l’apport en fer, en zinc et en vitamines. Mais, le texte rappelle également que la viande représente une source majeure d’acides gras saturés et augmente le risque de cancer colorectal, de diabète de type 2, etc. Autre mise en garde, les experts préviennent qu’une consommation élevée de lait entier peut favoriser l’apparition de maladies cardiovasculaires.

Le rapport pointe également les effets indésirables liés à une trop grande consommation d’aliments transformés. Ces derniers peuvent contenir de grandes quantités de sucres, de graisses ou de sel, inciter à trop manger. « L’apport total est associé à un risque accru d’obésité, de diabète de type 2, de cancer, de dépression et de mortalité prématurée », souligne le rapport.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *