Spread the love


Les personnes en surpoids n’auraient pas un risque de décès plus important que les personnes dont l’IMC est normal, selon une étude du Rutgers Institute for Health aux États-Unis, pays particulièrement touché par le surpoids et l’obésité. Les chercheurs ont analysé les données de 550 000 adultes américains entre 1999 et 2018.

Les résultats indiquent que seule l’obésité (IMC supérieur à 30) serait un facteur de risque de mortalité. Chez les personnes obèses, « une augmentation de 21 à 108 % du risque de mortalité a été observée », indique l’étude publiée dans la revue Plos One (source 1). Une personne souffrant d’obésité massive (IMC supérieur à 40) a même deux fois plus de risque de mourir qu’une personne dont l’IMC est normal (entre 18,5 et 25).

Plus étonnant encore, les personnes en surpoids auraient même un risque moins élevé de décès que les personnes avec un IMC normal. Une personne dont l’IMC se situe entre 25 et 27,4 aurait 5 % de risque de décès en moins qu’une personne avec un IMC normal. Un IMC supérieur, entre 27,5 et 29,9, serait même associé à un risque inférieur de 7 %.

L’étude montre également qu’en plus des personnes obèses, l’insuffisance pondérale (IMC inférieur à 18,5) serait également associée à un risque plus important de décès par rapport aux personnes avec un IMC normal.

L’IMC, une méthode de calcul critiquée

Au-delà de ces résultats, l’étude remet surtout en cause l’IMC pour indiquer un risque de mortalité. Cet indicateur, même s’il est globalement utilisé, est largement critiqué pour son manque de précision. Pour réellement estimer l’impact du poids sur la santé d’une personne, il faut y ajouter de nombreuses autres informations : le tour de taille, l’évolution du poids ou encore la répartition corporelle de la masse grasse sont d’autres indicateurs indispensables.

L’étude précise que si ces résultats diffèrent par rapport à de nombreuses autres études sur le sujet, c’est notamment parce qu’aujourd’hui, les maladies liées au surpoids comme le diabète, l’hypercholestérolémie ou l’hypertension sont de mieux en mieux prises en charge. En France, près d’une personne sur deux est en situation de surpoids ou d’obésité.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *