Spread the love


Contrairement aux idées reçues, le furoncle n’est pas ce gros et vilain bouton retrouvé sur le nez des sorcières de dessins animés. C’est un bouton inflammé et qui est souvent localisé sur des zones où il y a des poils… Comme les aisselles. 

Définition : qu’est-ce qu’un furoncle ?

Un furoncle est un bouton rouge, dur et douloureux qui se forme à la base d’un poil dans la région du follicule pileux. Il correspond à une infection de cette zone, généralement causée par le staphylocoque doré. 

Le staphylocoque doré colonise la peau et les muqueuses de 10 à 40% de la population en bonne santé. Les sites de colonisation en cas de portage sont les zones humides de macération comme les fosses nasales, le rectum, le vagin, le périnée ou encore… les aisselles ! 

Ajoutons que les aisselles présentent des poils, elles représentent donc une zone de prédilection pour la formation de furoncles

Un bouton sous l’aisselle n’est pas toujours un furoncle !

Attention, un bouton ou une boule sous l’aisselle n’est pas toujours un furoncle. Elle peut être due à une inflammation ou à une infection, comme dans le cas du furoncle mais aussi de l’hidradénite suppurée ou de la mononucléose infectieuse, ou être le signe d’une tumeur, comme le cancer du sein ou le lymphome par exemple (dans ces dernier cas, il s’agit de ganglions gonflés). Si vous avez un doute sur le diagnostic, mieux vaut consulter un médecin.

Symptômes : comment savoir si s’est un furoncle sous l’aisselle ?

Un furoncle sous l’aiselle (comme ailleurs) évolue selon 3 phases :

  • D’abord, l’apparition d’un bouton rouge, chaud, dur et sensible sur la peau au niveau de la racine d’un poil ;
  • Par la suite, la tête du bouton devient blanche et contient du pus. C’est à ce moment-là que beaucoup de personnes sont tentées de le percer. Mais ce comportement est à éviter absolument ;
  • Enfin, le furoncle se perce et le pus s’écoule naturellement. Il laisse placé à un cratère rouge. La cicatrisation intervient dans les 2 semaines qui suivent, mais une cicatrice en creux demeure souvent visible.

Quelle est la cause d’un furoncle sous l’aisselle ?

Le furoncle sous l’aisselle correspond à une infection du follicule pileux par des bactéries présentes sur la peau comme le staphylocoque doré. Généralement, nous retrouvons des gîtes de portagestaphylococcique sur les patients qui ont des furoncles. C’est par exemple le cas du vestibule nasal ou encore d’autres zones humides comme les aisselles justement. 

La première phase de l’inflammation s’appelle la folliculite. Celle-ci évolue vers le furoncle par nécrose des cellules du follicule. En effet, le pus du furoncle est composé de débris de cellules mortes et de cellulaires immunitaires.

Furoncle sous l’aisselle : est-ce contagieux ?

Le furoncle sous l’aisselle (ou ailleurs) est contagieux : il peut se propager d’une personne à l’autre en cas de contact avec le pus contenant les bactéries responsables de l’infection. En outre, il est possible de s’auto-contaminer par manipulation du bouton. Le fait de percer furoncle expose à un risque de diffusion des bactéries sous la peau pouvant entraîner une aggravation de l’infection.

Quels sont les facteurs de risque d’un furoncle sous l’aisselle ?

Les facteurs de risque du furoncle fessier sont :

  • Des frottements cutanés ;
  • Le rasage des poils au niveau des aisselles expose à un risque de poil incarné et de furoncle à la repousse ;
  • Une transpiration excessive (par exemple en cas de forte chaleur) ;
  • Le port de t-shirts et de sous-vêtements qui ne sont pas en coton ; 
  • Une mauvaise hygiène

Il est recommandé de se laver les aisselles une à deux fois par jour avec un savon doux et d’utiliser un déodorant hypoallergénique et bien toléré même après rasage. 

  • Une immunodépression liée à une maladie (diabète, cancer, VIH) ou à la prise de certains médicaments qui modulent les défenses immunitaires (chimiothérapie, corticoïdes…) ;
  • L’obésité ;
  • Certaines maladies de peau comme la kératose pilaire, la dermatite atopique ou l’eczéma ;
  • Le fait d’être contaminé(e) au staphylocoque doré (présence d’un gîte staphylococcique).

Abcès, furoncles infectés… quelles sont les complications d’un furoncle sous l’aisselle ?

Dans la grande majorité des cas, le furoncle évolue rapidement et naturellement vers la guérison. Néanmoins, un terrain d’immunodépression ou encore de soins mal adaptés peuvent retarder les choses. C’est notamment le cas si vous manipulez le furoncle ou tentez de le percer. Voici quelques complications possibles :

  • Des rechutes de furoncles (furonculose) ;
  • Un anthrax (agglomérat de furoncles) ;
  • Un abcès qui est aggravation localisée de l’infection (il provoque de la fièvre) ;
  • Une lymphangite (infection des vaisseaux sanguins à partir du furoncle) ;
  • Une infection généralisée ou septicémie.

Faut-il percer un furoncle sous l’aisselle ?

Vous ne devez pas tenter de percer le furoncle. En effet, manipuler le furoncle ou pire tenter de le percer est un risque d’aggravation ou de propagation de l’infection. Le meilleur réflexe en cas de furoncle persistant est de consulter votre médecin.

Qui et quand consulter ? Comment est établi le diagnostic ?

Si vous avez un furoncle pour la première fois et que les choses ne s’améliorent pas depuis quelques jours, vous devriez consulter un médecin. L’examen clinique suffit au médecin pour établir le diagnostic d’un furoncle. 

Néanmoins des examens complémentaires peuvent être prescrits en cas d’abcès, d’anthrax ou de furonculose afin de déterminer la bactérie en cause et de déceler une éventuelle maladie sous-jacente. « Il en va de même si un furoncle simple est résistant aux antibiotiques. Dans ce cas, il faudra réaliser un prélèvement afin d’identifier le germe en cause et administrer l’antibiotique adéquat », souligne la docteure Hanane Chahoub.

Traitements : comment soigner un furoncle sous l’aisselle ?

Il est possible de soigner seul(e) un furoncle. Parfois, une intervention médicale est nécessaire.

Soigner son furoncle seul(e) avec des antiseptiques

Pour soigner un furoncle sous l’aisselle, des soins antiseptiques locaux (hexamidine ou chlorhexidine) peuvent suffire :

  • Commencez par vous laver les mains.
  • Appliquez ensuite une compresse imbibée de produit et laissez-la quelques minutes au contact de la lésion.
  • Enfin, la lésion peut ensuite être protégée avec un pansement pour limiter le risque de contagion.

Mieux vaut laver à haute température les draps et le linge de toilette et celui en contact avec la lésion.

« Ces soins ne sont à effectuer que pour le cas d’un furoncle simple qui apparaît pour la première fois et de façon isolée. Néanmoins si les symptômes persistent, en cas de furoncles multiples ou de rechutes, il est préférable de consulter un médecin », selon la spécialiste.

Parfois des antibiotiques sont nécessaires

Si un furoncle persiste, un traitement antibiotique local peut être prescrit comme l’acide fusidique (Fucidine®) ou la mupirocine (Mupiderm® 2 %).

L’antibiotique est à appliquer deux à trois fois par jour pendant 8 à 10 jours. Il est recommandé de protéger le furoncle d’un pansement après application.

« Les antibiotiques par voie orale peuventt être envisagés en cas d’anthrax, de furonculose ou de furoncle très volumineux ou surinfecté. L’antibiothérapie par voie intraveineuse est aussi possible en cas de sepsis », d’après l’experte.

Un geste chirurgical parfois proposé

En cas de furoncle persistant, un geste chirurgical mineur peut être pratiqué sous anesthésique local. Il consiste à inciser le furoncle afin de le vider de son pus et de faciliter le drainage. Cette intervention peut laisser une cicatrice.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *