Spread the love


En octobre dernier, Carla Bruni avait annoncé avoir été diagnostiquée d’un cancer du sein en 2019. Une annonce faite directement par la chanteuse sur son compte Instagram : « Chirurgie, radiothérapie, hormonothérapie, je parcours le chemin habituel pour traiter ce genre de cancer. Mais j’ai eu de la chance : mon cancer n’était pas encore agressif ». A l’occasion d’Octobre rose, la mère de deux enfants encourageait les femmes au dépistage : « Pourquoi ce cancer n’était-il pas agressif ? C’est parce qu’il n’a pas eu le temps de le devenir. Car chaque année, à la même date, je fais une mammographie ».

Dans les colonnes du magazine Vanity Fair, la femme de Nicolas Sarkozy est revenue sur son combat contre la maladie : « Le cancer ouvre de nouvelles portes. On entend quand même les balles siffler à son oreille ! Et après le premier choc passé, c’est pratiquement vivifiant, même si c’est douloureux, inquiétant et angoissant ». La mère d’Aurélien et Giulia a confié suivre toujours un traitement : « C’est le cas par rapport aux médicaments que je dois prendre, étant donné que je ne suis pas du tout en rémission ».

« Quelle merveille, j’ai ce médicament »

Carla Burni-Sarkozy a expliqué au magazine prendre du Tamoxifène : « Or le Tamoxifène provoque des prises de poids, ce que je n’ai jamais connu, d’où l’idée de diminuer mon nombre de repas. Cet ami m’a dit : au fond, tu devrais le remercier, ce médicament. Depuis, je bénis tous les matins le Tamoxifène. Je me dis : quelle merveille, j’ai ce médicament ! J’ai une petite fille de 12 ans : je veux pouvoir la voir grande, grande ».

Comme l’explique l’Institut national du cancer, le tamoxifène est un anti-œstrogène utilisé dans le traitement du cancer du sein. C’est l’un des traitements d’hormonothérapie les plus prescrits dans la prise en charge du cancer du sein chez la femme. « Son efficacité contre de nombreux cancers est avérée, mais il comporte également des risques et effets secondaires qui doivent être mis en balance avec ses bénéfices avant toute décision », précise l’Institut de Radiothérapie et de radiochirurgie H.Hartamnn.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *