Spread the love


Les injections de toxine botulique dans le front destinées à supprimer temporairement les rides ou réduire leur profondeur pourraient avoir des effets secondaires. Une étude publiée dans la revue Scientific Reports a ainsi montré que le botox, autre nom de la substance, pouvait avoir un impact sur le cerveau des patients. Il altérerait leur capacité à interpréter et à reproduire les émotions, affirment les travaux, relayés par le New York Post ce lundi.

Un rapport de l’American Society of Plastic Surgeons a comptabilisé 4.401.536 injections de ce genre aux États-Unis en 2020. Le chiffre a connu une augmentation de 459 % en vingt ans. Face à ce succès grandissant, des chercheurs de l’Université de Californie ont décidé de s’intéresser aux réactions du cerveau humain après l’injection. Des IRM ont été réalisées sur dix femmes âgées de 33 à 40 ans avant et après l’opération.

Des émotions perturbées à plusieurs niveaux

Pendant ces examens, les participantes devaient observer des photos de visages exprimant diverses émotions. Il leur a ensuite été demandé d’interpréter ces émotions. Les auteurs de l’étude ont constaté que l’injection altérait l’activité cérébrale dans l’amygdale, qui est la partie du cerveau associée aux émotions.

Le gyrus fusiforme, qui permet de reconnaître les visages, serait également touché. Il ne réagirait pas comme attendu à la vision d’un visage heureux. En figeant le visage, le botox entraverait également indirectement la capacité de reproduire une émotion. En effet, de nombreuses personnes copient les expressions faciales qui se présentent à eux pour mieux les ressentir, suivant un processus appelé rétroaction faciale.

Leave a Reply

Your email address will not be published.