Spread the love


Les personnes socialement engagées en milieu et en fin de vie seraient 30 à 50 % moins susceptibles de développer une démence, selon une nouvelle étude scientifique parue dans la revue Nature Aging (Source 1).

L’équipe de recherche publiant ce constat a mené une méta-analyse de plusieurs études conduites dans plusieurs pays du globe, sur un grand nombre de participants. Elle estime que si la sociabilisation est si bonne pour réduire le risque de démence, c’est sans doute parce que le vivre-ensemble augmente la “réserve cognitive”, réduit le stress et améliore la santé cérébrale et vasculaire.

De l’urgence de trouver des moyens de réduire l’ampleur de la démence

Estimant qu’il est de plus en plus urgent de trouver des moyens efficaces pour réduire l’ampleur et l’impact de la démence, le Dr Andrew Sommerlad, principal auteur de l’étude, rappelle que le nombre de personnes concernées par cette pathologie devrait tripler d’ici 2050.

Il y a de plus en plus de preuves que l’activité sociale est bonne pour la santé et peut aider à maintenir la santé de votre cerveau à mesure que vous vieillissez. N’importe qui pourrait suivre ce conseil à un niveau personnel, mais il existe également des changements politiques et sociétaux qui pourraient réduire les taux de démence, comme la prescription sociale, le logement socialement connecté et davantage d’encouragement au bénévolat”, a-t-il souligné dans un communiqué (Source 2).

Si les chercheurs ne précisent pas ce qu’ils entendent par “être socialement engagé en milieu et fin de vie”, tant en termes d’activités que d’âge, ils proposent des mesures politiques et sociales à mettre en place pour réduire le risque de démence via davantage de sociabilisations. Ils suggèrent notamment de proposer aux seniors des logements permettant davantage de sociabilité, de prescrire médicalement de la socialisation, comme les médecins prescrivent déjà de l’activité physique, ou encore de valoriser davantage le bénévolat, pour que retraite et vieillesse ne riment plus avec début de l’isolement social.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *