Spread the love


Les inhibiteurs calciques (ica) aussi appelés antagonistes calciques sont une classe de médicaments qui freinent l’entrée du calcium dans les cellules musculaires des vaisseaux sanguins et du cœur. Ces molécules agissant au niveau des canaux calciques entraînent une vasodilatation artérielle (augmentation du calibre des artères). Cet effet optimise l’oxygénation du cœur et limite l’élévation de la tension artérielle.

Les inhibiteurs calciques sont principalement indiqués dans le traitement de l’hypertension artérielle (hta) associée ou non à une ou plusieurs pathologies cardiaques. Ils peuvent aussi être prescrits en seconde intention en cas d’insuffisance coronaire. Enfin, ils sont indiqués pour améliorer certains troubles du rythme cardiaque.

Attention, en aucun cas ces médicaments n’altèrent la fixation du calcium au niveau des os.

Quel est le meilleur inhibiteur calcique (ica) ou antagoniste calcique ?

Il existe différents types d’inhibiteurs calciques. Il n’existe pas d’inhibiteur calcique plus efficace qu’un autre. Le choix de l’inhibiteur calcique est réalisé par le médecin selon l’effet sur le rythme cardiaque.

Les inhibiteurs calciques non bradycardisants (dihydropyridines)

Les inhibiteurs calciques non bradycardisants de la classe des dihydropyridines ne ralentissent pas le rythme cardiaque et ont un effet vasculaire prédominant.

Pour traiter une hypertension artérielle isolée, les inhibiteurs ayant un effet tachycardisant (accélérant le rythme cardiaque) sont souvent administrés (nifédipine, nicardipine…).

Lorsque l’hypertension est associée à une insuffisance coronaire (et à une angine de poitrine ou angor), des médicaments sans effet sur le rythme cardiaque (neutres) sont privilégiés (amlodipine, félodipine, isradipine…).

Les inhibiteurs calciques bradycardisants (vérapamil, diltiazem…)

Pour traiter une hypertension artérielle associée à un angor ou à des troubles du rythme cardiaque, le médecin aura plutôt tendance à prescrire des inhibiteurs calciques bradycardisants qui ralentissent le rythme cardiaque (diltiazem, vérapamil…).

Liste des inhibiteurs calciques

Inhibiteurs calciques non bradycardisants de la classe des dihydropyridines : 

  • Amlodipine (Amlor®)
  • Félodipine (Flodil®)
  • Isradipine (Icaz®)
  • Nicardipine (Loxen®)
  • Lercanidipine (Lercan®, Zanidip®)
  • Nifedipine (Adalate®)
  • Nitrendipine (Nidrel®)
  • Manidipine (Iperten®)
  • Clévipidine (Cleviprex®)

Inhibiteurs calciques bradycardisants : 

  • Vérapamil (Isoptine®)
  • Diltiazem (Bi-Tildiem®, Mono-Tildiem®, Tildiem®)

Les inhibiteurs calciques sont des traitements administrés par voie orale. Certains d’entre eux existent sous forme intraveineuse (Loxen®, Isoptine®, Tildiem®).

Quel est le mécanisme d’action des inhibiteurs calciques ?

Les inhibiteurs calciques agissent au niveau des canaux calciques voltage-dépendants en freinant l’entrée de calcium dans les cellules musculaires lisses vasculaires et les cardiomyocytes (cellules contractiles composant le muscle cardiaque).

Ils ont différents effets sur les cellules du cœur comme la diminution de la force de contraction du myocarde. Ils induisent aussi une vasodilatation artérielle, ce qui optimise l’apport en oxygène vers le cœur.

Indications : quand prendre des inhibiteurs calciques ?

  • Les inhibiteurs calciques sont principalement indiqués dans le traitement de l’hypertension artérielle.
  • Ces médicaments peuvent aussi être prescrits en seconde intention en cas d’insuffisance coronaire.
  • Enfin, ils sont indiqués pour améliorer certains troubles du rythme cardiaque.

Des anti-hypertenseurs (traitement de l’hypertension, hta)

Les inhibiteurs calciques sont les médicaments de première intention contre l’hypertension artérielle.

Certains contextes médicaux sont d’autant plus favorables à l’utilisation des inhibiteurs calciques pour traiter une hypertension artérielle en première intention comme une angine de poitrine ou certains troubles du rythme cardiaque.

Des médicaments efficaces contre certains troubles cardiaques

Les inhibiteurs calciques peuvent aussi être utilisés en seconde intention en traitement de fond de l’insuffisance coronaire (associée à une angine de poitrine) en cas d’inefficacité ou de contre-indications aux bêtabloquants.

Enfin certains inhibiteurs calciques peuvent être prescrits pour traiter certains troubles du rythme cardiaque (tachycardie paroxystique supra-ventriculaire, tachycardie jonctionnelle (maladie de Bouveret), fibrillation auriculaire, arythmies ventriculaires…).

Les inhibiteurs calciques ne sont pas des médicaments efficaces contre l’insuffisance cardiaque. Cependant certains d’entre eux peuvent être utilisés lorsque l’insuffisance cardiaque est associée à une ischémie myocardique ou à une hypertension artérielle.

Inhibiteurs calciques : quels sont les effets secondaires de ces médicaments contre l’hypertension ?

Comme tous les médicaments, les inhibiteurs calciques peuvent provoquer certains effets indésirables tels que :

  • unehypotension artérielle(risque d’hypotension orthostatique, de fatigue, de faiblesse, de vertiges, malaises ou syncopes) ;
  • une constipation ;
  • un ralentissement du rythme cardiaque (bradycardie) ;
  • des œdèmes des membres inférieurs. Les diurétiques sont inefficaces contre ces œdèmes qui ne sont pas la conséquence de la rétention d’eau. Ces derniers sont sans gravité. Néanmoins s’ils altèrent la qualité de vie, il est recommandé de consulter son médecin afin que ce dernier modifie éventuellement le traitement.
  • des maux de tête (céphalées) ;
  • des bouffées de chaleur associées à des rougeurs de la face (flush) ;
  • plus rarement : des palpitations, une urticaire, des troubles du sommeil, des nausées, des maux d’estomac…

Ces effets secondaires peuvent survenir dès le début du traitement ou par la suite.

À noter qu’il est préférable de privilégier la prise des inhibiteurs calciques au cours des repas afin de limiter les effets secondaires d’ordre digestif. La posologie doit être respectée (risque d’intoxication par surdosage).

Quelles sont les contre-indications des inhibiteurs calciques ?

Il existe peu de contre-indications à ces médicaments. Néanmoins, ils ne sont généralement pas prescrits en cas de :

  • bradycardie importante ;
  • certains troubles cardiaques (bloc auriculo-ventriculaire non appareillé, insuffisance ventriculaire gauche, insuffisance cardiaque mal contrôlée…) ;
  • hypotension artérielle.

La grossesse n’est pas une contre-indication à la prise d’inhibiteur calcique. Toutefois, le traitement de l’hypertension de la grossesse nécessite impérativement un suivi médical et obstétrical.

Il existe certains risques d’interaction médicamenteuse avec les traitements suivants : dantrolène, millepertuis, dérivés de l’ergot de seigle et les médicaments torsadogènes. En outre, mieux vaut éviter les associations : Nifédipine + Diltiazem et Ivabradine + Diltiazem.

Les inhibiteurs calciques sont des médicaments uniquement disponibles sur prescription médicale. Ils ne doivent en aucun cas être pris en automédication.

Une surveillance médicale (notamment de la pression artérielle et de la fréquence cardiaque) doit être de mise pendant tout le traitement.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *