Spread the love


L’infection urinaire est bien plus fréquente chez la femme que chez l’homme. En effet, on considère que la moitié des femmes souffriront d’au moins un épisode symptomatique au cours de leur vie. De son côté, l’homme ne serait concerné que dans 2 cas sur 10.

Professeur Aurel Messas chirurgien urologue à Paris: Les hommes rencontrent rarement un tel problème avant 50 ans. L’infection urinaire peut être le signe de développement d’un adénome de la prostate, d’une inflammation de la prostate (prostatite) ou encore d’un rétrécissement du canal de l’urètre (sténose urétrale).

L’infection urinaire chez l’homme se définit par la présence de bactéries pathogènes dans l’urine associée à certains symptômes caractéristiques. “Il peut s’agir d’envies fréquentes et/ou pressantes d’uriner, d’une difficulté ou des douleurs à la miction, des douleurs dans le bas du ventre ou du dos et parfois un état fébrile”, souligne l’expert. 

L’infection peut toucher n’importe quel organe de l’appareil urinaire : la prostate (prostatite), l’urètre (urétrite), la vessie (cystite), le testicule (épididymite) ou encore le rein (pyélonéphrite, pyélite). Habituellement, l’atteinte des reins est la conséquence de la migration des bactéries par les voies urinaires. 

Qu’est-ce qui peut provoquer une infection urinaire chez l’homme ?

Les infections urinaires résultent de l’intrusion de germes pathogènes dans les voies urinaires. Généralement, il s’agit généralement de la bactérie Escherichia coli qui réside normalement dans le tube digestif et qui pénètre dans le méat urinaire pour infecter l’appareil urinaire. “C’est d’ailleurs pour cette raison que les infections urinaires sont plus fréquentes chez les femmes puisque celles-ci ont un urètre (qui relie la vessie à l’extérieur) plus court que celui des hommes. L’entrée dans la vessie des bactéries est donc facilitée”, souligne le professeur Aurel Messas. 

En cas d’hospitalisation, d’autres germes sont souvent responsables d’une infection urinaire. Il s’agit la plupart du temps de Gram négatifs (klebsiella, proteus, pseudomonas…) et plus rarement de cocci Gram positifs.  

Ajoutons que l’infection de l’urètre (urétrite) peut aussi être la conséquence d’infections sexuellement transmissibles aux bactéries Chlamydia trachomatisNeisseria gonorrhoeaeTrichomonas vaginalis ou encore au virus de l’herpès

Infection urinaire chez l’homme : quels facteurs de risque ?

Chez l’homme, l’infection urinaire est rare avant 50 ans. Elle est favorisée par certains facteurs comme : 

  • Une hyperplasie bénigne de la prostate avec obstruction, fréquente chez l’homme de plus de 50 ans ; 
  • Toute autre cause d’obstruction des voies urinaires acquise comme un cancer de la prostate, une sténose urétrale, des calculs urinaires… ; 
  • Des manœuvres instrumentales récentes ( comme une sonde à demeure ou transitoire en place) ;
  • Une intervention chirurgicale récente ;  
  • Des anomalies structurelles (telles que des diverticules de la vessie, un reflux vésico-urétéral, des valvules urétrales, une maturation vésicale retardée, des duplications urétrales…) ; 
  • Des troubles neurologiques qui perturbent la miction normale (comme une lésion de la moelle épinière) ; 
  • Une incontinence fécale ou urinaire
  • Une immunodépression
  • Un diabète
  • Une infection urinaire récente, des antécédents d’infections urinaires récidivantes ; 
  • Un traitement antibiotique récent

Douleurs urinaires, envies pressantes, fièvre… Quels sont les symptômes d’une infection urinaire chez l’homme ?

Une infection urinaire chez l’homme se manifeste par : 

  • un besoin fréquent d’uriner ;
  • des envies pressantes d’uriner ; 
  • une difficulté à vidanger totalement sa vessie ; 
  • une difficulté à uriner ; 
  • une sensation de brûlure en urinant ; 
  • l’émission de petites quantités d’urine ; 
  • une urine trouble et malodorante ; 
  • des douleurs lors de l’éjaculation
  • une fièvre légère (moins de 38°C) : la fièvre doit inciter à la vigilance. Elle peut être le signe que l’infection est remontée vers les reins.

Quelles sont les complications possibles d’une infection urinaire chez l’homme ?

Sans prise en charge, une infection urinaire chez l’homme est susceptible de se compliquer : 

  • d’une pyélonéphrite : les bactéries peuvent remonter le long de l’uretère pour atteindre le rein. Ce risque est plus important en cas d’immunodépression, de diabète, de calculs urinaires ou de malformation des voies urinaires. 
  • d’une infection générale sévère (septicémie) ; 
  • d’un abcès de la prostate
  • de rechutes résistantes

Infection urinaire chez l’homme : est-ce grave ?

La réponse du professeure Aurel Messas, chirurgien urologue :   Une infection urinaire chez l’homme est une affection bénigne. Néanmoins, lorsqu’elle est symptomatique, il est préférable de consulter un médecin. En effet, elle peut être le signe d’une autre maladie de l’appareil urogénital comme un adénome prostatique, une sténose de l’urètre, des calculs urinaires voire une tumeur. 

Diagnostic : comment dépister une infection urinaire ?

En cas de doute, l’utilisation d’une bandelette urinaire réactive est employée pour dépister une infection urinaire. Elle est fréquemment pratiquée en cabinet médical. Elle permet de diagnostiquer une cystite par la mise en évidence dans les urines de leucocytes (globules blancs) et/ou de nitrites. Néanmoins, un test négatif ne signifie pas forcément qu’il n’y a pas d’infection. Le médecin peut donc prescrire une analyse d’urines (ECBU) pour rechercher le germe causal. 

Comment prévenir une infection urinaire chez l’homme ?

Afin d’éviter la survenue d’une infection urinaire, il peut être recommandé de : 

  • Boire au moins 1,5 litre d’eau par jour
  • Ne pas se retenir d’uriner. 
  • Vidanger entièrement sa vessie au moment de la miction. 
  • Entretenir une bonne hygiène des parties intimes en utilisant un savon au pH neutre et non parfumé.
  • Uriner rapidement après les rapports sexuels afin d’éliminer en partie les microbes. 
  • Préférer les sous vêtement en coton. 
  • Éviter les pantalons serrés, qui peuvent provoquer un frottement sur les organes génitaux.
  •  Boire du jus de canneberge

Si les épisodes de cystite se répètent plusieurs fois par mois ou dans un contexte particulier, le médecin pourra prescrire un traitement antibiotique préventif.

Professeur Aurel Messas, chirurgien urologue : Si l’infection urinaire est la conséquence d’un adénome de la prostate, il convient de déceler et de traiter ce dernier (par la prise de Permixon® dans un premier temps, voire d’alphabloquants si cela est nécessaire). D’une façon générale, la meilleure prévention passe par la prise en charge du facteur favorisant l’infection urinaire.

Traitements : quels antibiotiques sont prescrits pour une infection urinaire chez l’homme ?

Chez un homme, l’infection urinaire est très souvent associée à une inflammation de la prostate (prostatite). Le médecin attend si possible le résultat de l’ECBU avant de prescrire un antibiotique adapté à la bactérie causale. Les antibiotiques utilisés sont le plus souvent des fluoroquinolones ou une céphalosporine par voie injectable. La durée du traitement varie de 2 à 4 semaines. Il convient de respecter la posologie et la durée prescrite par le médecin. 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *