Spread the love

MIAMI INTERNATIONAL AUTODROME, UNITED STATES - MAY 04: Lewis Hamilton, Mercedes F1 F1 W14 ahead of the Miami Grand Prix at Miami International Autodrome on Thursday May 04, 2023 in Miami, United States. (Photo by Michael Potts/BSR Agency/Getty Images)
BSR Agency / Getty Images MIAMI INTERNATIONAL AUTODROME, UNITED STATES – MAY 04: Lewis Hamilton, Mercedes F1 F1 W14 ahead of the Miami Grand Prix at Miami International Autodrome on Thursday May 04, 2023 in Miami, United States. (Photo by Michael Potts/BSR Agency/Getty Images)

BSR Agency / Getty Images

Lewis Hamilton, ici jeudi 4 mai, à Miami.

PEOPLE – « Ce n’est pas bon du tout. » Ces mots, ce sont ceux du pilote britannique de Formule 1 Lewis Hamilton qui, en marge du Grand prix qui doit se tenir ce dimanche 7 mai à Miami, s’est exprimé ce jeudi 4 auprès de l’agence Associated Press. Un entretien dans lequel il a fermement pris position contre une loi anti-LGBT adoptée en Floride, où se déroule la course.

« Je soutiens la communauté ici, a déclaré le champion de F1. J’espère qu’ils continueront à lutter. J’aurai l’arc-en-ciel sur mon casque. Ce n’était pas différent quand nous étions en Arabie saoudite. »

En Floride, le gouverneur républicain Ron DeSantis, le principal concurrent de Donald Trump pour représenter le parti à l’éléphant lors de la présidentielle de 2024, a signé en mars 2022 une loi intitulée « Don’t Say Gay ». Celle-ci interdit d’évoquer à l’école primaire des sujets en lien avec l’orientation sexuelle ou l’identité de genre. Alors qu’elle est entrée en vigueur à l’été dernier, Ron DeSantis a récemment déclaré vouloir l’étendre à tous les niveaux scolaires.

Faut-il dès lors arrêter de courir en Floride, a-t-il été demandé au septuple champion du monde de Formule 1 ? « Ce n’est pas à moi de décider, a répondu Lewis Hamilton. J’ai entendu et j’ai lu certaines des décisions prises ici. Je ne suis pas d’accord avec elles et je ne les soutiens pas. Mais ce ne sont pas les habitants de Miami qui prennent ces décisions, ce sont les gens du gouvernement. »

Le casque arc-en-ciel

Lewis Hamilton, unique pilote noir engagé en F1, prend régulièrement la parole pour afficher son soutien à la communauté LGBT+ et s’opposer aux discriminations raciales par exemple. Et quand il court dans des régions du monde où les droits de la communauté LGBT sont inexistants ou menacés, il arbore un drapeau arc-en-ciel sur son casque.

Ce genre de prise de position est rare dans le milieu du sport automobile, d’autant que la Fédération internationale de Formule 1 a décidé, au mois de mars dernier, d’empêcher les pilotes de faire des « commentaires politiques, religieux et personnels ». Mais en vain : les pilotes ont dénoncé cette atteinte à leur liberté d’expression, Lewis Hamilton en tête. Selon lui, « le sport a une responsabilité : celle de s’exprimer sur les sujets importants pour sensibiliser l’opinion. » Ce qu’il fait donc avec brio en marge du Grand prix de Miami.

À voir également sur Le HuffPost :

Leave a Reply

Your email address will not be published.