Spread the love


Fibromyalgie, arthrose, douleurs neuropathiques… Environ un tiers des Français sont handicapés au quotidien par la douleur chronique. Un des traitements de ces douleurs qui persistent plus de trois mois : la prise d’antidépresseurs. Mais selon une étude publiée dans la revue Cochrane, la grande majorité des antidépresseurs n’ont pas prouvé leur efficacité dans le traitement des douleurs chroniques (source 1). Cette méta-analyse est issue de la compilation de 176 études réalisées sur près de 30 000 patients, évaluant l’efficacité de 25 antidépresseurs prescrits contre les douleurs chroniques.

Le seul antidépresseur dont nous sommes certains pour le traitement de la douleur chronique est la duloxétine, indiquent les chercheurs de l’étude.

Le résultat est alarmant : seul un antidépresseur, la duloxétine, a montré un intérêt thérapeutique, avec un « effet faible à modéré pour un soulagement substantiel de la douleur », montre l’étude.

Concernant les autres antidépresseurs analysés, « le milnacipran était souvent classé comme le deuxième antidépresseur le plus efficace, bien que la certitude des preuves soit inférieure à celle de la duloxétine. Il n’y avait pas suffisamment de preuves pour tirer des conclusions solides sur l’efficacité et l’innocuité de tout autre antidépresseur pour la douleur chronique ».

La difficulté de prise en charge des douleurs chroniques

Ceux qui en souffrent le savent, la douleur chronique est difficile à traiter. Selon la Haute autorité de santé, 70 % des Français souffrant de douleurs chroniques « ne reçoivent pas de traitement approprié et moins de 3 % bénéficient d’une prise en charge dans une structure spécialisée douleur » (source 2).

De nombreux traitements existent pour lutter contre la douleur chronique, mais aucun n’est parfait. Les anti-inflammatoires (AINS) ont d’importants risques d’effets indésirables à haute dose. Les opiacés, très efficaces contre la douleur, présentent un haut risque de dépendance. Enfin les antidépresseurs, contre démontré par les études citées, sont loin d’être systématiquement efficaces. « Il n’existe actuellement aucune preuve fiable de l’efficacité à long terme d’un antidépresseur, et aucune preuve fiable de l’innocuité des antidépresseurs pour la douleur chronique », rappelle l’étude publiée dans la revue Cochrane. « Aucune revue n’a rapporté de preuves de haute certitude sur les effets des antidépresseurs sur la douleur », confirme une étude publiée dans le BMJ Journal en février 2023 (source 3).

Malgré tout, les patients sous traitement antidépresseur dans le cadre de douleurs chroniques ne doivent pas arrêter leur traitement sans avis médical.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *