Spread the love


Le hockey sur gazon est un sport collectif spectaculaire qui a traversé les siècles sans jamais perdre l’attention du public. Comme le rappelle la Fédération française de hockey, il est aujourd’hui le deuxième sport collectif le plus pratiqué sur grand terrain et le troisième sport le plus suivi aux Jeux olympiques. Très complet, il nécessite une grande endurance pour parcourir le grand terrain de jeu, une bonne coordination pour manier correctement la crosse et un certain esprit de collaboration pour mener à bien les différentes stratégies de jeu.

« Le Hockey sur gazon est apparu pour la première fois aux Jeux olympiques de 1908 pour les hommes. Et il a fallu attendre ceux de 1980 pour que les femmes y soient enfin admises. L’équipe nationale masculine d’Inde a dominé cette discipline pendant trois décennies, remportant l’ensemble des six médailles d’or olympiques et 30 parties consécutives entre 1928 et 1956 », souligne la Fédération française de hockey. Il est aujourd’hui répandu dans de très nombreux pays et pratiqué en compétition ou en loisir, entre hommes, entre femmes et en mixité !

Rappel : en quoi consiste le hockey sur gazon ?

Comme son nom l’indique, le hockey sur gazon est un sport d’équipe qui se pratique en extérieur sur un terrain en gazon synthétique de 91,4 mètres de long sur 55 mètres de large. Concrètement : deux équipes de onze joueurs (dont un gardien de but équipé) s’affrontent pour marquer dans le but adverse à l’aide de crosses spécifiques (aussi appelées sticks). Ils sont encadrés par au moins deux arbitres tout au long des matchs qui se divisent en quatre périodes de quinze minutes, entrecoupées d’une pause de 15 minutes à la fin de la 2e période, et 2 minutes entre la 1re et 3e période.

Les règles du hockey sur gazon sont strictes, notamment en ce qui concerne les fautes, les coups francs, les corners (coups de coin) et les cartons (cartons jaunes et rouges pour les avertissements et les expulsions) :

  • Les hockeyeurs ne doivent jouer la balle qu’avec le côté plat de leur crosse.
  • Ils ne peuvent pas toucher la balle avec leur corps (seul, le gardien de but est autorisé à jouer avec tout son corps et uniquement dans son cercle d’envoi).
  • Un but est validé uniquement si la balle a été « touchée » dans le cercle d’envoi adverse par la crosse d’un joueur de l’équipe attaquante. Et l’équipe gagnante est celle qui a marqué le plus de buts à la fin du temps réglementaire.
  • Tout acte dangereux est sanctionné par les arbitres et peut être accompagné d’un carton personnel synonyme d’exclusion temporaire (crosses en l’air, coups, anti jeu, propos désobligeants), souligne la Fédération française de hockey.

De l’importance du bon équipement !

Cela ne vous aura pas échappé, les joueurs de hockey portent généralement des tenues assez classiques : un maillot, un short, des chaussettes hautes et des protège-tibias. Le port d’un gant de protection et de protège-dents est aussi fortement recommandé ! Des chaussures spécifiques équipées de petits crampons sont aussi utilisées en fonction de la nature du terrain.

À noter : les crosses sont équipées d’un grip similaire à celui des raquettes de tennis. Leur longueur ne peut excéder 1,06 mètre et leur courbure est normalisée (2,5 cm maximum). Leur composition, elle, a bien évolué. « Traditionnellement en bois, les crosses sont maintenant constituées de matériaux composites (fibre de verre, carbone, kevlar) », précise la Fédération française de hockey.

Quelle différence avec le hockey sur glace ou le hockey en salle ?

Le hockey sur gazon, le hockey en salle et le hockey sur glace partagent certaines similitudes, mais restent trois sports bien distincts ! Comme indiqué ci-dessus, le hockey sur gazon se joue à l’extérieur sur un terrain verdoyant. Les équipes se composent de 11 joueurs (dont un gardien de but) qui évoluent avec des crosses et une balle.

Le hockey en salle, lui, se joue en intérieur sur un terrain de handball et oppose deux équipes de six joueurs (dont un gardien de but). Il s’est développé dans les années 1950 pour permettre une pratique hivernale du hockey dans les pays sujets à des conditions climatiques difficiles. Les règles peuvent légèrement varier et les joueurs doivent faire preuve d’une grande technique pour s’adapter à l’espace restreint.

Quant au hockey sur glace, il se déroule sur une patinoire gelée et oppose généralement deux équipes de six joueurs (dont un gardien de but) qui se disputent une rondelle. Le fait que le jeu se déroule sur la glace et que les charges soient autorisées dans le règlement augmente la dangerosité de ce sport qui s’avère bien plus physique et impressionnant.

Le hockey sur gazon, un sport collectif accessible à tout âge !

Contrairement à certaines disciplines sportives qui exigent une forme physique particulièrement développée, le hockey sur gazon est accessible à tous les âges et à tous les niveaux de compétence : des enfants aux adultes en passant par les seniors, qu’ils soient débutants ou non. « Tous les clubs proposent des cours par niveau pour s’initier ou se perfectionner », assure la Fédération française de hockey.

À quel âge peut-on commencer le hockey sur gazon ?

La plupart des enfants peuvent commencer à jouer au hockey sur gazon dès l’âge de 5 ou 6 ans. Sachant que le moment idéal pour commencer le hockey peut varier en fonction des capacités physiques et de la maturité de chaque enfant, mais aussi des opportunités présentent dans sa région d’origine. Vous songez à initier votre enfant au hockey ? Contactez un club local pour obtenir des informations précises !

Grossesse : est-ce un sport adapté aux femmes enceintes ?

Comme vous le savez, les sports de contact à haut risque de collision ou de traumatisme sont plutôt déconseillés aux femmes enceintes. Cessez toute pratique dès que vous prenez connaissance de votre grossesse ! Dans l’idéal, privilégiez des activités douces et moins risquées comme la natation, le yoga ou la marche.

Le para-hockey, adapté aux personnes en situation de handicap

Le para-hockey n’est autre que la déclinaison du hockey sur gazon à destination des personnes en situation de handicap. Comme l’indique la Fédération française de hockey, il comprend deux pratiques bien distinctes :

  • le hockey adapté, qui permet aux personnes en situation de handicap mental et/ou psychique de s’essayer au hockey
  • et le hockey fauteuil, qui permet aux personnes en situation de handicap physique de jouer au hockey en se déplaçant sur un fauteuil roulant. À noter : il s’agit d’une discipline mixte qui permet aux personnes valides et non valides de jouer ensemble dans les mêmes conditions.

Agilité, endurance, musculation, renforcement cardiovasculaire, souplesse…

Vous l’aurez deviné, le hockey sur gazon est un sport complet et intensif qui confère de nombreux bienfaits à ses pratiquants. En effet, les joueurs doivent allier force, vitesse, agilité et endurance pour briller sur le terrain. Courir, dribbler, passer, tirer : chaque geste requiert coordination et précision, faisant du hockey sur gazon une activité très équilibrée ! Dans le détail :

  • Le jeu rapide et les mouvements constants peuvent augmenter la fréquence cardiaque, améliorant ainsi la santé cardiovasculaire.
  • Les matchs de hockey sur gazon peuvent être intenses et durer longtemps, ce qui aide aussi à développer l’endurance cardiorespiratoire.
  • Les mouvements répétés de course, de saut et de frappe sollicitent les os, ce qui peut contribuer au renforcement osseux et à la prévention de l’ostéoporose.
  • Les mouvements répétitifs, tels que le dribble, la frappe et le sprint, sollicitent de nombreux groupes musculaires, notamment les muscles des jambes, des bras et du tronc, ce qui favorise le renforcement musculaire.
  • Le hockey sur gazon nécessite une coordination précise entre les mains, les yeux et les pieds pour manier la crosse et la balle tout en se déplaçant rapidement sur le terrain, ce qui contribue au développement de l’agilité, la coordination et la souplesse.
  • Les mouvements rapides et les périodes d’activité intense favorisent la dépense d’énergie et la combustion des calories, ce qui peut aider à maintenir un poids santé et à améliorer la composition corporelle. Autrement dit, le hockey sur gazon est un excellent sport pour rester en forme tout en vous amusant !

Bon à savoir : le hockey sur gazon peut aussi être pratiqué par les seniors. Il favorise le maintien de leur mobilité, de leur autonomie et de leur mémoire !

De nombreux avantages pour notre santé mentale !

Comme tous les sports, le hockey sur gazon apporte son lot de bénéfices pour notre santé émotionnelle et mentale :

  • L’activité physique favorise la libération d’endorphines, des hormones qui agissent comme des analgésiques naturels et aident à réduire le stress et l’anxiété. Elle favorise aussi la libération de neurotransmetteurs tels que la sérotonine et la dopamine, associées à une meilleure humeur et à une sensation de bien-être.
  • La maîtrise progressive de nouvelles compétences permet de renforcer sa confiance en soi et son estime de soi, surtout lorsque les joueurs voient leurs progrès salués par leurs coéquipiers et leurs proches.
  • Le hockey sur gazon exige aussi une concentration à toute épreuve et une bonne discipline pour suivre le jeu, anticiper les mouvements des adversaires et prendre des décisions rapides. Autant de compétences qui peuvent avoir un retentissement au-delà du terrain.
  • Jouer en collectif favorise le développement de compétences sociales telles que la communication, la coopération et le travail d’équipe, ce qui peut améliorer les relations interpersonnelles et le bien-être général.
  • C’est aussi l’occasion pour les joueurs d’apprendre à gérer leurs émotions et à canaliser leur énergie. Ils doivent notamment apprendre à repousser leurs limites, à gérer la pression et à surmonter différents obstacles.
  • Sans compter que faire partie d’une équipe peut créer un fort sentiment d’appartenance et de camaraderie : au-delà de la compétition, le hockey sur gazon crée des amitiés durables et enseigne des valeurs essentielles telles que le respect, la solidarité et la persévérance.

Autre avantage non négligeable : le hockey sur gazon encourage les joueurs à passer du temps à l’extérieur, profitant ainsi de l’air frais et de la lumière du jour !

Risques : quelles sont les blessures les plus courantes ?

  • Les abrasions, les coupures et les contusions sont courantes en raison des contacts avec le sol, le gazon ou d’autres joueurs.
  • Les chocs avec d’autres joueurs, le sol ou les buts peuvent causer des fractures, en particulier au niveau des membres inférieurs, tels que les jambes ou les chevilles.
  • Les entorses des ligaments, comme les entorses de la cheville ou du genou, ainsi que les foulures des muscles sont aussi fréquentes, comme dans tous les sports impliquant des changements rapides de direction et des mouvements brusques.
  • Les muscles sollicités lors des mouvements de course, de dribble, et de frappe peuvent enfin être sujets à des tensions, à des élongations ou à des déchirures. À noter : les articulations, comme les genoux et les chevilles sont généralement les plus touchées.

Pour réduire ces risques, les joueurs doivent absolument porter des équipements de protection adaptés, s’échauffer correctement et suivre les règles à la lettre. Une supervision adéquate et des entraîneurs qualifiés peuvent aussi contribuer à rendre ce sport plus sûr. Et la Fédération française de hockey de préciser qu’il est recommandé d’éviter la pratique par temps chaud(> 30 °C) et de réduire l’intensité en cas de pic de pollution. Sans oublier de se protéger contre le froid et l’exposition au soleil !

Existe-t-il des contre-indications spécifiques ?

Difficile d’établir une liste de contre-indications génériques. En règle générale, le hockey sur gazon est déconseillé aux personnes qui souffrent de problèmes cardiovasculaires, de troubles respiratoires, de problèmes de dos ou de toute maladie non stabilisée, mais chaque situation doit être évaluée au cas par cas ! N’hésitez pas à consulter un médecin avant de commencer à jouer et à surveiller l’apparition de tout signe d’alerte (fatigue inhabituelle, douleurs thoraciques, palpitations, malaise, etc.).

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *