Spread the love


Ces niveaux de nuisances sonores, mêmes faibles, peuvent également perturber notre capacité de concentration. Des chercheurs de l’Université de technologie Chalmers en Suède ont mené une étude pour le prouver. Ils ont recruté 42 personnes et ils leur ont fait passer différents tests en laboratoire. Pour simuler les bruits, ils ont recréé un salon avec des meubles et ont installé un système de haut-parleurs derrière les cloisons. Les résultats ont montré que les participants ont obtenu des performances significativement moins bonnes lorsqu’ils travaillaient avec le bruit de la circulation en arrière-plan. Ils ont également estimé que la tâche était plus difficile à réaliser. De plus, il n’est pas nécessaire d’avoir un bruit excessif pour ressentir les premiers effets. À partir de 40 décibels, ce qui équivaut au bruit d’une circulation légère derrière un double vitrage, les volontaires ont rencontré des difficultés (source 1). Trouver des solutions pour remédier à ces nuisances sonores est un défi. Les auteurs de l’étude soulignent que réduire les vitesses n’est pas une solution efficace, car même à basse fréquence, il est difficile d’éliminer un tel bruit au vu de l’étalement urbain, même en utilisant des fenêtres bien isolées et des bâtiments conformes aux normes de construction en matière d’isolation acoustique.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *