Spread the love


Définition : qu’est-ce qu’un kyste vaginal ?

Les kystes vaginaux sont des masses non cancéreuses, comme des boules au toucher, le plus souvent remplies de liquide, qui se situent à l’intérieur du vagin.

Ces kystes sont à différencier :

  • des kystes vulvaires (présents au niveau de la vulve) qui peuvent se localiser sur les grandes ou les petites lèvres ou encore au niveau des glandes de Bartholin (petites glandes rondes à l’arrière des lèvres).
  • des kystes d’autres zones de la région génitale comme les kystes ovariens

Des tumeurs bénignes et opérables

Le plus souvent les kystes vaginaux sont bénins. La plupart du temps, ils passent inaperçus et c’est le gynécologue qui les repère lors d’un examen de routine.

Néanmoins, il arrive qu’ils gênent la patiente s’ils sont particulièrement volumineux. Ils peuvent alors rendre difficile l’introduction d’un tampon hygiénique ou rendre les rapports sexuels douloureux, par exemple. En outre, un kyste volumineux peut inquiéter l’obstétricien en vue d’un accouchement. Dans ces cas de figure, le médecin peut envisager une ponction voire une exérèse chirurgicale

Quels sont les différents types de kystes du vagin ?

On distingue deux types de kystes vaginaux : 

  • Les kystes épithéliaux d’inclusion vaginale :  ces kystes sont très fréquents. Ces accumulation de liquide dans une cavité se développent à la suite d’un traumatisme (comme la réparation d’une épisiotomie ou une blessure) ou apparaissent d’eux-mêmes spontanément. 

Ils mesurent environ 1 cm et ne sont généralement pas douloureux. Ils peuvent parfois entraîner une dyspareunie (douleur pendant les rapports sexuels). 

Si ces kystes viennent à se romprent (par exemple au cours de l’accouchement), ils libèrent un liquide jaunâtre crémeux contenant des desquamations. 

  • Les kystes du canal de Gartner : ils correspondent à un reliquat embryologique du canal de Wolff. Ils apparaissent sur la paroi du vagin la plupart du temps. Ce type de kystes est bénin et le plus souvent asymptomatique. En cas de rupture pendant l’accouchement, ces kytes libèrent un liquide clair, citrin. 

Boule, grosseur : comment reconnaître un kyste vaginal au toucher ?

Généralement, le kyste vaginal est asymptomatique. Il ne provoque aucune douleur, ni gêne. En outre,  il est difficile de le sentir au toucher à moins d’introduire ses doigts dans l’orifice vaginal pour palpation. Parfois, il est visible s’il est proche de la vulve (aspect inégal de la vulve). 

La plupart du temps, les patientes s’en rendent compte alors qu’elles éprouvent une difficulté (voire une douleur) lors de l’introduction d’un tampon hygiénique ou encore lors d’une douleur lors d’un rapport sexuel ou d’un examen gynécologique. Parfois, c’est le gynécologue qui découvre cette masse lors de l’auscultation. 

Abcès, douleur, accouchement : quelles complications du kyste vaginal ?

Le kyste vaginal est une tumeur bénigne et ne risque pas d’évoluer vers un cancer. Néanmoins, en cas de kyste proche de la vulve chez la femme de plus de 60 ans, le médecin recommandera presque automatiquement une ablation chirurgicale du kyste, car le risque de cancer de la vulve est plus élevé. 

Par ailleurs le kyste vaginal peut donner lieu à d’autres complications comme : 

  • Une infection : dans ce cas, le kyste est douloureux, pulsatile. Il peut entraver la marche, la position assise et les rapports sexuels. Parfois il se transforme en abcès et les symptômes sont d’autant plus intenses avec un écoulement de pus et de la fièvre. Mieux vaut consulter un médecin. 
  • Une complication lors de l’accouchement : généralement les kystes vaginaux se rompent lors de l’accouchement. Mais si la masse est trop volumineuse, cela peut entraîner un délabrement vaginal

Diagnostic : comment savoir si on a un kyste vaginal ?

En cas de signes évocateurs, mieux vaut consulter un gynécologue. Ce dernier confirmera le diagnostic par une simple auscultation. Il peut éventuellement prescrire des examens supplémentaires pour éliminer certaines pathologies comme une biopsie, une analyse des sécrétions du vagin ou du col de l’utérus, une échographie pelvienne… 

Traitements : faut-il enlever un kyste sur la paroi du vagin ?

 Il n’y a pas de raison de retirer un kyste vaginal à moins qu’il soit volumineux, douloureux ou infecté. 

Rien à faire pour les petits kystes

Si le kyste est de petite taille, qu’il n’occasionne pas de gêne et qu’il ne semble pas entraver l’expulsion du bébé en vue de l’accouchement (pour la femme enceinte), il n’est pas nécessaire de le retirer. 

L’opération pour les gros kystes (ablation ou ponction)

Néanmoins, si le kyste est volumineux, gênant (par exemple pour introduire des tampons ou lors des rapports sexuels) ou semble entraver l’expulsion du bébé en vue d’un accouchement (chez la femme enceinte), il est préférable de la ponctionner ou de le retirer par une intervention chirurgicale sous anesthésie générale ou locorégionale. 

Enfin en cas d’infection ou d’abcès, un traitement antibiotique est administré. Le médecin peut aussi choisir de ponctionner ou de retirer le kyste par chirurgie. 

Leave a Reply

Your email address will not be published.