Spread the love

[EPIDEMIE DE GRIPPE 2023] Le bilan préliminaire de la grippe pour la saison 2022-2023 vient d’être publié : une saison marquée par une épidémie exceptionnellement précoce et longue. Cette année, les virus grippaux ont directement provoqué ou contribué au décès de 1505 personnes, essentiellement âgées de plus de 65 ans.

SOMMAIRE :

Grippe 2023 en France : le bilan préliminaire

Désormais, plus aucune région métropolitaine ou territoire d’Outre-mer ne se trouve en phase épidémique. Et un premier bilan de la saison 2022-2023 vient d’être publié.

Sur le même sujet

Les meilleurs aliments pour booster l'immunité cet hiver

L’épidémie de la saison 2022-23 a été marquée par la survenue d’une épidémie exceptionnellement précoce et longue, composée de deux vagues successives. Au niveau national, l’épidémie en métropole a débuté fin novembre et s’est terminée début avril, soit une durée de 19 semaines (versus 11 semaines en moyenne depuis la saison 2011-12). Le pic a été atteint fin décembre, en semaine 51.

Quel type de virus était majoritaire ? La première vague a été majoritairement due au virus de type A(H3N2), suivie à partir de la fin janvier d’un rebond épidémique principalement dû au virus B/Victoria. Les virus circulants étaient majoritairement apparentés aux souches vaccinales présentes dans le vaccin de l’hémisphère nord 2022-23 respectivement A/Darwin/9/2021 (clade 3C.2a1b.2a2) et B/Austria/1359417/2021 (clade V1A.3a2).

>> Un impact marqué sur la mortalité. La part de la grippe parmi les décès toutes causes a atteint fin décembre un niveau supérieur à la moyenne des épidémies de grippe précédentes, comparable à celle atteinte au pic de l’épidémie 2016-17 et légèrement inférieure à celle du pic de l’épidémie de 2018-19 (deux épidémies qui avaient été marquées par une circulation majoritaire de virus A(H3N2). Ainsi, en métropole 1505 décès ont été déclarés avec une mention de grippe comme “affection morbide ayant directement provoqué ou contribué au décès”. Parmi ces 1505 décès, 14 étaient âgés de moins de 15 ans, 167 avaient entre 15 et 64 ans et 1324 étaient âgés de 65 ans ou plus.

Les régions les plus touchées en nombre de décès dus à la grippe ont été la Normandie , l’Ile-de-France, la Corse et les Hauts-de-France.

Une recrudescence épidémique aux Antilles également. Une forte épidémie a également été observée dans les DROM, excepté en Guyane. A Mayotte, deux vagues épidémiques sont survenues, une de novembre à janvier 2022, à une période de l’année où il est rare d’observer une recrudescence épidémique de grippe, et l’autre de plus courte durée de mi-mars à mi-avril. A la Réunion, l’épidémie a été de longue durée avec une survenue de septembre à début janvier, période de l’année où l’on n’observe habituellement pas de circulation active de virus grippaux. En Guadeloupe, l’épidémie est survenue de décembre à avril avec un impact important en ville et à l’hôpital, et en Martinique, elle a débuté plus précocement. En revanche, l’épidémie de grippe est survenue à une période habituelle en Guyane, de décembre à fin février.

Qu’est-ce que la grippe ?

La grippe est une infection virale respiratoire contagieuse à l’origine d’épidémies saisonnières, généralement entre novembre et avril. Chaque année, la grippe touche entre 2 à 6 millions de Français, selon Santé publique France.

Le virus de la grippe appartient à la famille des virus influenzae. Il en existe 3 types, comprenant chacun plusieurs souches.

  • le type A est le plus dangereux car il peut se modifier de façon importante et radicale. Il engendre, trois ou quatre fois par siècle, une épidémie mondiale ou pandémie (comme la grippe espagnole il y a 100 ans).
  • le type B est le plus fréquent. Il est responsable d’épidémies.
  • le type C provoque des symptômes proches du rhume. Il n’est pas source d’épidémie.

Les virus grippaux ont la propriété de muter leur capital génétique, c’est-à-dire de se modifier au fil du temps. C’est ainsi que de nouveaux virus de la grippe apparaissent chaque année, ce qui oblige les personnes à risque à se faire vacciner tous les ans.

La transmission de la grippe se fait par la toux, les éternuements et… les mains !  C’est pourquoi en période d’épidémie, on recommande de se laver fréquemment les mains pour éviter la propagation du virus. Le virus se transmet aussi par le biais des particules virales présentes dans l’air expiré. En période d’épidémie de grippe, le port du masque est donc un geste barrière tout aussi efficace qu’avec le covid-19.

Quels sont les symptômes de la grippe ?

Comment débute la grippe ? Voici les signes à surveiller :

  • une fièvre supérieure à 38,5 °C
  • des frissons
  • des maux de tête
  • une sensation de malaise général et de douleurs diffuses dans les muscles et les articulations qui peuvent persister plusieurs jours
  • parfois des signes d’irritation conjonctivale, laryngo-trachéale ou bronchique (toux sèche)
  • des troubles digestifs (nausées ou vomissements) peuvent également apparaître parfois.

Comment se transmet la grippe ? On devient contagieux pour son entourage dès les premiers symptômes et on le reste pendant au moins 5 jours.

Combien de temps dure une grippe ?

Fièvre élevée, frissons, toux, douleurs musculaires faisant penser à des courbatures, fatigue sont les principaux symptômes de la grippe. Quelle est la durée des symptômes ? Selon le site Ameli, “la guérison survient en une semaine, avec une toux et une fatigue souvent plus prolongées“.

Les complications sont par ailleurs plus fréquentes chez les personnes fragiles, pour qui la vaccination est recommandée chaque automne.

Quel est le temps d’incubation de la grippe ?

Après la contamination par le virus de la grippe, la maladie se déclare après 48 h d’incubation en moyenne. Elle se manifeste par des symptômes d’une forte intensité.

Pour rappel la période d’incubation correspond au délai qui s’écoule entre le moment de l’affection et l’apparition des symptômes. Pour la grippe ce délai d’incubation est donc en moyenne de deux jours.

Quelles sont les caractéristiques de la grippe ?

  • La grippe est une infection virale aiguë provoquée par un virus grippal.
  • Il existe 3 types de grippe saisonnière – A, B et C. 
  • Le virus de la grippe est un virus “à ARN”, dont l’une des propriétés est de muter (lors de la réplication), c’est-à-dire de se modifier. Les virus grippaux évoluent régulièrement d’un point de vue génétique.
  • La grippe est saisonnière : au mois de décembre, les hôpitaux sont prêts à prendre en charge les patients atteints de la grippe pendant cette épidémie qui dure traditionnellement entre 5 et 12 semaines.

Comment se fait le diagnostic de la grippe ? Grippe ou Covid-19 ?

Grippe ou Covid ? La grippe et le covid-19 provoquent tous deux des infections respiratoires dont les symptômes peuvent être similaires, même si les deux maladies ne sont absolument pas semblables. C’est pourquoi, pour faire le diagnostic, le médecin demande un test de détection directe du virus SRAS-Cov-2 de la Covid-19 (test PCR). Si celui-ci est positif, il s’agit alors du Covid-19. S’il est négatif, vous avez (peut-être) la grippe.

Si la grippe est bénigne pour un adulte en bonne santé, elle peut toutefois entraîner des complications chez une personne fragile (nourrissons, personnes âgées, malades chroniques, personnes immunodéprimées). Ces personnes dites “à risque” reçoivent chaque automne un bon de prise en charge du vaccin envoyé par l’Assurance maladie.

Quels sont les traitements pour guérir rapidement d’une grippe ?

Le traitement de la grippe associe :

  • le repos ; 
  • la réhydratation ;
  • la prise d’antipyrétiques en cas de fièvre 

La grippe évolue vers la guérison en quelques jours (de 3 à 5 jours, parfois plus) mais une période de fatigue généralisée peut persister plusieurs semaines (convalescence). En général, le traitement repose sur :

  • La prise de paracétamol (Doliprane®, Efferalgan®…) qui a un effet antipyrétique (il fait baisser la fièvre) et antalgique (réduit les douleurs).
  • Il peut être associée à une cure de vitamine C pour renforcer les défenses de votre corps : 500 mg par jour chez l’adulte, 250 mg chez l’enfant, à poursuivre pendant une quinzaine de jours.

Les antiviraux (Tamiflu®, Relenza®…) permettent de réduire un peu la durée de l’épisode de grippe mais pour être efficaces, ils doivent être pris dès l’apparition des symptômes (dans les 2 premiers jours). Les antiviraux sont prescrits par le médecin aux  personnes vulnérables.

Sachez enfin que pendant le traitement, il est souvent recommandé de bien s’hydrater car la fièvre vous fera perdre beaucoup d’eau, et de bien vous reposer car la grippe fatigue.

Lire aussi :Grippe chez l’enfant : que faire ?

Que faire pour soulager en cas de grippe ?

La grippe est un virus, les antibiotiques sont donc totalement inutiles pour la soigner. Ce n’est qu’en cas de surinfection (bronchite, otite…) qu’une cure d’antibiotiques peut être prescrite en plus du traitement de base de la grippe.

Les recommandations de l’Assurance maladie :

  • En cas de fièvre, boire régulièrement et de manière abondante pour éviter une déshydratation.
  • Porter des vêtements légers. Et bannir couettes et édredons qui font transpirer et risquent de faire grimper votre température.
  • Pour lutter contre la fièvre et les douleurs musculaires et/ou articulaires, la prise de paracétamol est généralement conseillée car ce médicament qui a un effet antipyrétique (c’est-à-dire qui fait baisser la fièvre) et antalgique (qui réduit les douleurs et la désagréable sensation de courbatures).Veillez toutefois à utiliser un dosage adapté à votre âge et à votre poids et à respecter les contre-indications.
  • Reposez-vous car la grippe fatigue.

Découvrir aussi :

Quand faut-il consulter un médecin pour la grippe ? Quand s’inquiéter ?

S vous présentez des symptômes de grippe, demandez un avis médical car il peut s’agir d’une infection à Covid-19. Consultez rapidement votre médecin traitant :

  • si vous êtes enceinte
  • si vous soupçonnez la grippe chez votre bébé
  • si vous soupçonnez avoir la grippe et que vous avez plus de 65 ans
  • si vous êtes atteint d’une maladie chronique
  • si vous suivez un traitement responsable d’une immunodépression (corticoïdes, anti TNF alpha, traitement post-greffe…)
  • en cas de fièvre mal supportée (plus de 40 °C) ou de symptômes inhabituels pour une grippe comme des difficultés pour respirer, une toux avec crachats purulents ou sanguinolents, une diarrhée avec déshydratation.

Quels traitements naturels sont efficaces contre la grippe ?

>> Se soigner avec les plantes :

  • L’échinacée. Immunostimulante, cette plante serait aussi efficace que l’oseltamivir (traitement de référence de la grippe) dans le traitement précoce des syndromes grippaux, avec un risque réduit d’effets indésirables. On l’utilise sous forme d’extrait fluide de plante fraîche standardisé ou de teinture mère.
  • La propolis. Cette substance résineuse recueillie par les abeilles sur les bourgeons et l’écorce de certains arbres contient quelque 300 molécules actives aux propriétés immunostimulantes, antibactériennes et antivirales. Le bon geste : 10 gouttes par jour, 5 jours par semaine durant tout l’hiver.
  • Le bourgeon de cassis. Polyvalent, il est l’un des extraits-phares de la gemmothérapie. C’est notamment un excellent stimulant du système immunitaire et un puissant tonique. Il est encore plus efficace en synergie avec le bourgeon d’églantier. En pratique : 5 gouttes de chacun, 2 fois par jour, pendant 3 mois.

L’échinacée (anti-infectieuse) et le ginseng (stimulante) peuvent être utilisés en teinture-mère (50 gouttes d’échinacée 2 fois par jour et 50 gouttes de ginseng le matin) ou en extraits (1 gélule d’échinacée matin et midi, et 1 gélule de ginseng le matin).

Recette de a tisane immunité : préparez un mélange de 40 g de racine d’échinacée, 30 g de baies de sureau et 30 g de racine d’éleuthérocoque. Plongez 4 cuillères à soupe de ce mélange dans 1 l d’eau froide, laissez bouillir 5 mn et infuser 10 mn avant de filtrer. Buvez tout au long de la journée (déconseillé en cas de maladie auto-immune et de grossesse)

>> Se soigner avec les oligo-éléments : le cuivre seul ou combiné à l’argent et à l’or. Trois prises par jour les deux premiers jours, puis deux par jour pendant toute la durée de l’épisode infectieux.

>> Se soigner avec les huiles essentielles : dans un flacon en verre teinté de 30 ml, mélangez 30 gouttes d’HE de ravintsara, 30 gouttes d’HE de niaouli et 30 gouttes d’HE de laurier noble et 27 ml d’huile végétale de noyau d’abricot. Appliquez quelques gouttes de ce mélange sur les ganglions sous la mâchoire, dans le creux des poignets et sous les clavicules, 5 fois par jour. Ou prendre 3 gouttes de ce mélange dans une cuillère à café de miel 4 fois par jour durant les symptômes d(déconseillé en cas d’asthme et de grossesse). A lire :

>> Se soigner avec la naturopathie : prenez 30 gouttes d’extrait de pépins de pamplemousse dans un verre d’eau, matin, midi et soir, sur la durée des symptômes. Ou prenez 500 g de propolis en gélules matin, midi et soir sur la durée des symptômes.

La vaccination et le respect des gestes barrières restent les meilleurs moyens de se protéger de la grippe.

Comme pour le Covid-19, et surtout si vous êtes fragile ou âgé, il est conseillé de :

  • porter un masque,
  • de bien se laver les mains régulièrement (surtout après être allé dans un lieu public),
  • d’aérer plusieurs fois par jour.

Lire aussi : Rhume, gastro-entérite, grippe… Les virus attaquent : 6 choses à savoir pour y faire face

Vaccination contre la grippe : ce qu’il faut savoir

La vaccination contre la grippe saisonnière est recommandée chaque année car le virus de la grippe évolue d’une année sur l’autre. Chez l’adulte, une seule injection suffit : la protection vaccinale débute environ deux semaines après la date de l’injection.

La campagne de vaccination démarre à la mi-octobre par l’envoi, par l’Assurance maladie, d’un bon de prise en charge du vaccin aux personnes les plus vulnérables :

  • Les personnes âgées de 65 ans et plus ;
  • Les femmes enceintes ;
  • Le personnes atteintes de maladies chroniques : BPCO, diabète, insuffisance respiratoire ou rénale…
  • Les personnes obèses, c’est-à-dire ayant un indice de masse corporelle (IMC) supérieur ou égal à 40 ;
  • Les personnes qui côtoient régulièrement un nourrisson de moins de 6 mois ou une personne immunodéprimée (VIH…)

La vaccination est aussi recommandée pour professionnels de santé en contact régulier et prolongé avec des personnes à risque de grippe sévère,  ainsi qu’aux personnels des services de secours et d’incendie (SDIS), aux personnels des services d’aide à domicile (SAAD), et aux aides à domicile via CESU (particuliers employeurs) pour les personnes âgées ou les personnes à risque de grippe sévère.

Lors de la saison 2022-2023, la couverture vaccinale (CV) chez les personnes à risque ciblées par la vaccination contre la grippe indiquaient une CV à 51,5%, avec 56,2% chez les 65 ans et plus et 31,6% chez les moins de 65 ans à risque de grippe sévère au 28/02/2022.

Quel bilan de la grippe en France entre 2011 et 2022 ?

Tous les ans, les épidémies de grippe surviennent entre les mois de décembre et mars soit seulement sur une dizaine de semaines : selon Santé Publique France, elles représentent en moyenne un million de consultations en médecine de ville, plus de 20 000 hospitalisations et environ 9 000 décès. “Le poids de la grippe saisonnière est donc considérable sur le système de soins, mais également sur la société en général (absentéisme, morbi-mortalité)“, indique un bilan de SPF.

L’impact de la grippe diffère selon l’âge : si les enfants de moins de 15 ans sont surreprésentés parmi les cas de grippe vus en consultation en médecine de ville et aux urgences, ce sont les adultes de 65 ans et plus qui sont concernés par les formes de grippe nécessitant une hospitalisation (y compris en réanimation). Les plus de 65 ans sont également majoritairement touchés par les décès attribuables à la grippe.

Encore aujourd’hui, le fardeau réel de la grippe est probablement sous-estimé, indique SPF. Un manque du au fait qu’aucun des dispositifs de surveillance de la grippe n’est exhaustif et que tous les cas de grippe ne font pas systématiquement l’objet d’un recours aux soins ou d’un test diagnostique.

Sources :

Leave a Reply

Your email address will not be published.