Spread the love


Ils font le bonheur des cinéphiles ou des accros aux séries : les pop-corns restent le petit plus plaisir dont on se délecte devant un écran. Seulement voilà, d’un point de vue nutritionnel, ont-ils un intérêt pour la santé ou pour la ligne ? La réponse nécessite quelques petits rappels.

Ce produit est fait à partir de maïs. Son grain, lorsqu’il est brut, contient des protéines, des vitamines, minéraux et fibres. Autrement dit c’est un aliment plutôt correct. Mais lorsqu’il est consommé sous forme de pop-corn, les choses changent.

Pop-corn : pour la santé, c’est fait maison ou rien !

« La plupart du temps, le pop-corn qu’on mange au cinéma ou qu’on achète dans le commerce ne contient pas que du maïs éclaté. On y ajoute du sucre, ou du sel. Ce qui alourdit la charge calorique », met en garde Véronique Liesse, diététicienne nutritionniste. Autrement dit, si on ne le fait pas soi-même, c’est un aliment qui risque de faire grossir. Il faut tenir compte évidemment de la quantité. Si on se contente d’une petite poignée de temps en temps, rien de grave. Mais dans certaines salles de cinéma, il existe des pots contenant 500 grammes ! Si on garde à l’esprit que 100g de pop-corn contiennent 375 calories, cela signifie que devant un film, on pourrait absorber pas moins de 1875 calories !

De plus, lorsqu’on mange en faisant autre chose, on efface totalement les sensations alimentaires. On ne distingue plus la satiété par exemple et on mange donc forcément plus qu’en étant concentré sur ce qu’on ingurgite.

Le pop-corn acheté dans le commerce est bourré de sucre et d’additifs

« Autre problème, le pop-corn sucré fait l’objet d’ajouts qui augmentent son index glycémique, donc sa capacité à faire monter le taux de sucre dans le sang. Ce qui à long terme signifie risque de diabète entre autres », poursuit la spécialiste.

Enfin dernier point important, le pop-corn vendu dans le commerce, qu’il soit sucré ou salé contient des ajouts et additifs qui font de lui un aliment transformé. Or, toutes les études scientifiques convergent pour mettre en relief les effets délétères de ces aliments. Il a été montré un lien très net entre la consommation de ce type d’aliments et l’augmentation de l’obésité, du diabète, et du cancer. Ajoutons que la qualité du maïs peut parfois ne pas être au rendez-vous. Certaines variétés peuvent contenir des OGM entre autres exemples. La meilleure solution reste donc le fait maison. Au moins, aucun risque de ne pas connaître la nature des ajouts.

Merci à Véronique Liesse, diététicienne nutritionniste auteur de Mon microbiote sur mesure, aux éditions Leduc.

Leave a Reply

Your email address will not be published.