Spread the love


« En France, environ 140 000 personnes sont atteintes d’AVC chaque année. Troisième cause de mortalité en France (40 000 morts), l’Accident Vasculaire Cérébral est la première cause de handicap acquis avec des patients qui gardent des séquelles lourdes et la deuxième cause de déclin intellectuel. C’est la première cause de mortalité chez les femmes », souligne l’ARS Ile-de-France. Justement, le mois de mai est celui de la sensibilisation à l’AVC. A cette occasion, un neurologue de la Mayo Clinic renseigne sur les symptômes qui doivent alerter.

Dans l’accident vasculaire cérébral, il y a des facteurs que l’on ne maîtrise pas, tels que l’âge, les antécédents dans la famille, le sexe… A plus de 55 ans, on est plus à risque par exemple. Ce qui n’empêche pas les jeunes de pouvoir être victimes d’AVC. Le docteur Stephen English, qui s’est confié au site Medicalxpress souligne que les personnes afro-américaines sont aussi plus sujettes aux AVC.

80% des AVC peuvent être évités

Mais il précise aussi : « Étant donné qu’environ 80 % des accidents vasculaires cérébraux peuvent être évités, nous mettons l’accent sur la prévention ». L’AVC est lié à trois facteurs auxquels on peut veiller pour limiter drastiquement les risques : la glycémie, le cholestérol et la tension artérielle (qui doit être inférieure à 130/80). Le neurologue conseille d’arrêter de fumer, de se faire dépister (et traiter) en cas d’apnée du sommeil.

D’autres facteurs doivent être surveillés si l’on veut se prémunir du risque d’AVC, comme le fait de souffrir de fibrillation auriculaire (des battements de cœur irréguliers), ou encore de diabète. On peut aussi veiller à limiter sa consommation d’alcool, avoir une activité physique régulière, ou encore manger plus sainement et réduire sa consommation de sel.

Les symptômes de l’AVC

Pour rappel, L’ARS note que les symptômes de l’AVC sont l’apparition brutale d’un des signes suivants :

  • faiblesse musculaire ou paralysie d’un côté du corps bras et/ou jambe
  • déformation de la bouche
  • troubles du langage avec difficultés soudaines à parler ou impossibilité d’articuler, propos incohérents ou confus, difficultés à se faire comprendre ou à comprendre
  • perte de la vision d’un œil ou d’une partie du champ visuel

Sources : Medicalxpress, ARS Ile-de-France

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *