Spread the love


À chaque mois sa couleur… Et sa sensibilisation. Après octobre rose et le cancer du sein, mars bleu et le cancer colorectal, c’est la couleur verte qui est à l’honneur pour ce mois de juin. L’occasion de sensibiliser la population française au cancer du col de l’utérus. Pour l’année 2023, on estime à environ 3 159 le nombre de nouveaux cas de cancers du col de l’utérus ce qui place ce cancer au 12e rang des cancers les plus fréquents chez les femmes en 2018.

Un cancer du col de l’utérus se développe en moyenne 10 à 20 ans après une infection persistante par le papillomavirus. Le cancer du col de l’utérus désigne une maladie de la muqueuse du col de l’utérus. Dans la grande majorité des cas, le cancer du col de l’utérus résulte d’une infection persistante par un papillomavirus humain (HPV) à haut risque, infection très fréquente, transmissible par contact sexuel.

Quel dépistage ?

À un stade précoce, le cancer du col de l’utérus est la plupart du temps asymptomatique. À un stade plus avancé, il peut se manifester par des saignements après les rapports sexuels et des douleurs, des pertes différentes de d’habitude, des douleurs dans la zone pelvienne et des douleurs lombaires. Face à ces symptômes, il est recommandé de consulter rapidement un médecin. « Seul un examen anatomopathologique de tissus prélevés lors d’une biopsie ou retirés par conisation permet de confirmer le diagnostic de cancer », rappelle l’Inca.

En France, il est recommandé de réaliser un « test de dépistage pour les femmes tous les 3 ans entre 25 et 29 ans, après 2 tests normaux réalisés à un an d’intervalle, puis tous les 5 ans entre 30 et 65 ans », précise l’Inca. Avant de compléter : « La vaccination contre les papillomavirus humains (HPV) pour les garçons et les filles entre 11 et 14 ans. Elle peut également être proposée en rattrapage jusqu’à 19 ans inclus ». Les dépistages par examen cytologique ou test HPV sont pris en charge à 100 % par l’Assurance maladie sans avance de frais. Depuis le début de l’année 2023, une campagne de vaccination contre les infections à papillomavirus humains a été déployée dans les collèges pour l’ensemble des élèves de 11 à 14 ans.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *