Spread the love


L’air que vous respirez dans l’habitacle de votre voiture peut vous mettre en danger. Selon les conclusions publiées dans la revue Environmental Science & Technology, l’air intérieur des véhicules est pollué à cause d’un retardeur de flammes. Précisément, les constructeurs automobiles ajoutent ces produits chimiques à la mousse des sièges et à d’autres matériaux pour réduire le risque d’incendie.

« Nos recherches ont révélé que les matériaux intérieurs libèrent des produits chimiques nocifs dans l’air de l’habitacle de nos voitures », a mis en garde l’auteur principal Rebecca Hoehn, scientifique à l’Université Duke. Avant de compléter : « Étant donné que le conducteur moyen passe environ une heure dans sa voiture chaque jour, il s’agit d’un problème de santé publique important. C’est particulièrement préoccupant pour les conducteurs effectuant des trajets plus longs ainsi que pour les enfants passagers, qui respirent plus d’air que les adultes ».

L’été, saison la plus dangereuse ?

Les chercheurs ont détecté des retardateurs de flamme dans l’habitacle de 101 voitures (année modèle 2015 ou plus récente) à travers les États-Unis. Au total, 99 % des voitures analysées contenaient le triphosphate (TCIPP). Si sa présence est importante, elle peut donc représenter un danger… Surtout, pendant les mois les plus chauds. En effet, la moitié des voitures ont été testées pendant plusieurs saisons. D’après les conclusions de cette étude, le temps plus chaud était lié à des concentrations plus élevées de retardateurs de flamme, car les dégagements gazeux des composants intérieurs comme la mousse des sièges sont augmentés par des températures plus élevées. Les chercheurs ont également analysé des échantillons de mousse de siège provenant de 51 des voitures. Les véhicules dont la mousse contenait le TCIPP soupçonné d’être cancérigène avaient tendance à avoir des concentrations plus élevées de TCIPP dans leur air.

Pour limiter le risque, la co-auteure Lydia Jahl recommande d’ouvrir les fenêtres et de se garer à l’ombre. Elle conseille de ne pas utiliser le mode « recirculation » du système de climatisation qui consiste à réutiliser en boucle l’air présent à l’intérieur de la voiture.  « Mais ce qu’il faut vraiment, c’est d’abord réduire la quantité de retardateurs de flamme ajoutée aux voitures. Se rendre au travail ne devrait pas comporter de risque de cancer, et les enfants ne devraient pas respirer des produits chimiques qui peuvent endommager leur cerveau sur le chemin de l’école », conclut la scientifique.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *