Spread the love

Définition : qu’est-ce que la fracture du péroné ?

La fracture du péroné est une cassure de l’os du péroné (aussi appelé fibule ou fibula) localisé sur la face externe de la jambe, dont il constitue le squelette avec l’os du tibia

La fracture du péroné est fréquente et plus ou moins douloureuse en fonction de sa localisation précise et de sa sévérité. Elle peut être située près du genou, au niveau de la malléole externe de la cheville ou encore sur la longueur de l’os (au niveau de sa diaphyse). 

Dans la grande majorité des cas, la fracture du péroné est la conséquence d’un accident ou d’une chute. 

Image : Fracture de l’os du péroné (ou fibula)

schéma

© VectorMine

Quelles sont les causes de la fracture du péroné ?

Habituellement, la fracture du péroné est d’origine traumatique : une chute (par exemple en ski ou en vélo), un accident de voitureou de moto, un choc avec un objet lourd… 

Plus rarement, la fracture du péroné s’explique par un “faux mouvement” et plus précisément une torsion de la jambe alors que le pied est statique ou bloqué dans son axe

Dans ces circonstances l’os se casse à un endroit : nous parlons de fracture simple. En cas de traumatisme important, l’os peut présenter plusieurs cassures : nous parlons de fracture comminutive. Les fragments osseux peuvent être alignés ou non : nous parlons de fracture déplacée ou non déplacée. Les fractures déplacées requièrent un traitement plus long. 

Lorsqu’il y a une plaie à l’endroit de la fracture, nous parlons de fracture ouverte. Il y a alors un risque d’infection et de cicatrice. 

Quels sont les facteurs de risque de la fracture du péroné ?

La fracture du péroné peut toucher des personnes en bonne santé, de tous les âges et aussi bien les hommes que les femmes. Néanmoins, il existe certains facteurs de risque : 

  • Le vieillissement souvent associé à une fragilisation osseuse (ostéopénie ou ostéoporose) ; 
  • La prise de corticoïdes ou encore la dénutrition qui augmentent aussi le risque de perte de densité osseuse ; 
  • Une carence en vitamine D qui est très répandue puisque près de 80% de la population serait touchée en France ; 
  • La sédentarité ;
  • Le surentraînement chez les sportifs de haut niveau ( nous parlons de fracture de stress ou de fatigue).

Symptômes : comment savoir si l’os du péroné est cassé ?

La fracture du péroné occasionne les signes suivants : 

  • Une douleur intense au moment du traumatisme ou du faux mouvement qui a causé la fracture ; 
  • La douleur persiste par la suite. Elle peut être très intense surtout à la palpation. Il n’est pas possible pour le patient de poser le pied par terre, ni de marcher ; 
  • La jambe peut présenter une déformation et un gonflement
  • Des ecchymoses, une plaie (fracture ouverte) et des saignements peuvent être associés à la fracture. 

Quelles sont les complications ?

Des complications sont possibles si le traitement par immobilisation est mal réalisé : 

  • La thrombophlébite ;
  • Le syndrome régional douloureux complexe (algodystrophie) ; 
  • Des douleurs persistantes
  • Des rechutes de fractures… 

En outre, une plaie ouverte expose à un risque infectieux ou de cicatrice inesthétique.

Comment est établi le diagnostic ?

Le tableau clinique met le médecin sur la voie. Mais le diagnostic devra être confirmé par un examen d’imagerie comme la rx ou parfois l‘IRM.  Cet examen d’imagerie permet en outre de préciser la localisation, le nombre de fragments osseux ( et de vérifier s’ils sont alignés ou non). 

Comment soigner une fracture du péroné ?

Le traitement est différent selon que la fracture est simple ou ouverte. 

Traitement d’une fracture fermée simple

Dans se cas de figure, l’os se casse à un endroit mais la peau et les tissus sont intacts. 

Il faut alors commencer par surélever la jambe puis utiliser de la glace pour la soulager. 

Par la suite, il est prépondérant d‘immobiliser le membre par un plâtre ou une botte de marche pendant une durée de plusieurs semaine. La durée est variable selon les cas.  

Après le retrait du plâtre, la rééducation par kinésithérapie est indispensable. 

Parfois une intervention chirurgicale est nécessaire. Cette intervention permet de réaligner l’os dans sa position initiale. Elle peut se faire par une réduction fermée (sans incision) ou au contraire ouverte (par insertion de plaques métalliques). Après l’opération, la jambe doit être plâtrée. 

Traitement d’une fracture ouverte

Dans ce cas de figure, la fracture est associée à une plaie. Parfois, on voit l’os brisé en transparence. Dans ce cas, une chirurgie doit être pratiquée pour nettoyée la plaie.

Parfois, il faut utiliser des plaques et des vis afin de stabiliser la fracture. 
Enfin, il arrive qu’une greffe osseuse soit proposée pour permettre la guérison. 

Un traitement antibiotique et un vaccin contre le tétanos sont prescrits pour éviter l’infection. 

La rééducation fait partie du traitement

La rééducation  avec un kinésithérapeute intègre le processus de guérison : elle est indispensable. Il faut la commencer le plus tôt possible. Une rééducation est menée pendant cinq semaines en général. Ensuite, on peut réaliser une reprise de l’effort. Il s’agit d’une reprise progressive du sport pratiqué par le patient. On peut être guidé et conseillé par un kiné, par un coach sportif pour éviter les gestes dangereux. 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *