Spread the love


Une étude britanniquesuggère que les patients soupçonnés de souffrir de maladies inflammatoires de l’intestin (MII) pourraient s’auto-référer à un centre de scintigraphiepour des tests de diagnostic, évitant ainsi des mois d’attente.

Actuellement, les patients suspectés de MII doivent passer par leur médecin généraliste avant d’être dirigés vers un spécialiste pour un diagnostic. Ce processus peut prendre des mois, ce qui peut aggraver les symptômes et augmenter le risque de complications nécessitant une intervention chirurgicale.

Une étude a révélé qu’en proposant aux patients deux tests fécaux à quelques semaines d’intervalle, il était possible de repérer avec précision les signes de MII. Les patients pourraient alors être orientés directement vers une coloscopie, accélérant ainsi le processus de diagnostic.

Le Dr Peter Rimmer, gastro-entérologue à l’université de Birmingham et auteur de l’étude, envisage un avenir où les patients pourraient demander ces tests fécaux directement au NHS, sans passer par leur médecin généraliste. Peut-êtreque cette avancée sera adopter également en France si elle est un succès au Royaume-Uni. 

Environ 800 000 personnes au Royaume-Uni sont atteintes de MII, une maladie qui peut être gérée mais pas guérie. L’accès rapide au diagnostic et à la prise en charge est crucial pour améliorer la qualité de vie des patients.

L’étude, qui a porté sur 767 patients, montre que deux résultats positifs de tests fécaux peuvent prédire avec certitude un diagnostic de MII. Cette approche pourrait permettre aux patients d’obtenir un diagnostic en quelques semaines seulement, offrant ainsi un soulagement plus rapide.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *